Olivier Adam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Olivier Adam (écrivain))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olivier Adam.

Olivier Adam

Description de cette image, également commentée ci-après

Olivier Adam

Naissance (40 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Olivier Adam, né le à Paris, est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Olivier Adam grandit dans l'Essonne, avec ses deux frères ; son père est employé de banque[1]. Après des études de gestion d'entreprises culturelles[2],[3] à l'université Paris-Dauphine[1] — où il rencontre sa future compagne Karine Reysset[1],[4] et mère de ses enfants[4], écrivain — il devient d'abord consultant pour conseiller des collectivités locales dans leur politique culturelle, puis participe à la création des Correspondances de Manosque[2] en 1999, avec Olivier Chaudenson[5]. Il travaille ensuite brièvement dans l'édition, où il est directeur de collection aux éditions du Rouergue[3].

Son premier roman, Je vais bien, ne t'en fais pas, publié en 2000, obtient la reconnaissance de la critique[1]. Il est sélectionné pour le Festival du premier roman en 2001[6]. Dès son troisième roman, Poids léger, en 2002, et l'achat des droits par Jean-Pierre Améris pour en faire une future adaptation[1] (qui sortira en 2004 sur les écrans), il peut se consacrer entièrement à l'écriture[7].

Suite à une rencontre avec Geneviève Brisac[3], il écrit parallèlement des ouvrages pour la jeunesse, et anime des ateliers d'écriture en milieu scolaire[2].

En 2004, il obtient le Prix Goncourt de la nouvelle pour son recueil Passer l'hiver.

En 2005, il quitte la région parisienne pour la Bretagne, pour venir habiter à Saint-Malo[4],[3], ce qu'il évoque dans Des vents contraires en 2009. Il revient dans la capitale en 2014[8].

Son œuvre dépeint des personnages en butte à des crises d'identité, souvent dans des milieux ordinaires de la classe moyenne. Il se dit proche des auteurs qui se sont penchés sur la rupture des individus avec leur milieu d'origine, comme les sociologues Pierre Bourdieu et Didier Eribon, ou l'écrivain Annie Ernaux[9]. Olivier Adam affiche également dans ses écrits son admiration pour la culture et les paysages du Japon, pays dont il a été en 2006 en résidence à la Villa Kujoyama[10], à Kyōto, écrivain lauréat.

Il est actuellement édité par Flammarion, J'ai Lu et Points Seuil, et aux éditions L'École des loisirs et Actes Sud Junior pour ses œuvres pour la jeunesse.

Également scénariste, il a participé à plusieurs films : en 2007, à L'Été indien[11],[12], film de Alain Raoust ; en 2009, à Welcome de Philippe Lioret. Il a également participé à plusieurs adaptations de ses romans : Je vais bien, ne t'en fais pas du même réalisateur Philippe Lioret en 2006, Poids léger en 2004 et le téléfilm Maman est folle en 2007, tous deux réalisés par Jean-Pierre Améris, et Des vents contraires, de Jalil Lespert, en 2011.

Il fait partie en 2007 de la dernière sélection du Prix Goncourt pour À l'abri de rien[13], et, en 2010, pour Le Cœur régulier, de la deuxième sélection du Prix Goncourt[14]. Deux ans plus tard, pour son roman Les Lisières, il semble favori, d'après les médias, le magazine L'Express titrant un article « Olivier Adam aux lisières du prix Goncourt »[15]... mais quelques jours plus tard, comme le mentionne le journal Le Figaro : « Voilà déjà une grande surprise : alors que la plupart des médias le voyaient déjà couronné, Olivier Adam ne figure même pas sur la première liste du Goncourt »[16], surprise que reprend en titre L'Express[17] ou encore Le Point[18].

Il est nommé chevalier des arts et des lettres en 2013[19].

En janvier 2014, une cinquième adaptation de son œuvre est portée à l'écran, à laquelle il n'a pas participé, le long métrage Passer l'hiver, réalisé par Aurélia Barbet[20], tiré de la nouvelle « Nouvel An », issue du recueil Passer l'hiver publié 10 ans plus tôt.

La même année, son roman Falaises (publié en 2005) est « librement adapté »[21] en bande dessinée, sur un scénario de Loïc Dauvillier, et des dessins de Thibault Balahy.

Son dernier ouvrage, Peine perdue sort en août 2014 chez Flammarion, et se penche sur vingt-deux personnages d'une station balnéaire de la Côte d'Azur[22] « dont la torpeur triste va être amèrement réveillée par deux événements concomitants : une agression et une tempête, les deux d'une rare violence », comme l'écrit Charlotte Pons dans sa critique du magazine Le Point[23]. L'ouvrage est finaliste du Prix des libraires 2015[24].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Fiction[modifier | modifier le code]

Livres audio

Ouvrages jeunesse[modifier | modifier le code]

Coscénariste au cinéma[modifier | modifier le code]

Adaptations de ses œuvres[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Autres adaptations de ses œuvres[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Outre les quatre adaptations dont il a été coscénariste :

  • 2014 : La nouvelle « Nouvel An », issue du recueil de nouvelles Passer l'hiver, a été adaptée par Aurélia Barbet, sous la forme d'un long métrage intitulé Passer l'hiver[20], avec Lolita Chammah et Gabrielle Lazure dans les rôles principaux.

En bande dessinée[modifier | modifier le code]

En musique[modifier | modifier le code]

  • 2008 : son texte « En douce » est adapté en musique, suite au Festival Les Correspondances de Manosque, par Joseph d'Anvers, sur le livre disque collectif Fantaisie littéraire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Olivier Adam, lexpress.fr, 1er septembre 2007
  2. a, b et c Biographie, sur le site de France Inter.
  3. a, b, c et d Biographie, site du magazine Elle
  4. a, b et c « Dans la « retraite corsaire » d'Olivier Adam », article journal L'Express, du 9 septembre 2010.
  5. « Entretien avec Olivier Chaudenson », article site Fondation Laposte, septembre 2011.
  6. a et b Palmarès du Festival du premier roman 2001, article journal Libération du 24 mai 2001.
  7. Interview de l'auteur, , site de la BM de Poitiers, 2005.
  8. « Retour à Paris pour Olivier Adam », Le Télégramme du 12 juin 2014.
  9. « Olivier Adam, l'homme qui n'est jamais chez lui », article magazine L'Obs, du 26 septembre 2012.
  10. a et b Olivier Adam, site officiel de la Villa Kujoyama.
  11. a et b Critique du film, journal Le Monde, du 18 mars 2008.
  12. a et b Article site de la RTBF, 19 février 2011.
  13. a et b Dernière sélection du Prix Goncourt 2007, article journal L'Obs, du 27 octobre 2007.
  14. a et b Sélections du Prix Goncourt 2010, site officiel.
  15. Olivier Adam aux lisières du Goncourt, Article L'Express, du 23 août 2012.
  16. « Olivier Adam n'aura pas le Goncourt », article journal Le Figaro du 4 septembre 2012.
  17. « Olivier Adam absent de la première sélection Goncourt », article journal L'Express du 4 septembre 2012.
  18. « Première sélection de l'Académie Goncourt, sans Olivier Adam », article magazine Le Point du 4 septembre 2012.
  19. a et b Nominations dans l'ordre des Arts et des Lettres 2013, site officiel culturecommunication.gouv.fr.
  20. a et b Critique du film Passer l'hiver, magazine Télérama, 15 janvier 2014.
  21. a et b Fiche de l'ouvrage, sur le site de son éditeur, les éditions de l'Olivier.
  22. Olivier Adam est à la peine, nouvelobs.com, 12 septembre 2014
  23. Rentrée littéraire : Olivier Adam, "Peine perdue", Charlotte Pons, Le Pointdu 10 août 2014.
  24. a et b Les 3 finalistes, sur le site officiel du Prix des libraires, 3 février 2015.
  25. a, b, c, d, e, f et g Olivier Adam, sur le site Prix littéraires.
  26. Lauréats des Étoiles d'or du cinéma français 2007, sur le site Comme au cinéma.
  27. Palmarès 2007, sur le site Metronews.
  28. « Le "Grand-Prix RTL-LIRE 2009" décerné à "Des vents contraires" d’Olivier Adam », sur le site de RTL, 13 mars 2009.
  29. Prix Breizh 2013, sur le site officiel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]