Paradisier grand-émeraude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paradisier grand-émeraude

Description de cette image, également commentée ci-après

Paradisaea apoda

Classification (COI)
Règne Animalia
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Paradisaeidae
Genre Paradisaea

Nom binominal

Paradisaea apoda
Linnaeus, 1758

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 01/07/75

Le Paradisier grand-émeraude (Paradisaea apoda) est la plus grande espèce de paradisier. Il vit dans les forêts du sud-ouest de la Nouvelle-Guinée, des îles Aru et d'Indonésie.

Galerie[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sud de la Nouvelle-Guinée avec les îles Aru. L’espèce a été introduite par William Ingram en 1909 sur l’île Tobago (18,2 hectares) située au nord-ouest du Venezuela et y a survécu jusqu’en 1963 quand le cyclone Flora dévasta complètement l’île (Dinsmore 1970).

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • P. a. apoda Linné, 1758 : îles Aru.
  • P. a. novaeguineae d’Albertis & Salvadori, 1879 : sud de la Nouvelle-Guinée, des environs des rivières Wissel et Mimika aux rivières Fly et Strickland. Cette sous-espèce se distingue par une taille plus petite, le haut de la poitrine plus pâle et une coloration générale davantage marron.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Linné, 1758, avait nommé abusivement cette espèce Paradisaea apoda car, à l’époque, on la croyait réellement dépourvue de pattes. En fait, les chasseurs locaux les lui coupaient avant de vendre les peaux aux voyageurs européens. Le nom français de « Paradisier apode » est parfois encore utilisé comme se plaît à le rappeler la tradition populaire. Le terme « Paradisier grand-émeraude » est autrement préférable car il est plus précis en le différenciant du Paradisier petit-émeraude et surtout il évite une contrevérité (Ottaviani 2012).

Tradition[modifier | modifier le code]

De nombreuses légendes et traditions sont liées au Paradisier grand-émeraude, notamment chez les habitants des îles Aru dont il est l’un des emblèmes du drapeau. On y raconte, qu’à l’origine, il n’y avait pas de Paradisier grand-émeraude en Papouasie-Nouvelle-Guinée jusqu’à ce qu’un jour un mâle s’envole en direction de la grande île. Magnifique oiseau mais peu endurant, le mâle tomba d’épuisement dans la mer et termina son chemin à la nage. Arrivé sur les côtes papoues, la couleur de ses plumes orange avait perdu de son éclat. C’est pourquoi aujourd’hui le Paradisier grand-émeraude de Papouasie est moins coloré que la sous-espèce arunaise… Parmi les traditions de la province des Moluques, dont Aru fait partie, l’une d’elles, le sasi, a été récemment utilisée pour protéger les paradisiers. Le sasi est une sorte de droit coutumier désormais lié à la religion. Tout peut être déclaré sasi et devenir de fait intouchable. On peut rendre sasi une série de cocotiers pour éviter de s’en faire voler les fruits, ou l’alcool dans un village pour en prévenir les ravages. Le sasi est décrété lors d’une messe importante, comme celle de Pâques, à l’église, par le pasteur. Il ne peut être levé que par ceux qui l’ont placé et seul un pasteur est habilité à le faire lors d’un culte. Celui qui enfreint le sasi connaît la mort ou la maladie, selon la gravité de l’infraction. Très croyants, les Moluquois respectent en général les sasi. A Wakua, une famille a décidé de proclamer un sasi sur les Paradisiers grand-émeraude vivant dans l’une de leur forêt, Badi Gaki, afin de les protéger et permettre à Miguel A. Garcia et Loïc Degen d’immortaliser les parades nuptiales de cette espèce et de tourner leur film « Vanen, Les Plumes du Paradis ». Le sasi date de 2007 et n’a jamais été levé, le nombre de mâles paradant dans cette forêt est depuis en constante augmentation. Cet exemple montre que la conservation des oiseaux en particulier et de la nature en général, ne peut passer que par une implication active des populations locales. Les paradisiers ont depuis toujours été chassés, sans que leur survie ne soit mise trop en danger. Mais désormais, certains chasseurs d’Aru sont équipés de carabines. Tirer des Paradisiers est donc devenu beaucoup plus simple et le braconnage semble en augmentation. C’est ce qui a poussé cette famille de Wakua à se servir du sasi pour protéger les oiseaux sur ses terres : méthode exemplaire de conservation…(Loïc Degen in Ottaviani 2012).

Habitat[modifier | modifier le code]

Son milieu électif est la forêt de basse altitude et de colline, jusqu’à 950 m (Frith & Frith 2009).

Alimentation[modifier | modifier le code]

Elle est très peu documentée et supposée comporter des fruits et des arthropodes (Frith & Frith 2009).

Parade nuptiale[modifier | modifier le code]

Frith & Frith (2009) distinguent la parade de convergence initiée par un mâle ouvrant ses ailes et lançant des appels wauk suivie d’une posture avec les ailes ouvertes en avant et les plumes ornementales retombant sur le dos. Dans la posture de l’arc, il courbe fortement le corps, gonfle amplement ses plumes ornementales en panache et enveloppe la branche de ses ailes, le bec touchant pratiquement le perchoir. La posture de la pompe fait suite à celle de l’arc avec un relèvement de la tête et des deux rectrices centrales. Les trois dernières poses précèdent l’accouplement : le mâle se retourne et présente à la femelle son dos orné de ses plumes ornementales, il se rapproche d’elle et lui donne des coups d’ailes puis l’enserre littéralement dans ses ailes et s’accouple avec elle.

Le film de Miguel A. Garcia et Loïc Degen Vanen, Les Plumes du Paradis (2008), tourné près du village de Wakua sur l’île Wokam dans l’archipel des Aru en 2007, illustre bien la parade nuptiale en apportant des données complémentaires aux descriptions des autres auteurs. Les mâles choisissent une branche de parade et la conservent toute leur vie. A chaque début de saison de reproduction, ils la dépouillent de ses feuilles. Chaque matin, les mâles volent vers leur « cour », arrivent à 5h 20 et commencent leur exhibition 20 minutes plus tard. Parfois un jeune mâle se mêle à la parade mais il est vite évincé par la compétition. Les mâles immatures paradent dès lors en satellite autour du lek, mais sans jamais réussir à s’accoupler. La danse des paradisiers grand-émeraude est réglée par une chorégraphie immuable que les mâles répètent jour après jour. Ils prennent d’abord la pose des ailes déployées où chaque individu, figé, coiffe la branche de ses ailes tout en déployant la gerbe de ses longues plumes soyeuses. Quand les femelles s’approchent, c’est la phase de charge où les mâles rivalisent en se chassant mutuellement tout en mettant en valeur leur plumage et en montrant leur vigueur. Ils arpentent le lek en sautillant nerveusement sur leur branche tout en lançant leurs cris nasillards han-han-han…La phase suivante dite « statique » consiste pour un mâle à se retourner et à présenter son dos pour exhiber ses plumes de parade et à attendre dans cette posture. Quand une femelle arrive et semble le choisir, la parade frontale a lieu. Le mâle commence à l’effleurer du bout de ses rémiges puis, l’excitation allant crescendo, lui donne de véritables coups d’ailes avec frénésie. Tout en se rapprochant progressivement d’elle, il l’enveloppe de ses ailes avant de s’accoupler brièvement. En cas d’absence des femelles, les mâles, alors très excités, heurtent les branches avec leur torse comme pour s’accoupler (Ottaviani 2012).

Nidification[modifier | modifier le code]

Le seul nid découvert était construit dans la fourche d’un grand arbre. C’était une corbeille peu profonde, large de 21 cm de diamètre, installée sur une assise de grosses feuilles avec des parois de tiges d’orchidées, de vignes grimpantes et de quelques frondes de fougère de type Pyrrosia avec un revêtement interne de fins sarments de vignes. La ponte comporte un seul œuf. En captivité, le temps d’incubation artificielle est de 16-17 jours avec un temps d’éclosion compris entre 12 et 46 heures, les poussins quittent le nid à 18-20 jours mais ils ne sont pas indépendants avant 29-32 jours (Frith & Frith 2009).

Statut, conservation[modifier | modifier le code]

L’espèce n’est pas considérée comme globalement menacée sur l’ensemble de son aire et est même franchement commune localement (BirdLife International 2011).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dinsmore, J. J. (1970). History and natural history of Paradisaea apoda on Little Tobago Island, West Indies. Caribb. J. Sci. 10: 93-100.
  • Frith, C. B. & Frith, D. W. (2009). Family Paradisaeidae (Birds of Paradise). In del Hoyo, J. Elliott, A. & Christie, D. Handbook of the Birds of the World. Bush-shrikes to Old World Sparrows. Volume 14. pp. 404-459. Lynx Edicions, Barcelona.
  • Garcia, M. A. & Degen, L. (2008). DVD Vanen, les plumes du paradis. VilbrekProd, Suisse, www.vilbrekprod.com.
  • Ottaviani, M. (2012). Les Oiseaux de Paradis – Histoire Naturelle et photographies, 320 pages. Editions Prin, France.

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Références en liens externes[modifier | modifier le code]