Priscilla Telmon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Priscilla Telmon

Activités photographe, écrivain voyageur, documentariste
Langue d'écriture français
Genres Récit d'exploration

Priscilla Telmon est photographe, écrivain voyageur, documentariste et membre de la Société des explorateurs français (SEF). Elle se consacre, depuis 1997, à des expéditions, des voyages d’exploration[1] et des actions de protection de l'environnement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir été brièvement mannequin[2] lors de ses études, elle suit des cours d’ethnomédecine[1]. Elle s'adonne également à l'escalade de monuments parisiens avec Alain Robert, l'« homme araignée »[3]. Entamant une carrière de photographe et de journaliste indépendante, elle se consacre, depuis 1997, à des expéditions, des voyages au long cours, des missions humanitaires et des actions de protection de l'environnement[4].

Elle a effectué plusieurs voyages, traversées (à pied, à cheval), essentiellement en Asie centrale et en Haute-Asie[5].

En 1997, elle traverse clandestinement le Dolpo en compagnie de l'écrivain voyageur Sylvain Tesson et du voyageur Alexandre Poussin[5].

En 1998, elle gravit le Kilimandjaro en Tanzanie et traverse, à pied et à cheval, le massif de l’Atlas[5].

À 23 ans[4], elle entreprend la traversée, en 1999-2000, de l’Asie centrale à cheval avec Sylvain Tesson, depuis Alma Ata au Kazakhstan jusqu'à la mer d’Aral en Ouzbékistan). Ce périple débouche sur sa collaboration à deux ouvrages, La Chevauchée des steppes en 2001 et Carnets de Steppes : à cheval à travers l'Asie centrale en 2002.

À 27 ans[6], en 2003-2004, sa traversée à pied et en solitaire de l'Himalaya sur les traces d’Alexandra David-Néel la conduit à travers le Viêt Nam, le Yunnan, le Tibet, le Sikkim et l'Inde. Elle laisse éclater sa joie à chaque col franchi et sa rage à chacune de ses arrestations[7]. Ayant visité le palais du Potala, elle indique que la citadelle est « vide, morte, silencieuse »[8]. Ce périple a pour aboutissement la réalisation du documentaire Voyage au Tibet interdit[9], qui lui vaut le prix spécial du Sénat en tant que sportive[10].

En 2005, elle effectue une traversée spéléologique du gouffre de la Pierre-Saint-Martin[5].

Elle participe comme photographe à l'exploration d'une épave du Xe siècle en mer de Java en 2006[5].

En 2010, elle publie l’album photographique Himalayas, sur les pas d’Alexandra David-Néel[11].

En 2011, au Népal, elle saute en parachute au-dessus de l'Everest, à près de 10 000 m[12].

À partir de 1998, elle participe à diverses émissions radiophoniques ou télévisées en tant qu’animatrice (Journal de l'aventure sur Fréquence protestante, Lundi Évasion, Paris d'Ailleurs, Un jour, une photo, la planète en danger sur Paris Première, Familles d'ailleurs sur la chaîne Gulli) ou chroniqueuse (dans Rêves de comptoirs sur la chaîne Voyage, et dans 28’ sur Arte en 2012).

Concernée par la situation au Tibet[13], à l'occasion du passage de la flamme olympique à Paris en 2008, elle grimpe à la cathédrale Notre-Dame lors de l'opération qui vit le déploiement, au-dessus de la rosace, de la banderole aux anneaux olympiques en forme de menottes de RSF[14]. Le 29 août 2008, en compagnie de Véronique Jannot, elle saute en parachute avec le drapeau du Tibet au-dessus du mont Saint-Michel[15].

Elle est grand reporter[16],[17] pour divers magazines et agences de presse et donne de nombreuses conférences sur l’Asie centrale et l’Himalaya. Ses reportages sont aujourd'hui essentiellement voués à la protection de l'environnement dans le monde et aux cultures ancestrales. Elle est également membre fondateur de l'Association Chantal Mauduit Namasté pour l’amélioration des conditions de vie des enfants népalais et de l'association Réseau Cétacés pour la protection des mammifères marins[5].

En décembre 2010, dans le cadre de l'exposition « Dans le blanc des yeux » sur les cultures de l’Himalaya au musée du quai Branly, elle conçoit et organise une semaine de concerts et de spectacles, intitulée Une semaine en Himalaya. Y sont projetés des extraits de son film Voyage interdit au Tibet, et elle-même participe à différentes conférences[18]. En 2011, elle organise l’exposition « Himalayas, sur les pas d'Alexandra David-Néel » au cinéma MK2 Bibliothèque[19].

Depuis 2008, Priscilla Telmon est membre du conseil d'administration de la Fondation EDF Diversiterre[20],[21]. Elle est membre d'honneur de l'Institut de recherche sur les expériences extraordinaires (INREES), la marraine 2010 de Paris Jeunes Aventures de la Mairie de Paris qui aide les jeunes à réaliser un projet de voyage[21] et en 2011 des 10 ans de l'aquarium de La Rochelle avec Paul Virilio[22].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Récits d'expéditions[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Inrees, Exploratrice, et membre d’honneur de l’INREES.
  2. Catherine Reverzy, Femmes d'aventure : du rêve à la réalisation de soi, Éditions Odile Jacob, 2001, chap. 3 (p. 37-42) : Priscilla Telmon. De l'ascension des monuments de Paris aux steppes d'Asie centrale, en part. p. 37 : « Les clientes attentives aux vitrines des pharmacies auront repéré son visage sur une publicité qui montre l'efficacité d'une crème de beauté : être mannequin lui avait permis, l'année du bac, de trouver son autonomie. »
  3. Catherine Reverzy, De l'ascension des monuments de Paris aux steppes de l'Asie centrale, Éditions Odile Jacob, 2001,(ISBN 2738110142), p. 37-41 : Femmes d’aventure : Du rêve à la réalisation de soi, en part. p. 37 : « Les lecteurs de magazine auront vu des photographies de Priscilla Telmon, vingt ans, en mariée romantique escaladant la tour Eiffel ou en Cat woman sur le Dôme du Sacré-Cœur, ou encore assise à Califourchon sur une gargouille de Notre-Dame aux côtés d'Alain Robert, l'« homme araignée », grimpeur de l'extrême. »
  4. a et b Catherine Reverzy, De l'ascension des monuments de Paris aux steppes de l'Asie centrale, Éditions Odile Jacob, 2001,(ISBN 2738110142), p. 37-41 : Femmes d’aventure : Du rêve à la réalisation de soi, en part. p. 38 : « En quelques années, elle est passée des castings fastidieux aux études de psychomotricité, du travail de reporter à des cours d'ethnomédecine, en relation avec ses projets. Elle se cherche et sillonne la planète de missions humanitaires en voyages aventureux. Elle écrit, photographie le monde ou utilise l'aquarelle. »
  5. a, b, c, d, e et f Transboréal, Auteurs - Priscilla Telmon.
  6. Louise Sireix, Voyage au bout du Tibet , La Vie, No 3193, 9 novembre 2006.
  7. Louise Sireix, op. cit. : « Avec la fraîcheur de sa jeunesse, Priscilla laisse éclater sa joie à chaque col franchi et sa rage à chacune de ses arrestations. Parce que, si le Tibet d'Alexandra est bien différent de celui de Priscilla, une chose n'a pas changé : la difficulté d'y circuler. »
  8. Priscilla Telmon, Carnet b. La Dernière Porte avant Lhassa (novembre 2003) : « L'ancienne résidence du Dalai Lama est devenu un vaste musée. La citadelle est vide, morte, silencieuse. »
  9. Priscilla Telmon, Première, 15 décembre 2009.
  10. Prix spécial du Sénat
  11. a et b Delphine Péras, Himalayas. Sur les pas d'Alexandra David-Néel, L'Express, décembre 2010.
  12. Sylvain Tesson, Saut en parachute à 10 000 mètres, Société des explorateurs français, février 2012.
  13. Elodie Rousseau, Priscilla Telmon "Survivre dans les immensités hostiles n'est pas si compliqué", Aufeminin.com, 1er mars 2011.
  14. Jean-Louis Tremblais, « Le drapeau noir flotte sur les JO », Le Figaro, 14 avril 2008 : « La nuit du 6 au 7 avril, à quatre (dont Robert Ménard et la réalisatrice Priscilla Telmon), nous avons atteint la charpente de la nef (qu'on appelle la forêt). Trois d'entre nous se sont installés et ont attendu 16 h 30 le lendemain. C'est là que Robert Ménard a déployé une banderole RSF (avec les menottes en guise d'anneaux olympiques) de 8 x 8 mètres, plus un drapeau tibétain. Juste au-dessus de la rosace ! ».
  15. Résumé de la visite de SS le Dalaï Lama, des JO, et des manifestations, par Rédaction, sur le site TIBET-Info.net, mardi 9 septembre 2008.
  16. Café littéraire au Blanc Mesnil, Le Parisien, 26 mars 2005, consulté le 15 février 2013.
  17. Priscilla Telmon, Carnets d'Aventure Magazine, 8 mai 2006 (mis à jour le 30 octobre 2012), consulté le 15 février 2013.
  18. [PDF]Dans le blanc des yeux - Masques primitifs du Népal, dossier d'exposition du musée du quai Branly, 9 novembre 2010 au 9 janvier 2011.
  19. Pascal Paradou, Priscilla Telmon : Une photographe au Tibet sur les traces d'Alexandra David-Néel, RFI, Culture vive, 15 février 2011.
  20. Projet DOSSIER DE PRESSE - Médias - EDF.
  21. a et b Priscilla Telmon, Étonnants voyageurs, 25 février 2011
  22. Les images du 1er avril.
  23. Ce documentaire a fait l'objet d'un compte rendu par Viviane de Castel dans la revue Politique étrangère, 2001, vol. 66, No 3, p. 786.

Lien externe[modifier | modifier le code]