Vrille (botanique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir vrille.
Vrille de vigne (Vitis sp.)

En botanique, une vrille désigne une pièce foliaire correspondant à un organe spécialisé permettant aux plantes rampantes ou grimpantes de s'accrocher à des supports divers.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'étude la plus complète fut la monographie de Charles Darwin, On the Movements and Habits of Climbing Plants (1865), dans laquelle il invente le terme de circumnutation pour désigner le mouvement d'hélice effectué par la vrille.

Biologie[modifier | modifier le code]

Les vrilles, généralement de section circulaire, sont capables de s'enrouler en spirale serrée. Cet enroulement au contact du support est dû à un tropisme de contact (haptotropisme) et n'intervient qu'en certaines zones précises de la vrille. L'enroulement peut se faire dans le sens horaire ou dans le sens contraire. Chez la bryone dioïque, les vrilles forment deux enroulements de sens contraire.

Les vrilles résultent de la transformation de divers organes et peuvent avoir la structure interne d'une racine, d'une tige ou d'une feuille. Dans ce dernier cas, elles peuvent soit remplacer le limbe, cas de la gesse aphaca espèce chez laquelle le rôle chlorophyllien du limbe est dévolu aux stipules très développées, soit être des folioles modifiées, cas de nombreuses Fabacées comme le petit pois ou la Vesce craque (Vicia cracca), soit des stipules, cas de la salsepareille.

Certaines plantes grimpantes utilisent d'autres moyens d'accrochage à leurs supports :