Time (chanson de Pink Floyd)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Time.

Time

Chanson par Pink Floyd
extrait de l'album
The Dark Side of the Moon
Face A Time
Us and Them
Sortie 1973
Enregistré juin 1972 – janvier 1973
Studios Abbey Road
Durée 7:48
3:33 (version single)
Genre Rock progressif
Format 45 tours
Auteur Roger Waters
Compositeur David Gilmour
Nick Mason
Roger Waters
Rick Wright
Producteur Pink Floyd
Label Harvest, EMI (Royaume-Uni)
Harvest, Capitol (États-Unis)

Singles par Pink Floyd

Pistes de
The Dark Side of the Moon

Time est une chanson du groupe de rock progressif britannique Pink Floyd, qui apparaît sur l'album The Dark Side of the Moon sorti en 1973. Elle est la seule chanson de l'album à être créditée à tous les membres du groupe : David Gilmour, Richard Wright, Roger Waters et Nick Mason. Time est la deuxième chanson la plus longue de l'album, incluant Breathe (Reprise), après Us and Them[1]. Elle contient un des plus grands solos de guitare de Gilmour[2].

Elle est également parue en single « double face A » avec Us and Them, qui figure aussi sur The Dark Side of the Moon.

Description musicale[modifier | modifier le code]

Roger Waters interprétant Time en 2007 ; en arrière-plan, des montres tirées du clip de la chanson.

Time débute avec un long passage de son d'horloges et d'alarmes tous enregistrés séparément dans un magasin d'antiquités par Alan Parsons. Suivent alors environ deux minutes d'un passage de percussion de Nick Mason, d'un bruit de pendule créé par Roger Waters en bloquant ses cordes de basse, sur lesquels se superposent à chaque début de mesure les notes profondes de guitare soulignées par le VCS3, rendues dramatiques et majestueuses par l'écho (Binson) et la réverbération (EMT turntables 140), puis les fragiles arpèges du piano électrique. Cette seconde partie de l'introduction a plus tard été nommée 'Rotatum' par Waters, qui faisait référence à son aspect infini[3].

La 'non-transition' vers le premier couplet est une rupture de climat typique de Pink Floyd[4]. On assiste à un changement complet d'instrumentation (arrivée de la batterie, guitares plus saturées, remplacement du doux piano Fender Rhodes par son nerveux cousin Wurlitzer).

David Gilmour chante alors, relayé sur le pont par Richard Wright en harmonie (à la tierce), avec quatre femmes : Doris Troy, Scaley Duncan, Liza Strike et Barry St. John[5].

La texture vibrante des choristes a été obtenue par Alan Parsons en passant les pistes de celles-ci à travers un appareil appelé Frequency Translator (convertisseur tonal) utilisé ordinairement pour changer la hauteur d'une onde, mais détourné ici pour donner ce son proche du Phaser ou de la Cabine Leslie[6].

Le solo qui suit le pont est joué par Gilmour qui reste sur la mélodie du couplet et du pont. Il exploite là aussi les possibilités de l'écho (synchronisé au tempo, soit une répétition par temps pour une mesure 4/4, comme le chant dans Us and Them), conjugué à une forte distorsion de type fuzz, avec beaucoup de sustain.

Après un deuxième couplet, un pont transite vers la reprise de la deuxième chanson de l'album, Breathe. Breathe (Reprise) dure une trentaine de secondes pour ensuite passer à la cinquième chanson, The Great Gig in the Sky, liée par un accord de si mineur joué par un orgue éthéré (Farfisa Compact Duo).

Analyse des paroles[modifier | modifier le code]

Les paroles de la chanson sont écrites par Roger Waters qui réalise que la vie n'est pas à propos de la préparation à ce qui va nous arriver, mais à propos du contrôle de notre destinée, faisant allusion à sa mère qui avait une obsession pour l'éducation. La chanson est un memento mori car elle explique que le temps passe très vite, que rendu à un certain âge on ne peut faire des choses du passé.

La première phrase du couplet qui suit le solo de David Gilmour :

« And you run, and you run, to catch up with the sun, but it's sinking » (« Et tu cours, tu cours, tu t'approches du soleil, mais il descend »),

est une allusion au Chapitre 1, Ligne 5 de la Bible : « Le soleil bouge, et le soleil descend et le soleil retourne dont il est arrivé ». Cela continue le thème du memento mori.

Personnel[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Si Breathe (Reprise) est enlevé, la durée de Time devient 5:56, elle tombe donc en troisième position, après Money
  2. Le deuxième après Comfortably Numb d'après le site DigitalDreamDoor. [1]
  3. Classic Albums: Pink Floyd – The Dark Side of the Moon
  4. Voir le retour du chant à la fin de Echoes
  5. Classic Albums: Pink Floyd – The Dark Side of the Moon. Chapitre sur Time disponible sur Youtube.
  6. Interview d'Alan Parsons lors du 25ème anniversaire de Dark Side of the Moon