Passiflora caerulea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Passiflora caerulea ou passiflore bleue est une plante grimpante de la famille des Passifloraceae, originaire d'Amérique du Sud. C'est la passiflore ornementale la plus cultivée dans les pays tempérés.

Il existe plusieurs variétés cultivées[1] de Passiflora caerulea :

  • Constance Eliot est résistante à des gelées de -15 °C, très florifère et très parfumée
  • China Blue a une couronne bleu claire
  • Clear sky est un cultivar tétraploïde

Beaucoup d'espèces du genre Passiflora peuvent s'hybrider entre elles. Dès le début du XIX e siècle, le premier croisement réussi fut celui de Passiflora caerulea et de P. racemosa pour donner P. × violacea. De même Passiflora × belotti provient du croisement de P. alata et de P. caerulea.


Description[modifier | modifier le code]

Feuille pentalobée, vrille et bouton floral

La passiflore bleue est une plante grimpante, très vigoureuse, développant de longues tiges de 5-6 m, souples et anguleuses, s'accrochant à l'aide de vrilles.

Deux grosses stipules réniformes[2] d'environ 2 cm de long sont à la base du pétiole portant la feuille. Le limbe de 5-8 × 6-9 cm comporte généralement 5 lobes palmés, à marge entière.

Coupe de fleur de Passiflora caerulea

L'inflorescence est une cyme dont la fleur centrale avorte, une fleur latérale se développe en vrille et l'autre donne une véritable fleur. Cette fleur, d'environ 8 cm de diamètre, porte :

  • 3 grosses bractées ovales, vert pâle
  • 5 sépales pétaloïdes avec un éperon sous apical vert
  • 5 pétales blanchâtres
  • une couronne de filaments tricolores disposés sur 2 niveaux. Les filaments sont colorés de bleu clair, blanc et pourpre foncé au centre. Suivent 1 ou 2 cycles de filaments courts avec nectaires à la base.
  • au centre, une colonne, l'androgynophore, de 8-10 mm hauteur, portant l'androcée et le gynécée :

La floraison a lieu de mai-juin à septembre. Elle s'accompagne du dégagement d'un doux parfum rappelant le monoï.

Le fruit est une baie jaune orangé, ovoïde ou subglobuleuse, d'environ 6 cm de long, contenant de nombreuses graines. Bien mûr, et bien que peu charnu et peu savoureux, il semble comestible en petites doses. Cru et encore vert, il contient de l'acide cyanhydrique[3](0,0118-0,013 % de HCN).

Légende[modifier | modifier le code]

Les missionnaires espagnols firent preuve d'imagination et s'en servirent pour enseigner l'histoire du Christ, en particulier de sa Passion :

- Les vrilles symbolisent les fouets de la flagellation

- les dix pétales et sépales représentent dix des douze apôtres

- la centaine de filets disposés en cercle fait allusion à la couronne d'épines.

- Les trois stigmates et les cinq anthères rappellent les trois clous et les cinq plaies.

Pollinisation[modifier | modifier le code]

Passiflora caerulea avec styles dressés
Abeille récoltant le nectar de Passiflora caerulea avec styles rabattus
Passiflora caerulea ouverte vue de 3/4

La fleur reste ouverte un ou deux jours. À l'ouverture de la fleur, les styles sont redressés dans la position qu'ils occupaient dans le bouton floral. Puis rapidement les styles[4] se rabaissent jusqu'à ce que les stigmates jouxtent les anthères. En fin de floraison, ils se redressent dans leur position antérieure.

Le pollen est libéré avant que les stigmates ne deviennent réceptifs (protandrie). Les grains de pollen sont gros, lourds et ne peuvent pas être emportés par le vent. C'est généralement des hyménoptères qui se chargent de la pollinisation. En France, l'abeille européenne et les bourdons sont les pollinisateurs les plus fréquents. Certains plants sont autofertiles mais d'autres comme la variété Constance Eliot, ne le sont pas.

Le moment le plus propice à la pollinisation se trouve lorsque les stigmates sont au niveau des anthères. À ce moment, les insectes en allant récolter le nectar (ou le pollen) abondamment fourni par la fleur se frottent aux stigmates qui à cet instant secrètent un liquide visqueux capable de capter le pollen éventuellement transporté par l'insecte.

Écologie[modifier | modifier le code]

Passiflora caerulea est originaire d'une zone couvrant le Brésil, l'Argentine, le Paraguay et l'Uruguay.

Elle est cultivée comme ornementale dans les régions tempérées.

Elle s'est naturalisée et est même devenue envahissante dans certaines régions du monde, comme en Espagne[5], en Californie, Hawaï et Nouvelle-Zélande[6].


Composition[modifier | modifier le code]

On sait que les membres du genre Passiflora contiennent des alcaloïdes, phénols, glucosides de flavonoïdes et des composés cyanogènes[7]. Des alcaloïdes de type harmane n'ont pas été trouvés dans P. caerulea.

Dans la fleur de Passiflora caerulea il a été isolé une flavone[8], la chrysine, connue ou du moins vendue aux sportifs comme inhibiteur de l'aromatase (bien que des études in vivo n'aient montré aucune d'activité inhibitrice de l'aromatase[9],[10]).

La plante fraiche écrasée libère rapidement une quantité importante de cyanure (30-40 μmol/g). Il a été isolé des glucosides cyanogènes : la gynocardine, un mélange épimère de sulfate de tétraphylline B et de sulfate d'épitétraphylline B[11].

Le catabolisme normal des hétérosides cyanogènes conduit à la libération d'acide cyanhydrique qui est aussitôt converti en asparagine[12].


Glycosides cyanogéniques avec structure cyclopentanoïde
Nom R R' Formule
tétraphylline B OH H Tetraphyllin-gynocardin.png
sulfate de tétraphylline B OSO3- H
gynocardine OH OH

Utilisations[modifier | modifier le code]

Fruit de passiflore bleue
  • Ethno-pharmacologie

Dans les Caraïbes, au Mexique et en Amérique du Sud, la racine a été utilisée comme sédatif et vermifuge[8]. Dans l'île Maurice, un extrait de la plante a servi de remède contre l'insomnie. En Argentine, les parties aériennes sont prescrites comme agent antimicrobien dans la pneumonie. En Italie, la plante a été utilisée comme antispasmodique et sédative. Mais Passiflora caerulea ne rentre pas dans les pharmacopées européennes, seule Passiflora incarnata fait partie des pharmacopées française, allemande, britannique et américaine.

  • Culture ornementale

Cette liane très décorative peut être cultivée dans les régions tempérées en raison de sa bonne résistance au gel.

Elle accepte tous les sols, en particulier le calcaire. Elle croît au soleil ou à la mi-ombre.

Au printemps, tailler à 2 à 3 yeux de la ramure principale.

La multiplication s'effectue par graines, bouturage, marcottage ou rejets. Attention, dans certaines régions, elle peut devenir envahissante!

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael Hickey, 100 families of flowering plants, Cambridge University Press,‎ 1988

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Torsten Ulmer, John M. MacDougal, Passiflora: passionflower of the world, Timber Press,‎ 2004
  2. Référence Flora of China : Passiflora caerulea (en)
  3. (en) E.M. Mrak (ed), Advances in Food Research vol 12, Academic Press,‎ 1963
  4. (en) S.E. McGregor, Insect Pollination of Cultivated Crop Plants, Virtual Beekeeping Book Updated Continously,‎ 1976, [1] p.
  5. Plant invaders in Spain Dana
  6. weedwatch
  7. le terme cyanogénétique est aussi employé, mais pour Jean Bruneton, cyanogène « qui engendre le cyanure » semble plus correcte
  8. a et b (en) K. Dhawan, S. Dhawan, A. Sharma, « Passiflora : a review update », Journal of Ethnopharmacologye, vol. 94,‎ 2004, p. 1-23
  9. (en) Saarinen N, Joshi SC, Ahotupa M, Li X, Ammälä J, Mäkelä S, Santti R., « No evidence for the in vivo activity of aromatase-inhibiting flavonoids », J Steroid Biochem Mol Biol., vol. 78,‎ 2001, p. 231 (PMID 11595503, DOI 10.1016/S0960-0760(01)00098-X)
  10. (en) Int J Sport Nutr Exerc Metab., « Effects of anabolic precursors on serum testosterone concentrations and adaptations to resistance training in young men », Int J Sport Nutr Exerc Metab.,‎ 2000 (PMID 10997957)
  11. (en) D.S. Seigler, K.C. Spencer, W.S. Statler, E.E. Conn, J.E. Dunn, « Tetraphyllin B and epitetraphyllin B sulphates: novel cyanogenic glucosides from Passiflora caerulea and P. alato-caerulea », Phytochemistry, vol. 21, no 9,‎ 1982
  12. Bruneton, J., Pharmacognosie - Phytochimie, plantes médicinales, 4e éd., revue et augmentée, Paris, Tec & Doc - Éditions médicales internationales,‎ 2009, 1288 p. (ISBN 978-2-7430-1188-8)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

  • Passiflora incarnata passiflore officinale dont les parties aériennes séchées ont une activité anxiolytique et sédative
  • Passiflora edulis, grenadilla dont le fruit comestible sert à faire des jus

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :