Paul Féval fils

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Paul Féval père.
Paul Féval fils (1920)

Paul Auguste Jean Nicolas Féval, dit Féval fils, né en 1860 et mort en 1933, est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'œuvre littéraire de Paul Féval père qui perdura quarante bonnes années, trouvait sa continuité légitime dans la plume ouvrière et hardie du fils, telle une « tradition » nouvellement acquise. Le flambeau changeait de mains. Le fils devint, au fil du temps, réputé pour ses nouvelles, ses romans et ses pièces d'opérette et ses dramatiques. De facture plus modeste, les écrits du fils suivirent néanmoins les fils des trames déjà dévidés avant lui par son géniteur et par Alexandre Dumas père. D'Artagnan rencontra Cyrano. Le chevalier Lagardère eut un fils, en la personne du sergent Belle-épée. Le filon de l'histoire semblait avoir été ouvert pour ne plus se tarir.

Ainsi donc, fin du XIXe siècle et début du XXe, Paul Féval fils créa de toutes pièces (sous de nombreux titres) une famille généalogique à Henri de Lagardère, dans une suite extravagante d'aventures nouvelles du «  petit parisien  » : Les Jumeaux de Nevers (1895, avec A. D'Orsay) ; Les Chevauchées de Lagardère (1909) ; Mademoiselle de Lagardère (1929) ; La petite fille du Bossu (1931), puis La Jeunesse du Bossu (1934).

Les mystères urbains anglais trouvèrent un héritier qui n'inventait certes pas, mais qui prolongea un temps encore l'illusion. Parmi ces autres travaux d'écriture : Nouvelles (1890) ; Maria Laura (1891) ; Chantepie (1896) ; Aventurières (roman galant sage) ; Mam'zelle Flamberge (1911) trouvèrent un public de lecteurs assidus.

Le fantastique renaît des cendres Féval en la personne de Félifax, l'homme-tigre (1929) et sa suite Londres en folie (1930). On doit aussi à Féval fils La Guerre des étoiles, un roman qui n’a rien à voir avec la double-trilogie du même nom.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Aventures de Lagardère[modifier | modifier le code]

  • Le Fils de Lagardère (1893, avec A. d'Orsay)
  • Les Jumeaux de Nevers (1895, avec A. d'Orsay)
  • Le Fils de Lagardère (pièce de théâtre) (1908)
  • Les Chevauchées de Lagardère (1909)
  • Cocardasse et Passepoil (1922-23)
  • Mademoiselle de Lagardère (1929)
  • La petite fille du Bossu (1931)
  • La Jeunesse du Bossu (1934)

D’Artagnan et Cyrano[modifier | modifier le code]

  • D’Artagnan contre Cyrano (avec M. Lamez, 4 tomes, 1925)
  • D’Artagnan et Cyrano réconciliés (avec M. Lamez, 3 tomes, 1928)
  • Le fils de d’Artagnan (1914)
  • La vieillesse d’Athos (1930)

Les Mystères de demain[modifier | modifier le code]

H.-J. Magog écrit seul un sixième tome, Le Poison du monde.

Cœur d'amour[modifier | modifier le code]

  • Coeur d'amour I : Les mignons du roi
  • Coeur d'amour II : La trinité diabolique
  • Cœur d'amour III. L'homme au visage volé (1924)
  • Cœur d'amour IV : L'Éborgnade (1925)

Aventures de Félifax[modifier | modifier le code]

  • Félifax, l'homme-tigre (1929)
  • Londres en folie (1930)

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le dernier Laird : la providence du camp (1885-1895)
  • Nouvelles (1890)
  • Maria Laura (1891)
  • Chantepie (1896)
  • Aventurières
  • Mam'zelle Flamberge (1911)
  • Les amants de l'au-delà (1927)
  • Les vampires de la mer (1929)
  • La Guerre des étoiles
  • La lumière bleue
  • La vendéenne"

Évocations dans les arts, reprises et réécritures[modifier | modifier le code]

Le personnage de Félifax intervient dans la bande-dessinée La Brigade chimérique (2009-2010), qui convoque différentes figures de super-héros de la littérature populaire d'avant-guerre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions des œuvres de Paul Féval fils[modifier | modifier le code]

  • Paul Féval père et fils, Le Roman de Lagardère, Omnibus, 1991
  • Paul Féval fils, D'Artagnan et Cyrano, Omnibus, 2002

Études[modifier | modifier le code]

  • Sarah Mombert, Le roman populaire en question(s), Limoges, Pulim, 1997

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]