Nancy Pelosi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nancy Pelosi
Portrait officiel de Nancy Pelosi.
Portrait officiel de Nancy Pelosi.
Fonctions
Représentante du 8e district de Californie
En fonction depuis le 2 juin 1987
Prédécesseur Sala Burton
60e présidente de la Chambre des représentants des États-Unis
4 janvier 20075 janvier 2011
Prédécesseur Dennis Hastert
Successeur John Boehner
Biographie
Nom de naissance Nancy Patricia D'Alesandro
Date de naissance 26 mars 1940 (74 ans)
Lieu de naissance Baltimore, Maryland (États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti Démocrate
Conjoint Paul Pelosi
Religion Catholique

Nancy Pelosi
Président de la Chambre des représentants des États-Unis

Nancy Pelosi (née Nancy Patricia D'Alesandro le 26 mars 1940 à Baltimore, dans le Maryland), est une femme politique américaine, membre du parti démocrate et représentante du 8e district de Californie au Congrès des États-Unis depuis 1987. Elle est la chef de file du parti démocrate à la Chambre des représentants depuis 2002.

Speaker de la Chambre des représentants du 4 janvier 2007 au 3 janvier 2011, elle fut la première femme à accéder à un poste aussi élevé. Le républicain John Boehner lui a succédé à la tête de la chambre basse du Congrès des États-Unis à la suite de la défaite du Parti démocrate lors des élections de mi-mandat en novembre 2010. Elle est surnommée la « Dame de granit ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Nancy Pelosi est née à Baltimore, dans l'État du Maryland. Son père, Thomas D'Alesandro, Jr., est élu à la Chambre des représentants de 1939 à 1947, puis maire de Baltimore entre 1947 et 1959. Elle est la seule fille d'une famille italo-américaine catholique de 6 enfants. Son frère Thomas, également démocrate, est maire de Baltimore de 1967 à 1971, mais il ne se présente pas pour un second mandat

Après des études à Washington, DC, elle part pour San Francisco et devient porte-parole du Parti démocrate pour la Californie du Nord. Elle épouse un investisseur immobilier qui fera fortune et dont elle a cinq enfants (quatre filles et un garçon). Elle possède en 2006 la huitième fortune de la Chambre des représentants.

Avec un patrimoine estimé à plus de 16 millions de dollars, Nancy Pelosi est la troisième élue la plus fortunée du Congrès[1]. En 2006, Nancy Pelosi est classée comme la 48e femme la plus puissante au monde par le magazine Forbes. En 2007, elle est classée 26e.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Représentante de Californie[modifier | modifier le code]

Quand, en 1987, la représentante du 5e district de Californie Sala Burton décède d'un cancer, Nancy Pelosi est élue à 47 ans, à sa place, lors d'une élection partielle dans l'un des sièges les plus traditionnellement démocrates du pays. En 1993, son district est redécoupé et devient le 8e district de Californie, englobant la ville de San Francisco.

En 2001, elle est élue Minority Whip, adjointe du chef de la minorité démocrate de la Chambre des représentants (en). À la suite de la démission de Richard Gephardt, qui occupait ce poste après les élections de mi-mandat de 2002, Nancy Pelosi est élue pour le remplacer.

Représentante de l'un des districts les plus à gauche du pays, elle est considérée comme l'une des principales voix du courant libéral (au sens américain, c'est-à-dire socialement progressiste). Elle a ainsi voté contre la résolution autorisant le Président George W. Bush à entrer en guerre contre l'Irak, mais pour le financement des troupes une fois sur place, et contre les baisses d'impôts généralisées. Elle soutient le droit à l'avortement, s'oppose à la prière à l'école, à l'accord de libre-échange avec la Chine et défend les peines de substitution. Elle est aussi favorable à un retrait progressif des forces américaines d'Irak.

Sa réputation de libérale a toutefois été entachée par son vote en faveur du Patriot Act en 2001, même si elle fut imitée par la quasi-totalité des élus démocrates (elle a cependant voté contre son renouvellement).

À San Francisco, une des villes de son importance parmi les plus à gauche du pays, elle est généralement considérée comme une élue modérée.

Campagne de 2006[modifier | modifier le code]
Steny Hoyer, Nancy Pelosi et George W. Bush, le 9 novembre 2006.

Lors de la campagne pour les élections de mi-mandat de 2006, le programme démocrate qu'elle défend comporte 6 points principaux : le relèvement du salaire minimum, l'élargissement aux classes défavorisées de l’accès aux soins médicaux, la baisse du taux de crédit accordé aux étudiants, l'allègement de la charge fiscale de la classe moyenne et la réduction des coûts administratifs des petites et moyennes entreprises.

Le 7 novembre 2006, les Démocrates remportent la majorité aux élections à la Chambre des représentants. Nancy Pelosi, confortablement réélue dans son district avec plus de 80 % des voix, devient alors la candidate naturelle en tant que chef de file des Démocrates à la chambre pour accéder au poste de porte-parole de la chambre basse du Congrès.

Présidente de la Chambre[modifier | modifier le code]

Le 16 novembre 2006, Nancy Pelosi fut désignée à l'unanimité par les élus du parti à la Chambre des représentants pour qu'elle soit leur candidate à la présidence de la Chambre basse du Congrès. Elle échoua cependant à persuader les démocrates de soutenir John Murtha, son bras droit et parrain en politique[2], pour diriger le groupe démocrate[3], qui fut battu par 149 voix contre 86 par Steny Hoyer, représentant démocrate du Maryland.

L'après-présidence[modifier | modifier le code]

Bien que Pelosi soit réélue confortablement aux l'élections de mi-mandat de 2010, le Parti démocrate y perd 63 sièges et la Chambre des représentants devient à majorité républicaine. Son successeur à la présidence de la Chambre est John Boehner. Elle est élue chef de la minorité démocrate (minority leader) pour le 112e congrès des États-Unis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Gélie, « Nancy Pelosi, une démocrate à la barre », dans Le Figaro, 8 novembre 2006.
  2. Carol D. Leonnig et Martin Weil, John Murtha dies; longtime congressman was master of pork-barrel politics, Washington Post, 9 janvier 2010
  3. Murtha to Run for House Majority Leader if Dems Prevail in November, Fox News, 9 juin 2006

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]