Paradisier de Guillaume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paradisier de Guillaume

Description de cette image, également commentée ci-après

Paradisaea guilielmi

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Paradisaeidae
Genre Paradisaea

Nom binominal

Paradisaea guilielmi
Cabanis, 1888

Statut de conservation UICN

( NT )
NT  : Quasi menacé

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 01/07/75

Le Paradisier de Guillaume (Paradisaea guilielmi) est une espèce de paradisier endémique de la péninsule de Huon en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Son nom lui a été donné en l'honneur de Guillaume II d'Allemagne. C'est l'un des derniers paradisiers découvert par Carl Hunstein.

Distribution[modifier | modifier le code]

Péninsule de Huon (aires de Finisterre et de Saruwaged, monts Cromwell et Rawlinson).

Dénomination[modifier | modifier le code]

Cabanis, 1888, nomma littéralement cette espèce Paradisea Guilielmi en l’honneur de l’Empereur allemand Guillaume 1er qui mourut la même année. C’est Karl Hunstein qui la découvrit en janvier 1888 à Sattelberg dans les monts Rawlinson dans la péninsule de Huon.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le paradisier de Guillaume affectionne la forêt primaire de colline mais il fréquente aussi les parcelles de forêts isolées par des jardins et d’autres habitats façonnés par l’homme, entre 450 et 1500 m mais surtout entre 670 et 1350 m (Frith & Frith 2009).

Alimentation[modifier | modifier le code]

Elle est peu documentée, essentiellement composée de fruits avec un complément d’arthropodes (Frith & Frith 2009).

Parade nuptiale[modifier | modifier le code]

Le système de lek est similaire à celui des autres Paradisaea, jusqu’à six mâles se regroupant dans un ou deux arbres adjacents. La parade de convergence et la parade statique sont connues mais la séquence d’accouplement reste inconnue. La différence principale avec le paradisier grand-émeraude est que, dans la parade statique, les mâles du paradisier de Guillaume peuvent rester silencieux pendant un moment puis vocaliser bruyamment avant de se retourner la tête en bas. Dans cette posture, les plumes blanches de leurs flancs retombent en formant une sorte d’ombrelle ornée de deux taches jaune à sa base, ailes et queue déployées, et tête relevée. Ainsi parés, ils se balancent lentement de droite à gauche en s’aidant de leurs pattes. Une femelle peut venir se percher directement au-dessus d’un mâle suspendu la tête en bas et observer le spectacle (Frith & Frith 2009). Ottaviani (2012) a décrit une séquence vidéo, du site Cornell Lab of ornithology, tournée en juillet 2007 à Morobe par Edwin Scholes. Elle met en scène un mâle en train de sauter de branche en branche autour du perchoir de parade en gardant les ailes entrouvertes et en émettant un doux hou par intermittence. Puis il se retourne la tête en bas, émet un kin-ka-ka ou un puik-pouik-pouik et se met à se balancer ainsi dans le vide en se dandinant mais en restant, cette fois, totalement silencieux.

Nidification[modifier | modifier le code]

Elle est basée sur la découverte d’un seul nid collecté en septembre mais dont le site n’a malheureusement pas été décrit. Il consiste en une coupe essentiellement composée de sarments de vignes et d’autres plantes grimpantes avec un revêtement intérieur de fines vrilles de ces mêmes plantes sur une solide assise de grosses feuilles (Frith & Frith 2009).

Statut, conservation[modifier | modifier le code]

L’espèce est considérée comme « presque menacée » malgré sa relative abondance sur son petit territoire et sa tolérance aux forêts dégradées. La déforestation massive autour du village de Boana a causé un déclin majeur du paradisier de Guillaume profitant au paradisier de Raggi. En matière de mesures à prendre, BirdLife recommande un suivi régulier de la population sur divers sites sélectionnés et préconise des études de terrain afin de définir plus précisément sa tolérance face aux dégradations et ses relations avec le paradisier de Raggi (BirdLife International 2011).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frith, C. B. & Frith, D. W. (2009). Family Paradisaeidae (Birds of Paradise). In del Hoyo, J. Elliott, A. & Christie, D. Handbook of the Birds of the World. Bush-shrikes to Old World Sparrows. Volume 14. pp. 404-459. Lynx Edicions, Barcelona.
  • Ottaviani, M. (2012). Les Oiseaux de Paradis – Histoire Naturelle et photographies, 320 pages. Editions Prin, France.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :