Place de Jaude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Place de Jaude
Image illustrative de l'article Place de Jaude
La place de Jaude illuminée la nuit.
Situation
Coordonnées 45° 46′ 35″ N 3° 04′ 56″ E / 45.776306, 3.08216745° 46′ 35″ Nord 3° 04′ 56″ Est / 45.776306, 3.082167  
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Ville Clermont-Ferrand
Quartier Jaude
Tenant Avenue des États-Unis
Aboutissant Rue Gonod
Morphologie
Type Place fermée
Forme Rectangulaire
Superficie 35 000 m2
Histoire
Création Époque romaine et XVIIe siècle
Anciens noms Galde au Moyen Âge, puis Jalde (et enfin Jaude)
Monuments Église Saint-Pierre-des-Minimes
Statue du général Desaix
Opéra-Théâtre
Statue équestre de Vercingétorix

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Place de Jaude

Géolocalisation sur la carte : Clermont Communauté

(Voir situation sur carte : Clermont Communauté)
Place de Jaude

La place de Jaude est la place la plus importante et la plus connue de Clermont-Ferrand.

Lieux et monuments emblématiques[modifier | modifier le code]

La place de Jaude est bordée :

La place compte deux statues en bronze :

L’origine du nom de Jaude[modifier | modifier le code]

Son nom est d’origine très ancienne. Certains auteurs attribuent l’appellation Jaude à un mot signifiant « coq » en auvergnat (oiseau emblème du dieu Mars ou volaille vendue sur la place ?) mais il s’agit là assurément d’une fausse étymologie, typique de l’érudition humaniste : en effet, deux missels du diocèse de Clermont de 1492 et 1527 nomment la place platea Galli (la place du Coq).

Il ne fait en revanche aucun doute, du point de vue de la phonétique historique, que le nom de Jaude est dérivé du nom porté par l’édifice gallo-romain voisin, le temple de Vasso Galate. L’évolution phonétique[1] a été la suivante : Galate > Galde > Jalde > Jaude.

Une autre version, courante dans la population volontiers moqueuse du vieux Clermont est de faire remonter "Jaude" du latin "gaudere", "jouir", allusion aux maisons de tolérance qui bordaient la place.

Une place d’origine ancienne ?[modifier | modifier le code]

Une vue de la place de Jaude à la fin du dix-neuvième siècle
Vue de la place à la fin du XIXe siècle.

Comme l’ont prouvé les fouilles menées à l’occasion de l’aménagement du Fond de Jaude (1978), du Carré Jaude I (1995) et du Carré Jaude II (2009-2010), la plaine de Jaude, presque dépourvue de construction au Moyen Âge, est au contraire un secteur densément urbanisé à l’époque romaine. La place existe très probablement depuis l’époque romaine, mais il semble que ses premiers embellissements datent du XVIIe siècle. Au Moyen Âge, la place est une vaste zone non appropriée marécageuse (il s’agit en effet d’un ancien lac de cratère), bordée à l’ouest par le bras dérivé de la Tiretaine du Sud aménagé pour alimenter tanneries et moulins, au nord et à l’est par la limite du secteur urbanisé ; le seul édifice en élévation dans la dépression est alors la chapelle de Jaude, au sud-ouest de la place. L’église Saint-Pierre-des-Minimes est édifiée en 1630. On installe en 1663 une fontaine et un bassin. En 1750, la place est transformée en foirail afin d’y vendre chevaux et bois de chauffage.

L’urbanisation de la place aux XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

Ancienne carte postale de la place de Jaude après 1903 avec les installations de l’ancien tramway
La Place Jaude, photographiée peu après 1903, accueillait depuis 1890 les installations du premier tramway de Clermont-Ferrand.

Au XIXe siècle, la place devient un lieu de promenade prisé des habitants.

Sur le côté est de la place, la halle aux toiles, construite en 1812, est transformée pour accueillir un grand théâtre en 1894.

On érige deux monuments : la statue du général Desaix, en 1848 et la statue équestre de Vercingétorix, en 1903.

Le Café de Paris (1839), le Café Riche, le Grand café lyonnais, le Café de l’Univers ouvrent leurs terrasses sur la place. L’orientation commerciale de la place se confirme au XXe siècle, avec l’ouverture du magasin Paris-Clermont (l’actuel bâtiment du Crédit commercial de France) construit en 1900, puis celle des Galeries de Jaude en 1907 (devenues Galeries Lafayette en avril 1997) qui supplantent rapidement leur concurrent.

Dans les années 1960 et 1970, la place est rénovée au sud : le quartier du Fond de Jaude est rasé pour laisser place, en 1980, à un grand centre commercial, le Centre Jaude.

La place durant les années 1980[modifier | modifier le code]

Un parking est creusé sous la partie nord de la place. Au-dessus, une gare routière et une boutique de la T2C sont implantées. La presque totalité des bus de la ville passent sur la place. Deux bassins à jets sont créés, en 1985, au centre de la place qui est bordée d’espaces-verts et de magnoliers. Près du Centre Jaude, un square est agrémenté d’une fontaine dessinée par le sculpteur Jean Chauchard.

La place actuelle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tramway de Clermont-Ferrand.
La place de Jaude de nuit
La place illuminée la nuit et son reflet dans une des fontaines.
La place de Jaude avec la fontaine au premier plan
La place de Jaude.
Vue de la place de Jaude côté sud
La place de Jaude (côté sud).
Vue de la place de Jaude côté nord
La place de Jaude (côté nord).

Le conseil municipal décide le 24 septembre 1999 de refaire entièrement la place et d’installer une première ligne de tramway. Le projet d’aménagement est réalisé par l’équipe lauréate du concours international d’architecture et de paysage d'Alain Marguerit (Atelier des paysages Alain Marguerit), Bernard Paris (Atelier d’Architecture Bernard Paris), Jean-Max Llorca (fontainier), LEA (Laurent Fachard, éclairagiste).

Le projet rappelle les aménagements qui existaient au XIXe siècle : Un espace essentiellement réservé aux piétons et des allées d’arbres (141 au total) entre lesquels passe, depuis le 13 novembre 2006, le nouveau tramway de Clermont-Ferrand.

Trois alignements d’arbres, composés de trois essences différentes, sont plantés : des tulipiers de Virginie au centre, des copalmes d'Amérique à l’extérieur, près des façades et un groupe de lauriers-tulipiers au sud, près de la statue du général Desaix.

La place est presque entièrement réservée aux piétons. Les véhicules la traversent uniquement d’est en ouest à partir du boulevard Desaix ou d’ouest en est à partir de l’avenue Julien. La partie nord est composée d’un parvis de basalte sombre éclairé la nuit de 250 diodes rouges et jaunes qui symbolisent le mouvement de la lave. Le reste de la place est pavé de pierres calcaires claires.

Les nombreuses petites fontaines alignées sont éclairées le soir de dégradés de rouge. Sept mâts de 22 mètres assurent une illumination polychrome de l’ensemble ainsi que l’éclairage des monuments. Les éclairages des façades, notamment ceux de l’Opéra-Théâtre et des Galeries Lafayette sont améliorés.

Au sud, le jet principal d’une grande fontaine atteint 22 mètres (son accès direct au public ayant causé des accidents, ce jet a été arrêté dans l’attente d’un compromis entre sécurité et agrément).

Les travaux commencèrent en janvier 2003 et se sont achevés à la fin de 2005 pour un coût de 15 millions d’euros. La place rouvre au public le 10 décembre 2005 en présence de 30 000 personnes et a été inaugurée le 17 juin 2006[2].

Les grands rendez-vous[modifier | modifier le code]

Championnat de France de rugby à XV (Top 14)[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, plus de 30 000 personnes personnes se sont réunies chaque année pour les finales du Top 14 devant l'écran géant installé place de Jaude :

Le lendemain de la victoire, le 30 mai 2010, environ 100 000 personnes sont réunies pour accueillir les joueurs de l’ASM et acclamer le premier bouclier de Brennus du club[3]. C’est le plus grand rassemblement enregistré.

Autres événements[modifier | modifier le code]

Photos complémentaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D’après Pierre-François Fournier, dans André-Georges Manry, Histoire de Clermont-Ferrand, Bouhdida éditeur,‎ 1993 (ISBN 2-903377-15-4), p. 28
  2. « Inauguration de la place de Jaude », sur Cyberbougnat.net,‎ 16 juin 2006 (consulté le 18 mars 2012)
  3. « ASM: 60 000 supporters », sur Eurosport,‎ 30 mai 2010
  4. « Apéro géant : 6 000 personnes à Clermont-Ferrand dans une ambiance bon enfant », sur La Montagne,‎ 30 avril 2010

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André-Georges Manry, Histoire de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, Bouhdiba,‎ 1993, 399 p. (ISBN 2-903377-15-4)
  • François Descoeur et Christine Panthéon-Descoeur, Place de Jaude, Cournon, Canope,‎ 1989, 95 p. (ISBN 9782906320093)
  • Louis Passelaigue, Histoire des rues de Clermont et Montferrand, Clermont-Ferrand, De Borée,‎ 1997, 207 p. (ISBN 9782908592580)
  • Jacques Raflin, Clermont-Ferrand, Cournon, Canope,‎ 1987, 152 p. (ISBN 2-906320-04-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :