Harmane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
On trouve plusieurs alcaloïdes Inhibiteur des monoamine oxydases, en concentration de 2 à 7 %, dans les graines de la « rue de Syrie » (Peganum harmala).

Les harmanes sont un groupe d'alcaloïdes d'origine végétale. Ils ont des propriétés d'inhibitions des monoamine oxydases et sont des antagonistes sérotoninergiques. Ils sont également légèrement hallucinogènes et analgésiques, et sont souvent utilisés par les sociétés premières comme potentialisateurs d'autres psychotropes.

Les harmanes possèdent en commun un noyau carboline[1], lui-même composé d'un noyau indol : On les classe donc dans la catégorie des alcaloïdes indoliques simples à bêta-carboline. Ils s'apparentent à la tryptamine.

L'harmine, l'harmaline, le 6-MeO-THH ou le tétrahydroharmine sont tous des harmanes et font partie de la classe des alcaloïdes indoles extraits des plantes Peganum harmala, Banisteriopsis[2] et Iboga.

L'harmane à proprement parler est une molécule extraite de l'Ayahuasca (Banisteriopsis caapi), de la famille des Malpighiaceae.

Elle est utilisée en Amérique du Sud au coeur d'un breuvage chamanique hallucinogène afin de communiquer avec l'au-delà (ce breuvage est constitué de multitudes de plantes contenant, entre autres, de l'harmane et de l'atropine).

En France, elle appartient à la liste des stupéfiants.

Harmane (small).svg

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Richard, Dictionnaire des drogues, des toxicomanies et des dépendances, 1999
  2. (en) The Lycaeum - Entheogenic Database & Community

Articles connexes[modifier | modifier le code]