Le Monteil (Cantal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Monteil.
Le Monteil
Le Monteil vue Générale
Le Monteil vue Générale
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement de Mauriac
Canton Canton de Saignes
Intercommunalité Communauté de communes Sumène Artense
Maire
Mandat
Jacques Rivet
2014-2020
Code postal 15240
Code commune 15131
Démographie
Population
municipale
262 hab. (2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 17′ 56″ N 2° 30′ 01″ E / 45.2989, 2.5003 ()45° 17′ 56″ Nord 2° 30′ 01″ Est / 45.2989, 2.5003 ()  
Altitude Min. 553 m – Max. 1 022 m
Superficie 23,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Monteil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Monteil

Le Monteil est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne.

Ses habitants sont nommés les Montellois et les Montelloises[1].

Cette commune a absorbé en 1903 celle de Chastel-Marlhac, dont elle dépendait jusqu'alors[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Monteil est un petit village situé au centre de la France, dans le département du Cantal et la région Auvergne. Il appartient à l'arrondissement de Mauriac et au canton de Saignes.
L'altitude de la mairie est de 800 mètres environ. La superficie du Monteil est de 23,47 km2. Sa latitude est de 45.299 degrés nord et sa longitude de 2.5 degrés est[3].
La commune est située à 11,5 km au sud de Bort-les-Orgues, 31,6 km au sud-est d'Ussel, 83 km au nord-est de Tulle, 41,6 km au nord d'Aurillac et à 70,2 km au sud-ouest de Clermont-Ferrand[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Également mentionné sous le simple nom de Monteil[5],

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • Auteroche
  • Belière
  • Bournioux
  • Chastel-Marlhac
  • Chastenat
  • Dijon
  • Jalanhac
  • la Brugeire
  • la Cartelade
  • la Gane
  • la Grange
  • la Maison Neuve
  • la Pouvrière
  • la Roche
  • la Serre
  • Lagat
  • Lazeroux
  • le Cheix
  • le Fageol
  • le Trieu
  • Milange
  • Milhac
  • Pérignac
  • Ribes
  • Saint-Victor
  • Trappes
  • Varagne
  • Ventèjes

Géologie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la bordure nord-ouest d'un plateau volcanique : la planèze de Trizac. Il s'agit d'une coulée basaltique issue du Suc de Rond (en occitan, Puech Redoun)[6].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs ruisseaux prennent leur source sur le territoire du Monteil, ce sont les ruisseaux de la Roche, des Gouttes, de Lagrange et d'Auteroche.
Le territoire de la commune est bordé à sa limite nord-est à proximité de Chastel-Marlhac par le Violon, affluent de la Sumène et sous-affluent de la Dordogne.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est un climat de montagne où l'on observe en hiver une fréquente présence du gel et de la neige et en été des journées pouvant être chaudes et ensoleillées suivies des nuits plus fraîches. Le printemps et l'automne se caractérisent par l'abondance de journées pluvieuses et la présence fréquente du brouillard[7].

Les données climatiques observées au Monteil sont sensiblement les mêmes que celles relevées à Aurillac[8].

Relevé météorologique à Aurillac
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,1 −0,6 0,9 2,8 6,8 9,4 11,7 11,6 8,7 5,9 1,8 0 4,9
Température maximale moyenne (°C) 6,4 7,8 10,4 12,7 16,9 20,2 23,5 23,5 20,1 15,3 10 7,6 14,6
Ensoleillement (h) 118 130 191 174 218 219 266 259 192 136 94 89 2 084
Précipitations (mm) 96 100 88 111 127 94 71 79 106 126 107 128 1 232,2
Source : Météo France


  • Nombre de jours avec précipitations (>1 mm) : 135
  • Nombre de jours avec faible ensoleillement : 126
  • Nombre de jours avec fort ensoleillement : 103

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]


Liste des communes limitrophes :


Blank map.svg
Map pointer black.svgLe Monteil
Small-city-symbol.svg Saignes (4,4 km)
Small-city-symbol.svg Auzers (4,8 km)
Small-city-symbol.svg Vebret (4,9 km)
Small-city-symbol.svg Sauvat (4,9 km)
Small-city-symbol.svg La Monselie (5,3 km)
Small-city-symbol.svg Trizac (5,9 km)


Transports[modifier | modifier le code]

Accès par l'autoroute A89 par la sortie sortie 23 Ussel-Ouest à 43 km au nord-ouest ou par la sortie sortie 25 Bort-les-Orgues à 58 km au nord-est en rejoignant Bort-les-Orgues puis Saignes.
Le village se situe sur la D30 qui relie Saignes à Trizac.
Les aéroports les plus proches sont Clermont-Ferrand[9] et Aurillac[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'au 23 janvier 1903, Le Monteil (appelé alors seulement Monteil) dépendait de Chastel-Marlhac[5]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1796 Jean Rouchy    
1796 1798 Jean Sabatier(1)    
1798 1800 Victor Bagilet(1)    
1800 1810 Antoine Ferrif    
1810 1821 Antoine Valmier    
1821 1842 Jean Sabatier    
1842 1843 Antoine Raynal(2)    
1843 1848 Pierre Sabathier    
1848 1848 Pierre Raynal    
1848 1855 Antoine Dumas    
1855 1867 Jean-Baptiste Rouchy    
1867 1867 François Dumas    
1867 1874 Jean Dumas    
1874 1876 François Dumas    
1876 1890 François Sabatier    
1890 1900 Léon Rouchy    
1900 1903 François Sabatier    
1903 1912 Antoine Ferrif    
1912 1914 Pierre Léon Sabatier    
1914 1917 Frédéric Rivet(3)    
1917 1919 Antoine Chalvignac    
1919 1965 Pierre Léon Sabatier    
1965 1977 Pierre Alphonse Raynal    
1977 1995 René Clavel    
1995 2001 Thierry Tible    
2001 2008 Michel Rebillon    
2008 2014 Jacques Rongier    
2014 ... Jacques Rivet    
Les données manquantes sont à compléter.

1 - Agent, sous la tutelle de Pierre Barrier, président du canton. 2 - Adjoint, le maire décédé. 3 - Conseiller, le maire et l'adjoint mobilisés.

Le 23 janvier 1903, le chef-lieu de la commune de Chastel-Marlhac est transféré au hameau de Monteil, et la commune prend le nom de Le Monteil.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 262 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 132 898 1 137 1 173 1 269 1 272 1 334 1 425 1 322
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 335 1 317 1 302 1 287 1 219 1 298 1 340 1 259 1 250
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 210 1 252 1 319 901 988 907 824 750 670
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
606 539 421 378 301 274 270 269 262
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


Répartition de la population en 1999 :

  • 49,6 % d'hommes et 50,4 % de femmes


Répartition de la population en 2007 :

  • 48,7 % d'hommes et 51,3 % de femmes
  • Célibataires : 30,7 %
  • Couples mariés : 48,3 %
  • Divorcés : 7,1 %
  • Veuves/Veufs : 13,9 %
Population par sexe et âge en 2008 (source=INSEE[13])
Hommes  % Femmes  %
Ensemble 127 100,0 134 100,0
0 à 14 ans 16 12,2 15 10,9
15 à 29 ans 16 13,0 12 8,7
30 à 44 ans 19 15,3 20 15,2
45 à 59 ans 36 28,2 32 23,9
60 à 74 ans 30 23,7 28 21,0
75 à 89 ans 9 6,9 2 18,1
90 ans ou plus 1 0,8 3 2,2
0 à 19 ans 22 17,6 17 13,0
20 à 64 ans 78 61,1 64 47,8
65 ans ou plus 27 21,4 52 39,1

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie locale est principalement basée sur l'agriculture et le tourisme. On y pratique essentiellement l'élevage et principalement de bovins, mais aussi d'autres espèces dans une moindre mesure

Le taux de chômage en 2007 était de 9,6 % et en 1999 il était de 16 %.
Les retraités et les préretraités représentaient 37,2 % de la population en 2007 et 38,7 % en 1999.
Le taux d'activité était de 73,1 % en 2007, contre 63,9 % en 1999.

Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2008 (source = Insee 2008[14])
Nombre  % dont % temps partiel dont % femmes
Ensemble 103 100,0 23,6 43,4
Salariés 57 55,7 35,6 49,2
Non-salariés 46 44,3 8,5 36,2
Statut et conditions d'emploi en 2008 (source = Insee 2008[14])
Hommes  % Femmes  %
Ensemble 58 100,0 45 100,0
Salariés 29 50,0 28 63,0
Titulaires de la fonction publique et contrats à durée indéterminée 22 38,3 20 45,7
Contrats à durée déterminée 2 3,3 5 10,9
Intérim 3 5,0 0 0,0
Emplois aidés 0 0,0 3 6,5
Apprentissage - Stage 2 3,3 0 0,0
Non-salariés 29 50,0 16 37,0
Indépendants 20 35,0 7 15,2
Employeurs 9 15,0 10 21,7
Aides familiaux 0 0,0 0 0,0
Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone (source = Insee 2008[14])
2008  % 1999  %
Ensemble 103 100,0 90 100,0
dans la commune de résidence 52 50,9 49 54,4
dans une commune autre que la commune de résidence 50 49,1 41 45,6
- située dans le département de résidence 31 30,2 27 30,0
- située dans un autre département de la région de résidence 4 3,8 1 1,1
- située dans une autre région en France métropolitaine 15 14,2 13 14,4
- située dans une autre région hors de France métropolitaine (Dom, Com, étranger) 1 0,9 0 0,0

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Monteil comprend actuellement 32 sites historiques classés, inscrits ou simplement étudiés pour leur caractère remarquable[15].

  • Site classé de l'ancien oppidum de Marlhiacum évoqué par Grégoire de Tours.
  • Ainsi que :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La famille Chappe, d'où sont sortis Jean Chappe, de l'académie des sciences, et l'inventeur des télégraphes, Claude Chappe, était originaire de Dijon, un petit hameau dépendant de Le Monteil, à 2 km de celui-ci. Elle se fixa à Mauriac en 1674[16].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1] Infos officielles pour la Mairie de LE MONTEIL 15240
  2. [2] Archives départementales du Cantal- Transfert du chef-lieu de Chastel-Marlhac au Monteil (1887 - 1903)
  3. [3]
  4. [4] Localisation Interactive, Orthodromie et Navigation
  5. a et b Dictionnaire statistique du département du Cantal. paru en 1824, réédité par le livre d'histoire-Lorisse (ISBN 2-8776-0693-7)
  6. Canton de Saignes (Cantal) Marceline Brunet, Lionel Sauzade, Isabelle Védrine, Maryse Durin-Tercelin, édité par l'association étude du patrimoine auvergnat. 1999, 88 p. (ISBN 2-9055-5418-5)
  7. [5] Planète Auvergne - La Région - son Climat et sa Géologie
  8. [6] Météo France - Aurillac
  9. Le site de l'aéroport de Clermont-Ferrand
  10. Le site de l'aéroport d'Aurillac
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  13. Insee - Résultats du recensement de la population - 2008 - Le Monteil
  14. a, b et c [7]
  15. [8] Le Monteil, patrimoine, france, patrimoine de France
  16. Dictionnaire statistique ou Histoire, description et statistique du département du Cantal. - Vol. III (CAP-LAS) - Jean-Baptiste de Ribier du Châtelet, Association cantalienne, Aurillac - 1855.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :