Roger Viry-Babel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Viry et Babel.

Roger Viry-Babel

alt=Description de l'image Roger2.TN.jpg.
Naissance 19 janvier 1945
Mirecourt
Décès 15 mai 2006
Nancy, France
Profession

Roger Viry-Babel (1945 - 2006), qui se définissait comme un saltimbanque, est un universitaire et un cinéaste français.

Pionnier de l'enseignement de l'audiovisuel à l'Université, il a passé sa vie à lier un travail cinéphilique, pédagogique et régionaliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roger Viry-Babel naît le 19 janvier 1945 à Mirecourt (Vosges). Son enfance se passe à Nancy, à la cité universitaire dont son père adoptif est directeur. Cette enfance passée au sein de l'Université même expliquera en partie son réel attachement à l'Université de Nancy. Il fréquente le Lycée Henri-Poincaré où il obtient son baccalauréat puis entreprend des études de Littérature française qui le conduisent à travailler sur Albert Camus. Durant ses études, en 1965, il devient Vice-Président du journal étudiant L'Écho des Lettres où il publie ses premières critiques cinématographiques. En 1969, il se marie avec Françoise Charmoillaux dont il a quatre enfants : Jean, Gérard, François et Anne.

L'année suivante (1970), il devient assistant de littérature française à l'UER Lettres (Nancy). Dans ce cadre, sous la direction de Guy Borelli, il organise le premier colloque sur l'enseignement et le cinéma (Nancy, 1973) et il entreprend un travail sur le film La Grande Illusion de Jean Renoir. Il se forge une culture cinéphilique (le scénariste Henri Jeanson le cite dans ses mémoires : "Soixante-dix ans d'adolescence") et une solide réputation dans l'audiovisuel régional où il apprend le métier de cinéaste aux côtés du réalisateur Michel Guillet.

Cela le conduit à être choisi comme directeur de Radio France Nancy (1983-1985). Il donnera libre antenne à plusieurs jeunes auteurs lorrains dont Lefred-Thouron, Francis Kuntz et Kleude. Durant cette période, avec Noël Nel, il invente des diplômes universitaires en cinéma (licence, maîtrise puis DEA). Après une thèse d'État sur les Femmes chez Jean Renoir et un ouvrage Jean Renoir, le jeu et la règle (Denoël éditeur), il devient professeur des universités (1987). Il a 42 ans et affirme ses engagements : en 1989, il est conseiller municipal PS de Vandœuvre-lès-Nancy, et en 1992, il devient grand-maître adjoint du Grand Orient de France.

Ces travaux ne l'empêchent pas de continuer à publier. En 1993, il obtient d'ailleurs le Prix de l'Académie des Beaux-Arts - pour le livre coécrit avec Daniel Corinaut : "Travelling du rail" (Denoël éditeur) - et devient Associé correspondant de l'Académie de Stanislas[1].

Profitant du plan "Université 2000", il fonde avec Noël Nel et Eric Schmulevitch l'Institut Européen du Cinéma et de l'Audiovisuel qui sera inauguré en 1994.

Parallèlement à ses activités universitaires, il s'affirme dans des stratégies de production : producteur de l'émission "Continentales" (FR3) en 1995, producteur de l'émission "Je me souviens" de 1990 à 1997, cofondateur de "Ere production" (Nancy) en 1996.

En 2003, il obtient le Prix Jacques Rosenberg (fondation Auschwitz) pour le film coréalisé avec Régis Latouche : "Français pour 42 sous". L'ensemble de sa carrière sera salué en 2005 par sa nomination au titre de chevalier des Arts et Lettres.

Il meurt le 15 mai 2006 à Nancy, d'une brusque maladie[2].

Filmographie sommaire[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

  • 1975 : Les MJC maisons de la jeunesse et de la culture ont 30 ans, coréalisé avec Arlette Hoffmann - Documentaire, 27 min, FR3
  • 1976 : Louis Ducreux, coréalisé avec Jean Marcellot - Documentaire, 15 min, FR3
  • 1978 : Propos d'un libertin : Diderot, coréalisé avec Michel Guillet - Documentaire, 13 min, FR3
  • 1979 : Le violon du diable - fiction, 45 min, FR3
  • 1984 : Robert Schuman, coréalisé avec Jean-Marie Deconinck - Documentaire, 104 min, RTBF
  • 1992 : Ceux des Eparges, coréalisé avec Patrick Martin - Documentaire, 30 min, France 3
  • 1990 : L'Amérique de Jean Baudrillard - Documentaire, 13 min, France 3
  • 1992 : De ce lieu et de ce jour - Documentaire, 55 min, France 3
  • 1992 : Jacques Callot, miroir de son siècle - Documentaire sur un scénario de Georges Sadoul, 1992, 55 min, France 3 - avec Tom Novembre
  • 1992 : La dynastie Sadoul - Documentaire, 26 min, France 3
  • 1992 : La rue Saint-Jean - Documentaire d'après un texte de Jean L'Hôte, 13 min, France 3
  • 1993 : Tabac sur celluloïd - Documentaire, 20 min, France 3
  • 1993 : Retour à Longwy - Documentaire, 13 min, France 3
  • 1995 : Il était une fois dans l'Est - Documentaire, 5 x 26 min, France 3
  • 1995 : Les comédiens - Documentaire, 26 min, France 3
  • 1992 : Les Naufragés du service 13 - captation de la pièce de Jean L'Hôte, mise en scène de Denis Milos, 90 min
  • 1999 : Paul Verlaine - Documentaire, 26 min, France 3
  • 2000 : L'héritage du charbon, épisode 6 - Documentaire, 26 min, France 3
  • 2000 : Mémoires de Franche-Comté - Documentaire, 52 min, éditions Montparnasse
  • 2000 : Français pour 42 sous, coréalisé avec Régis Latouche - Documentaire, 104 min, France 3
  • 2001 : Le pays aux 800 000 Présidents, coréalisé avec Régis Latouche - Documentaire, 104 min, France 3
  • 2001 : La route des grandes gueules - Documentaire, 52 min, France 3
  • 2002 : Retour à Mirecourt - Documentaire, 20 min, IECA
  • 2004 : Poinca, avec le temps... - Documentaire, 100 min, IECA
  • 2004 : Sweet Lorraine, suite lorraine (septembre 1944) - coréalisé avec Nathalie Conq et André Villeroy - Documentaire, 100 min, IECA
  • 2006 : Qui étaient les 7 flics de Nancy?, coréalisé avec Nathalie Conq - Documentaire, 34 min, IECA

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Le neveu de Rameau - mise en scène Gilles Losseroy, captation André Villeroy et Brice Roustang, théâtre : "Moi" aux côtés de Fabrice Colombero, "lui"

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Préface du livre de Sylvie Pierre Jean d'Arcy, une ambition pour la télévision, éd. L'Harmattan, 2003.
  • Rivedere Renoir, éd. Institut Français, Florence (Italie), 2001, 180 p.
  • Train, affiches et cinéma (Préface), livre de Stanislas Choko, éd. La vie du rail, 1997, 160 p.
  • Mirecourt et la lutherie, éd. de L'Est, 1993.
  • Préface du livre de Michel Colin Cinéma, télévision, cognition, éd. de Presses Universitaires de Nancy, 1992.
  • coécrit avec Daniel Corinaud :Travelling du rail, Denoël, 1993.
  • La victoire en filmant, PU Nancy, 1991, 198 p.
  • Jean Renoir, PU Nancy, 1991, 133 p.
  • Jean Renoir, la règle ou le jeu, Denoël, 1986, 186 p.(réédité chez Ramsay Poche en 1994)
  • Humphrey Bogart, Seghers, 1973.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • En 2006 : Journée hommage à Roger Viry-Babel organisée dans le cadre du festival "Aye-Aye" (Nancy).

Dédicace au générique de début de Les petits secrets de Stanislas, film documentaire de Régis Latouche (France 3).

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Il me faut avouer que dans ces années passées, la communication que j’ai tenté d’établir avec un lecteur, un spectateur ou un auditeur toujours anonymes, ne s’est jamais faite qu’avec passion et raison. La passion d’apprendre, mais aussi celle d’enseigner et de distraire (on ne fait bien les choses qu’avec humour), la passion de l’Histoire que m’ont inoculée mes maîtres dans cette université. Mais aussi cette raison qui pousse à démontrer que l’image n’est en rien inférieure (ou supérieure) à l’écrit et que la parole peut ne pas être futile. »
  • « Le magnétoscope eut aussi des effets pervers. Il fit prendre l'image vidéo comme seule réalité cinématographique, vidant les salles de cinéma, détournant les étudiants du plaisir de voir ensemble dans le noir, de partager un rituel festif qui entrait dans notre plaisir de voyeur cinématographique. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « VIRY-BABEL Roger », sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) (consulté le 25 octobre 2013)
  2. L'annonce de la mort de Roger Viry-Babel sur France 3 le 15 mai 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]