Akfadou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Akfadou
Mairie d'Akfadou
Mairie d'Akfadou
Noms
Nom algérien اكفادو
Nom amazigh ⴰⴽⴼⴰⴷⵓ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Béjaïa
Daïra Chemini
Chef-lieu Tiniri[1]
Code postal 06411
Code ONS 0642
Démographie
Population 7 358 hab. (2008[2])
Densité 175 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 17′ 39″ N 4° 33′ 16″ E / 36.2942, 4.5544936° 17′ 39″ Nord 4° 33′ 16″ Est / 36.2942, 4.55449  
Superficie 42,01 km2
Localisation
Localisation de Akfadou
Localisation de Akfadou

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Akfadou

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Akfadou
Liens
Site de la commune www.awal.ga

Akfadou est une commune de Kabylie en Algérie, culminant entre 800 et 1 700 mètres d'altitude. Elle dépend administrativement de la daïra de Chemini située dans la wilaya de Béjaïa.

Elle tire son nom de la foret qu'elle avoisine. À l’époque coloniale elle faisait partie du douar Ikedjane de l'ex-commune mixte de la Soummam.

Étymologie[modifier | modifier le code]

le nom Akfadou provient de la contraction de mots « akfuḍ̣̣ » et « aḍ̣̣u » qui signifie respectivement « multiple ou excès » et « vent ». Ce nom rappelle la rigueur climatique dans cette région surtout en hiver où les vents froids soufflent en rafale et les neiges abondantes isolent souvent les petits villages. Lors de l’exploration de la Kabylie par l’occupant français, en 1850, le mot Akfadou fut traduit par la cime au vent [3],[4],[5]. Cette traduction conserve le terme vent mais le mot cime est loin d’être un synonyme du mot multiple ou excès.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Akfadou est un massif montagneux de la Kabylie. Il prolonge vers le Nord-Est le Djurdjura et s'étend de Tizi Icelladen à l'Est jusqu'à Yakouren à l'ouest. Il fait office de point de jonction entre la haute et la basse kabylie. Orienté plein Est, il fait face à la vallée de la Soummam.

La région est dominée par deux sommets, l'un à l'ouest surplombant le plateau d'Akfadou où est implantée la station de la TDA (ex-RTA) atteint 1 623 m, l'autre à l'est Azrou Taghat culmine à 1 542 m d'altitude. La neige y est abondante en saison froide et les pluies dépassent 2 000 mm par an.

Les conditions climatiques sont très rudes avec des neiges abondantes en saisons froides et les pluies dépassent souvent 2 000 mm par an.

D’une diversité et d’une richesse remarquables tant en flore qu’en faune la forêt d’Akfadou occupe la majeure partie de ce carrefour naturel d’une ampleur sans précédent en Afrique du nord au point de devenir le poumon de l’Algérie.

La gestion et l’exploitation harmonieuses faisant défaut, la forêt d’Akfadou est laissée à l’abandon où détritus et feux de forêts estivaux donnent un air de désolation à cette majestueuse forêt.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Akfadou est située dans un renfoncement de cette chaîne montagneuse.

Les limites de la commune sont :

Communes limitrophes d’Akfadou
Adekar
Idjeur (Tizi-Ouzou)
Adekar Adekar
Idjeur (Tizi-Ouzou) Akfadou Tifra
Tinabdher
Chemini
Bouzeguène (Tizi-Ouzou)
Souk-Oufella Tibane

Lieux-dits, quartiers et hameaux[modifier | modifier le code]

Plusieurs villages composent la commune d'Akfadou : Ait Allouane, Ait Amara, Ait Saada, Aourir, Farhoun, Ilbaten, Imaghdacene, Khlil, Mezouara, Rezag, Tagroudja, Tapount, Taourirt, Tizemourine, Ziwi. Le nouveau centre administratif est situé à Tiniri.

Le point le plus haut de la commune est situé dans le village de Imaghdacene dont l'altitude atteint les 1100 m. La point le plus bas se trouve à l'entrée de la commune, au village de Tapount, soit 620 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

Longtemps territoire vierge et isolé, la zone correspondant à la commune actuelle d’Akfadou fut progressivement habitée par des hommes fuyant l'oppression exercée par le pouvoir ottoman. Tagroudja fut le premier village créé.

Jadis fief de la fraction d’en haut de la tribu des Aït Mansour (Ath Mansour ou At Mensur), Akfadou fut conquis par l'armée française à la fin du XIXe siècle. Dès 1880, il fut intégré dans le douar Ikedjane rattaché à la commune mixte de Sidi Aïch. En 1954, la réorganisation administrative de la Kabylie transforma cette localité en commune d'Ikedjane.

Durant la guerre d'Algérie, le massif montagneux de l'Akfadou joua un rôle prépondérant en abritant le quartier général de la wilaya III (Kabylie) situé dans le village de Mezouara[6]. Face à ce village, afin de lutter contre les activités des Moudjahidines et pour mieux contrôler la zone de l'Akfadou aux mains de son charismatique chef le Colonel Amirouche Aït Hamouda (1926-1959), surnommé le « loup de l'Akfadou », l'armée française transforma le village Taourirt en véritable place forte.

En 2000, dans le village Mezouara, grâce à la générosité des villageois, fut dressée une arche en marbre blanc illuminée par les rayons du soleil, sur laquelle sont écrits les noms des martyrs en tamazight et en arabe.

En 1962, la réforme administrative divisa la commune d'Ikedjane pour donner naissance aux communes de Tifra et Tizemourine. En 1984, la commune de Tizemourine prit officiellement le nom d'Akfadou.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arezki Slimani, Tiniri — À l’ombre du peuplier, L'Expression, 6 août 2007, p. 8.
  2. « Wilaya de Béjaïa : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  3. E. CARETTE, Explorations scientifique de l’Algérie, étude de la Kabylie proprement dite, 1849, p57.
  4. V. A. MALTE-BRUN, Nouvelles annales des voyages, 1857, p304.
  5. Baron H. AUCAPITAINE, Le Pays et la société kabyle, 1837, p9
  6. D. Atoumi. Le Colonel Amirouche entre Légende et Histoire. Dec. 2004