Sainte-Foy-l'Argentière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Foy.
Sainte-Foy-l'Argentière
Château du marquis de Fenoyl
Château du marquis de Fenoyl
Blason de Sainte-Foy-l'Argentière
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Saint-Laurent-de-Chamousset
Intercommunalité Communauté de communes Chamousset en Lyonnais
Maire
Mandat
Michel Guillarme
2014-2020
Code postal 69610
Code commune 69201
Démographie
Gentilé Fidésiens
Population
municipale
1 283 hab. (2011)
Densité 833 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 33″ N 4° 28′ 16″ E / 45.7091666667, 4.47111111111 ()45° 42′ 33″ Nord 4° 28′ 16″ Est / 45.7091666667, 4.47111111111 ()  
Altitude Min. 417 m – Max. 480 m
Superficie 1,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Sainte-Foy-l'Argentière

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Sainte-Foy-l'Argentière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Foy-l'Argentière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Foy-l'Argentière

Sainte-Foy-l'Argentière est une commune française, située dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village s'appelait autrefois Sainte-Foy-de-Meys[réf. nécessaire].

Le nom du village, Sainte-Foy-l'Argentière, vient d'une mine argentifère que les Romains avaient exploitée. Le mot « Argentière » vient de la contraction du gallo-romain « argentum » et du suffixe gaulois « avu », indiquant d’anciennes exploitations minières, précisément de plomb argentifère[1].

La mention la plus ancienne du village qui soit connue a été datée de 900, Sainte-Foy dépendait alors de la paroisse de Saint-Genis-l'Argentière.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sainte-Foy-l'Argentière fut longtemps la seigneurie de la famille Saint-Priest, sous la dépendance des comtes de Forez passa à la famille de Fenoyl en 1771.

Dès la fin du XVIIIe siècle, la ville prend un essor industriel grâce à plusieurs initiatives de la famille de Fenoyl. L'exploitation de la houille, une manufacture de porcelaine, et une tuilerie (aujourd'hui la plus importante d'Europe) garantissent la prospérité de Sainte Foy tout au long du XIXe siècle.

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Foy-sur-Brevenne[2].

Aujourd'hui, Sainte-Foy s'est recentrée sur les services et les commerces, tout en restant une commune dynamique des monts du Lyonnais.

L’église[modifier | modifier le code]

L'église fut édifiée à l'emplacement de la chapelle du château. Le marquis de Fenoyl sacrifia une tour et une aile du château pour sa construction. L'église comprend des vitraux remarquables d'Alexandre Mauvernay ainsi que des bénitiers qui furent rapportés d'Océanie par le père missionnaire Jean de Fenoyl au XXe siècle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Sainte-Foy-l'Argentière se blasonnent ainsi :

Écartelé, au premier et au quatrième à neuf points équipolés d'or et d'azur (qui est Saint-Priest) et au deuxième et au troisième d'azur à un taureau furieux d'or, au chevron de gueules brochant, une rivière d'argent brochant en pointe sur l'écartelé.

Le blason de Sainte-Foy-l'Argentière est inspiré de celui des Saint-Priest et de celui des Fenoyl ; la rivière fait référence à l'Orgeole qui s'écoule dans la commune.


À droite, blason de la famille de Gayardon de Fenoyl.

blason

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790   Antoine Delorme    
1792   Antoine Planud    
1794   Jacques Phillibert Guellard-Dumesnil    
1815   Antoine Gemier    
1820   Laurent Marie Alphonse de Gayardon, marquis de Fenoyl    
1831   Antoine Delorme    
1835   Benoit Costille    
1836   Benoit Chirat    
1839   Pierre Antoine Blanc    
1840   Jean-Benoit Delorme    
1846   Jean-Baptiste Vinay    
1850   Benoit Costille    
1858   Benoit Chirat    
1858   Pierre-Louis de Gayardon, marquis de Fenoyl    
1863   Jean-Marie Chirat    
1870   Benoit Costille    
1874   Pierre-Louis de Gayardon, marquis de Fenoyl    
1880   Jean-Baptiste Vinay    
1881   Jean-Marie Thévenon    
1886   Jacques Thizy    
1888   Jacques Louison    
1905   Jean-Simon Chouzy    
1906   Guy de Gayardon, marquis de Fenoyl    
1945   Louis Chaize    
1959   Joseph Vinay    
1983   Maurice Félix    
2005 en cours Michel Guillarme    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 283 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
367 443 529 681 614 688 706 806 840
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
841 905 985 1 074 1 151 1 219 1 259 1 221 1 292
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 262 1 133 1 271 1 301 1 316 1 290 1 141 1 122 1 110
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011
1 114 1 214 1 188 1 152 1 167 1 247 1 225 1 237 1 283
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges

Pyramide Sainte Foy l'Argentière 1999 M.pngPyramide Sainte Foy l'Argentière 1999 F.png

Le recensement de la population a eu lieu le 8 mars en 1999, l'âge "0" représente seulement les naissances ayant eu lieu entre le 1er janvier et le 7 mars 1999.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dans les annexes de la gare se trouve le parc d'animation ferroviaire permettant de se confronter au modélisme ferroviaire de jardin aux échelles d'1/5e au 1/11e sur des voies à l'écartement de 5" (127 mm) et 7"1/4 (184 mm). Ce parc est géré par l’association « Le Mini train des Monts du Lyonnais ». Le voyage s'effectue à califourchon sur les wagons tractés par les locomotives réalisées par les membres de l'association, certaines fonctionnant à la vapeur vive. informations : Le Mini Train des Monts du Lyonnais

Un train touristique à voie normale circule à la belle saison entre l’Arbresle et Sainte-Foy-l’Argentière afin de faire redécouvrir d’anciennes locomotives et wagons restaurés par l’association « Chemin de fer touristique de la Brévenne ».

Il y a sur la place principale du village le château de la famille de Fenoyl, construit au XVe siècle et restauré au XVIIe siècle. Le Marquis de Fenoyl a fait don d'une aile du château en 1850 pour construire l'église du village.

Économie[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreux villages du Rhône, Sainte-Foy-l'Argentière fut l'un des premiers à avoir l’eau courante.[Quand ?]

Les mines de houilles L’exploitation de la houille en surface à Sainte-Foy est très ancienne. L’exploitation des mines daterait de 1740. En 1752, il y avait déjà 7 ou 8 puits ouverts. Le village s’est surtout développé quand un membre de la famille Fenoyl a acheté et développé les mines de charbon. Au début, il n’y avait que des galeries à ciel ouvert, puis des puits qui allaient jusqu’à 600 mètres de profondeur ont été creusés. En 1812, on disait Sainte-Foy-les-Houilles. L’exploitation a été arrêtée en mars 1931 puis a repris de 1940 à 1945, pendant l’occupation, pour alimenter les foyers domestiques. Il ne reste actuellement aucune trace visible de cette exploitation minière si ce n’est un terril vers la zone d’activités du Val d’Argent. À Sainte-Foy-l’Argentière, le sous-sol est très instable en raison des galeries et de la nature du sol.

La fabrique de porcelaine Après avoir donné aux mines une impulsion nouvelle et afin de résorber le chômage, le Marquis de Fenoyl décide d’investir ses capitaux dans la création d’une manufacture de porcelaine. Les conditions étaient favorables car l’approvisionnement énergétique ne posait aucun problème et la matière première était proche (kaolin à Haute-Rivoire). On fit appel à une main d’œuvre qualifiée originaire de Haute-Vienne et du Jura où le travail de la porcelaine est traditionnel. Il fit breveter des isolateurs qui ont d’abord servi pour le télégraphe puis pour l’électricité. En 1936, la manufacture occupait environ 300 ouvriers et produisait, outre des isolateurs, de la vaisselle, des articles pour pharmaciens et de la porcelaine à feu. Aujourd’hui, cette usine n’existe plus ; les fours, trop dangereux, ont été détruits dans les années 1980.

La Grande Tuilerie du Rhône Il est difficile de dire exactement quand commença l’activité des tuiliers à Sainte-Foy. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, des tuileries artisanales (comme celle au no 5 route de Saint-Genis) existaient : les tuiliers faisaient tout à la main et moulaient les tuiles sur leur cuisses. La famille de Fenoyl fut à l’origine, vers 1880, d’une tuilerie mécanique qui, développée ensuite par la famille Balaÿ, devint la Grande Tuilerie du Rhône. Elle n’a cessé depuis d’évoluer et de se moderniser. Et les bâtiments, toujours situés au même endroit, ont été considérablement transformés et agrandis. Actuellement, lorsqu’on arrive de la Loire par la RN89, on aperçoit l’immense aire de stockage et les nouveaux bâtiments de la Grande Tuilerie du Rhône rebaptisée depuis 2000 « Imerys Couverture - Tuiles Sainte-Foy ».

Transport[modifier | modifier le code]

Une ligne régulière financée par le conseil général relie Sainte-Foy à Lyon

  • T66:
  • Direction: Aveize Centre Médicale
  • Direction: Lyon Gorge de Loup ou L'Arbresle(certains services en semaine)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Louis de Gayardon, marquis de Fenoyl (1830-1887) : Chevalier de la Légion d'Honneur, conseiller général du Rhône, industriel. Défenseur de Belfort en 1870-1871.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) G. Chauvy, « Les noms de nos communes. Sainte-Foy-l’Argentière », sur leprogres.fr (consulté le 22 aout 2011)
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011