Relics

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Relics est une compilation du groupe de rock progressif britannique Pink Floyd sortie le 14 mai 1971.

La sortie de Relics eut lieu parce que la maison de disques du groupe, EMI, était préoccupée par le fait que les Pink Floyd étaient allés en studio pour enregistrer ce qui allait devenir Meddle sans une chanson ou idée sérieuse en repartant de zéro. Ceci, combiné avec leur calendrier de tournées toujours grandissant, fit réaliser à EMI qu'aucun nouveau produit ne serait sorti pendant un long moment, peut-être même plus d'un an après la fin de leur précédent album, Atom Heart Mother. Afin de commercialiser un produit de plus pour les fans, EMI décida de sortir un LP à petit budget sur leur label Starline[1], combinant des premiers singles, des faces B, des morceaux d'albums précédents et un titre inédit, "Biding My Time"[2].

Relics fut publié à de nombreuses reprises, et parfois sans autorisation appropriée. Une telle opération engagea EMI Australia à sortir l'album sans le consentement du groupe. Ceci conduit à retirer le LP du commerce et l'album par la suite devint une rareté. Une réédition de l'album en 1996 permit de l'acheter à nouveau facilement[3].

L'album regroupe une partie des singles sortis dans les années 1960 alors que Syd Barrett faisait partie du groupe. Les autres titres sont des reprises de morceaux célèbres. Cette compilation contient un titre inédit, Biding My Time, enregistré en 1969 lors des séances de Ummagumma (il s'agissait au départ de l'une des parties de la suite The Man & The Journey), et qui se distingue par l'intervention soliste de Rick Wright au trombone.

La pochette de l'album a été conçu par le batteur Nick Mason et a été inspiré lorsqu'il étudiait l'architecture à l'Ecole polytechnique, rue Regent en Angleterre. En 2008, Nick Mason a vendu une édition limitée de 195 copies signées de cette couverture.

Pochette[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs versions de la pochette de cette compilation en 33 tours ;

  • en noir et blanc avec un dessin de Nick Mason représentant une machine futuriste pour la version anglaise (il en existe des versions avec le nom du groupe en rose au lieu d'être en noir) ;
  • une photo d'un ouvre-boîte à quatre yeux ressemblant à un masque (souvent appelée mask cover) pour la version américaine ;
  • une photo de vieilles pièces de monnaie (coin cover) pour la version australienne ;
  • une photo d'un vieil ensemble d'instruments en cuivre.

La version CD est désormais disponible dans le catalogue officiel du groupe en version remasterisée, mais avant cette réédition, il s'agissait de l'un des disques les plus recherchés du groupe. Une petite série fut disponible en Europe (ce qui en faisait un excellent objet d'échange avec les Américains) et à plus grande échelle en Australie sous le label Axis (avec la coin cover). La pochette de la nouvelle version présente une photo d'une maquette en trois dimensions de la machine dessinée par Nick Mason[4].

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Les chansons portant le symbole « † » figurent sur des singles.

  1. Arnold Layne † (Barrett) – 2:56
  2. Interstellar Overdrive (Barrett, Waters, Wright, Mason) – 9:43
  3. See Emily Play † (Barrett) – 2:53
  4. Remember a Day (Wright) – 4:29
  5. Paintbox † (Wright) – 3:33
  6. Julia Dream (Waters) – 2:37
  7. Careful With That Axe, Eugene † (Gilmour, Waters, Wright, Mason) – 5:46
  8. Cirrus Minor (Waters) – 5:18
  9. The Nile Song (Waters) – 3:25
  10. Biding My Time (Waters) – 5:18
  11. Bike (Barrett) – 3:21

Références et liens externes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.discogs.com/label/Starline
  2. ^ Povey, Glenn (2006). "The Sound of Music in My Ears 1970–1971". Echoes : The Complete History of Pink Floyd (New ed.). Mind Head Publishing. p. 124. ISBN 978-0-9554624-0-5. Retrieved 14 September 2012.
  3. ^ "Relics@Everything2.com". Everything2.com. 3 April 2004.
  4. La FAQ de Pink Floyd