Province de Yamato

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

34° 19′ 40″ N 135° 54′ 22″ E / 34.3278, 135.906 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yamato.
Carte des anciennes provinces du Japon avec Yamato mise en évidence.

Yamato (大和?) est une ancienne province du Japon, berceau historique du Japon. Située sur l'île d'Honshū, elle correspond à l'actuelle préfecture de Nara au Nord-Est d'Ōsaka. On ne connait pas précisément sa date de création mais on suppose qu'elle se situe aux alentours du IVe siècle lors de la période Yamato.

Son histoire et ses origines[modifier | modifier le code]

Avant la découverte de cette province par un petit chef de Kyūshū, l'histoire de cet État reste inconnue. Cependant on trouve aujourd'hui des poteries et des statuettes en terre, en fer et en cuivre datant parfois de 10000 ans avant J.C.. Celles-ci s'inspirent de l'art chinois. Cette civilisation s'inspirait aussi de l'écriture chinoise. Les habitants parlaient l'ancien japonais. Ils étaient appelés les wo ou wa, terme qui signifie nains en mandarin et qui fut conservé sous une autre graphie, plus respectueuse. Ils demeuraient dans des cabanes en bois et survivaient grâce à la chasse, la pêche et la cueillette. Très vite ils développèrent la riziculture qui est la base de leur alimentation.

Les rois dirigeants et la politique[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin du VIIe siècle, cet État ne possédait pas de capitale fixe, en effet chaque roi faisait construire un palais durant son règne et à sa mort il était souvent abandonné. Mais après avoir accepté le système bureaucratique et l'organisation des Chinois, ils créèrent Fujiwara en 694, qui fut la première capitale jusqu'en 710. La seconde capitale fut Heijo.

La hiérarchie était déjà présente à l'époque. Les clans tribaux formaient la « noblesse », on les appelait les uji. Les uji commandaient les be (les fermiers). Les émigrants étaient répartis selon leur richesse. Au VIIe siècle, cette organisation est délaissée pour pouvoir utiliser celle des Chinois, alors les uji ont été privés des terres et durent se remettre a travailler, on appelle ceci la grande réforme.

Pour pouvoir prendre de la puissance, les empereurs du Yamato guerroyaient ou pactisaient. Ils ont notamment profité du lien avec les Kudara, État du Sud-Ouest de la Corée pour obtenir des scribes et artisans. Les suzerains montraient de l'autorité et celle-ci était confortée par des mythes disant qu'ils descendaient des divinités et en particulier d'Amaterasu, déesse solaire.

Quelques empereurs : Kimiei, Yomei, Shotoku, Daio, Suiko-tenno et Genmai

La religion du Yamato[modifier | modifier le code]

Les be pratiquent le shintoïsme. Par la suite le bouddhisme est reconnu par l'état en tant que religion, mais celle-ci n'est pas la religion nationale. Elle ne le sera qu'à partir du VIe siècle sous le règne de Kudara qui protège les rites et les cérémonies de cette culture. En 600 les empereurs acceptent que des moines bouddhistes, venant du continent asiatique, éduquent et instruisent les jeunes.

Le Yamato de nos jours[modifier | modifier le code]

La province du Yamato correspond maintenant à la préfecture de Nara. Certains Japonais se considèrent comme des descendants de cette civilisation et tiennent à garder en bon état les tombeaux des anciens empereurs.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (fr) Au temps de grandes invasions, Histoire du monde, Larousse