Saignes (Cantal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saignes.
Saignes
Mairie
Mairie
Blason de Saignes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement de Mauriac
Canton Canton de Saignes
Intercommunalité Communauté de communes Sumène Artense
Maire
Mandat
Hervé Goutille
2014-2020
Code postal 15240
Code commune 15169
Démographie
Population
municipale
892 hab. (2011)
Densité 131 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 20′ 08″ N 2° 28′ 48″ E / 45.3356, 2.48 ()45° 20′ 08″ Nord 2° 28′ 48″ Est / 45.3356, 2.48 ()  
Altitude Min. 442 m – Max. 780 m
Superficie 6,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saignes

Saignes (occitan Sanha, prononcer Chogne), est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saignes fait partie du canton du même nom et de l'arrondissement de Mauriac. Elle est située dans le nord du Cantal à 480 mètres d'altitude et elle est proche du parc naturel régional des Volcans d'Auvergne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg de Saignes, fondé à l'époque gallo-romaine, a aujourd'hui une position de chef-lieu d'un canton qui couvre douze communes, dont onze ont constitué la Communauté de communes Sumène Artense avec deux autres communes du canton de Champs-sur-Tarentaine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Robert Maigret    
mars 2008 réélu mars 2014 Hervé Goutille[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 892 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
560 570 614 543 511 674 617 625 606
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
589 525 549 570 555 587 593 592 615
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
605 596 585 528 540 580 624 584 584
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
642 702 735 957 1 009 1 006 918 898 892
2011 - - - - - - - -
892 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Saignes est une petite commune typiquement cantalienne agréable à visiter tout au long de l'année.

  • Sa richesse patrimoniale s'exprime au travers de l'église Sainte-Croix[4], de style roman auvergnat, datant du XIIe siècle, et située sur la place du village.
    La construction de l'église doit remonter au XIIe siècle. On note qu'Odon de Saignes a participé à la première croisade, à partir de 1095. L'architecture de l'église a peut-être été influencée par les églises qu'il avait pu voir pendant cette croisade.
    L'église a d'abord été placée sous le vocable de Saint-André avant d'être dédiée à la Sainte-Croix. Le patron de la paroisse est saint Roch, probablement à la suite de deux épidémies de peste. Les morts avaient été si nombreux qu'il avait fallu enterrer les morts hors du cimetière.
    L'église avait été construite sur un plan simple : nef unique rectangulaire se terminant sur une abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four. En 1624-1627, on a ajouté deux chapelles latérales, la chapelle du Rosaire et la chapelle Sainte-Anne.
    La façade comprend un portail surmonté d'une arcade et de demi-arcades de part et d'autre retombant sur deux colonnes encadrant la porte.
    Le clocher, rasé en 1793, a été rétabli en 1850, puis surélevé de 2,60 m en 90.
Article détaillé : Église Sainte-Croix de Saignes.
  • Sur la colline dominant le village, sur laquelle se trouvait le château, il y a la chapelle Notre-Dame du Château[5], un édifice du XIIe siècle classé monument historique au sommet d'un piton rocheux.
  • La mairie[6] réalisée suivant les plans de Loiselot, architecte à Ussel (Corrèze). Le bâtiment est terminé en 1896. La municipalité s'y installe en août 1897.
  • L'ancienne villa des Roses, actuel Relais arverne[7]. Le bâtiment a été terminé en 1891.
  • Plusieurs maisons du XVIe siècle bordent la place de l'Église.

Sports[modifier | modifier le code]

Le village de Saignes possède deux équipes de football. L'une joue en 1re division du Cantal, l'autre en 3e division.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le baron Pierre de Vaublanc a fondé, entre les deux guerres mondiales, la première Cave coopérative des laitiers des Monts d'Auvergne à Saignes. Cette coopérative, aujourd'hui disparue, a contribué à l'expansion de la fourme en France, sous l'appellation de cantal.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 10 août 2014).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. « Notice no IA15000210 », base Mérimée, ministère français de la Culture : église paroissiale Saint-André ; Sainte-Croix
  5. « Notice no IA15000211 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Château fort ; Chapelle Sainte-Croix ; Notre-Dame-de-la-Nativité, Notre-Dame du Château
  6. « Notice no IA15000215 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Mairie ; école ; tribunal (prétoire)
  7. « Notice no IA15000220 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Maison, Villa des Roses ; Relais arverne


Liens externes[modifier | modifier le code]