Paradisier superbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paradisier superbe

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Lophorina superba

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Paradisaeidae

Genre

Lophorina
Vieillot, 1816

Nom binominal

Lophorina superba
Pennant, 1781

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 01/07/75

Le Paradisier superbe (Lophorina superba) est une espèce de passereau appartenant à la famille des Paradisaeidae. C'est la seule espèce du genre Lophorina.

Distribution[modifier | modifier le code]

Discontinue, en taches plus ou moins importantes, à travers toute la Nouvelle-Guinée, du nord-ouest au sud-est, essentiellement le long de la ligne orogénique.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • L. s. feminina (Ogilvie-Grant, 1915) : des monts Weyland aux monts Victor Emmanuel et Hindenburg vers le centre de la Nouvelle-Guinée en trois poches isolées.
  • L. s. latipennis (Rothschild, 1907) : montagnes des Hauts Plateaux du centre et de l’est (monts Herzog, aires de Kuper et d’Ekuti), monts Hunstein, monts Adelbert et montagnes de la péninsule de Huon.
  • L. s. minor (E. P. Ramsay, 1885) : monts Owen Stanley à partir de la région de Wau avec une poche isolée plus loin dans le sud-est

Habitat[modifier | modifier le code]

Le paradisier superbe habite les forêts de montagnes moyennes et supérieures, les forêts dégradées et les lambeaux forestiers à proximité de jardins et d’autres zones éclaircies entre 1000 et 2300 m et surtout entre 1650 et 1900 m. Les crêtes de montagnes arborées donnant sur des versants escarpés et offrant des postes de chant constituent les territoires privilégiés des mâles (Frith & Frith 2009).

Alimentation[modifier | modifier le code]

Beehler (1983) a comptabilisé 23 individus se nourrissant sur Chisocheton weinlandii, 17 sur Homalanthus novoguineensis, 9 sur Endospermum medullosum, 8 sur Ficus sp., 2 sur Pandanus conoideus, 2 sur Sloanea sogerensis, 2 sur Elmerrillia papuana et 1 sur Aporusa sp. donc avec une prépondérance (45) pour les fruits à capsules sur un total de 65 spécimens observés.

Mœurs[modifier | modifier le code]

Il évolue à tous les étages de la végétation, recherchant les fruits dans les arbres et les arthropodes sur les branches couvertes de mousse et les formations de plantes épiphytes. Il se tient généralement seul et se mêle à des groupes d’oiseaux (y compris d’autres espèces de paradisiers) en nourrissage dans des arbres portant des fruits (Frith & Frith 2009).

Parade nuptiale[modifier | modifier le code]

Frith & Frith (1988) ont observé la parade nuptiale en octobre 1985 à 1500 m d’altitude dans les monts Adelbert. Dans leur article, ils ont déterminé, dessins à l’appui, deux phases dans la parade du mâle : la phase initiale de parade et la phase de haute intensité. Dans la phase préliminaire, le mâle adopte une attitude particulière en affinant son plumage brillant, le corps selon un axe oblique avec la tête vers le haut et la queue vers le bas. Il se tient ainsi pendant quelques secondes puis imprime de brefs sursauts à la collerette, au plastron et aux touffes nasales. Il garde les côtés du plastron rabattus contre les flancs, la collerette serrée et tenue en arrière, le bec légèrement pointé vers le haut, les yeux fixés sur la femelle et les touffes nasales vers l’avant. Dans cette posture, il imprime des mouvements répétés au plastron qui s’entrouvre et à la collerette qui s’écarte en V, de chaque côté du cou. Puis il déploie le plastron au maximum de chaque côté de la poitrine, rentre la tête contre la poitrine et relève en même temps la collerette vers l’avant pour la présenter à la femelle. L’alternance des extensions du plastron et des agitations de la collerette s’accélère à mesure que cette phase progresse. Dans la phase de haute intensité, il maintient le plastron écarté au maximum, gonfle les plumes nasales et projette violemment la collerette en avant qui forme alors comme un entonnoir englobant la tête au milieu et le plastron à la base. Au-dessus des yeux, deux ronds bleu-vert à reflet métallique forment de faux yeux par le jeu de la lumière réfléchie par les plumes iridescentes du front séparées en deux taches par la touffe nasale noire et par l’inclinaison de la tête. Le bec fermé n’est pas visible et les yeux sont également invisibles ou à peine perçus en dessous des faux yeux. Ce phénomène des faux yeux a été décrit pour la première fois par Crandall (1932).

Des claquements, comparables à des coups de fouet, sont produits par les ailes (Frith & Beehler 1998) mais on ne connaît pas le fonctionnement exact. C’est Morrison-Scott (1936) qui, le premier, a constaté ce phénomène d’après un mâle en captivité mais sans le décrire précisément. Il remarqua aussi que ce spécimen levait et baissait la queue en même temps qu’il produisait ces claquements d’ailes. Ottaviani (2012) en passant différentes vidéos au ralenti, a pu constater que l’ouverture et la fermeture très rapide des rémiges sont bien à l’origine de ces claquements et non le fait qu’elles soient frappées contre le tronc comme on l’a cru longtemps. Il a également remarqué que le mâle nettoie le tronc de parade en retirant divers débris végétaux pour le rendre plus lisse.

Nidification[modifier | modifier le code]

Le nid consiste en une coupe grossière de fibres et de radicelles moelleuses et lâchement entrelacées avec quelques feuilles mortes, des frondes de fougères de type Polydodium et des tiges d’une plante grimpante rappelant Selaginella. Il est généralement construit dans des palmiers ou des plantes du même type à 1,5 m ou plus de hauteur, contiennent un ou deux œufs (Frith & Frith 2009).

Biologie de reproduction[modifier | modifier le code]

Les mâles sont polygames ; ils attirent des femelles et paradent de façon solitaire. Ils sont territoriaux, défendant une aire assez réduite (1,5 ha de moyenne) à l’intérieur de laquelle ils recherchent leur nourriture. Un mâle peut posséder plusieurs territoires adjacents (entre 1,19 et 1,71 ha), les femelles nichant probablement dans le territoire du mâle de leur choix (Beehler & Pruett-Jones 1983).

Statut, conservation[modifier | modifier le code]

L’espèce est commune et largement répartie donc non menacée. Elle est plus tolérante à la perturbation de son habitat que la majeure partie des autres paradisiers. Elle est plus abondante à basse altitude, hors période de reproduction, quand les individus sont majoritairement en plumage femelle (Frith & Frith 2009).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Beehler, B. M. (1983). Frugivory and polygamy in Birds of Paradise. The Auk 100: 1-12.
  • Beehler, B. M. & Pruett-Jones, S. G. (1983). Display dispersion and diet of birds of paradise : a comparison of nine species. Behav. Ecol. Sociobiol. 13: 229-238.
  • Crandall, L. S. (1932). Notes on certain birds of paradise. Zoologica 11: 77-87.
  • Frith, D. W. & Frith, C. B. (1988). Courtship display and mating of the Superb Bird of Paradise Lophorina superba. Emu 88: 183-188.
  • Frith, C. B. & Beehler, B. M. (1998). The Birds of Paradise: Paradisaeidae. Oxford University Press, New York.
  • Frith, C. B. & Frith, D. W. (2009). Family Paradisaeidae (Birds of Paradise). In del Hoyo, J. Elliott, A. & Christie, D. Handbook of the Birds of the World. Bush-shrikes to Old World Sparrows. Volume 14. pp. 404-459. Lynx Edicions, Barcelona.
  • Morrison-Scott, T. (1936). Display of Lophorina superba minor. Proc. Zool. Soc. Lond. 1936 : 809.
  • Ottaviani, M. (2012). Les Oiseaux de Paradis – Histoire Naturelle et photographies, 320 pages. Editions Prin, France.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :