Aveize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aveize
Image illustrative de l'article Aveize
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Saint-Symphorien-sur-Coise
Intercommunalité Communauté de communes des Hauts du Lyonnais
Maire
Mandat
Michel Bonnier
2014-2020
Code postal 69610
Code commune 69014
Démographie
Population
municipale
1 121 hab. (2011)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 39″ N 4° 28′ 43″ E / 45.6941666667, 4.47861111111 ()45° 41′ 39″ Nord 4° 28′ 43″ Est / 45.6941666667, 4.47861111111 ()  
Altitude Min. 428 m – Max. 928 m
Superficie 16,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Aveize

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Aveize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aveize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aveize

Aveize est une commune française, située dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Aveize se situe au cœur des monts du Lyonnais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village au début du XXe siècle

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Michel Bonnier    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Aveize fait partie de la communauté de communes des Hauts du Lyonnais.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 121 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9879521 0981 1191 0711 1591 1741 2081 226
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3481 3991 4891 3851 3751 3201 3811 2791 234
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2261 2319531 6901 2061 3621 3919201 230
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 0239178038109049401 0631 121-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Aveize dispose d'une école qui accueille les élèves depuis la maternelle jusqu'à la fin du primaire.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Aveize dispose d'une salle des sports ainsi que de deux stades de footballn dont l'un en gore et l'autre en herbe, ce dernier étant généralement réservé aux matchs officiels et aux compétitions.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Coutumes et Traditions[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église[modifier | modifier le code]

Le centre médical de l'Argentière[modifier | modifier le code]

Bâti en 1273 par le seigneur Aymon de Coise, ce lieu est à l'origine un prieuré. Placé sous l'ordre des Bénédictines, il accueille plusieurs religieuses issues des grandes familles des alentours. À cause de l'insécurité qui régnait à l'époque, l'architecture initiale comprenait un dispositifs de défense composé de tourelles, hourds en bois, mâchicoulis, etc. Toutefois, de cette structure, il ne subsiste aujourd'hui que le porche.

À la suite de la Révolution au cours de laquelle une grande partie des bâtiments sont détruits, le lieu accueille un séminaire auparavant installé à Roche, dans les Monts du Forez. En 1802, le diocèse de Lyon est placé sous l'autorité de l'oncle de Napoléon, le Cardinal Fesch. Ce dernier souhaite faire de l'Argentière son "séminaire particulier", il entreprend alors la rénovation et l'agrandissement des lieux afin d'y accueillir les meilleurs élèves provenant des plus grandes familles de la région.

Suite à la séparation de l'Église et de l'État en 1905, les bâtiments sont réaménagés d'abord en hospice puis en sanatorium en 1945.

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Aveize a été récompensée par le « Concours des villes et villages fleuris » avec « deux fleurs »[3].

Généalogie[modifier | modifier le code]

  • L'association Les généalogistes de la vallée du Gier ou Geneagier a numérisé les registres (1667-1895) et les publie sur son site Internet[4]. Comme toutes les communes du Rhône, ils sont également consultables sur le site des archives départementales.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Balade des hirondelles[modifier | modifier le code]

Aveize Auto-Retro[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  4. geneagier.com