Mouvements annexionnistes du Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les mouvements annexionnistes du Canada sont des mouvements en faveur de l'annexion des provinces et territoires du Canada aux États-Unis d'Amérique.

Dans les premières années des États-Unis, plusieurs personnalités politiques américaines étaient en faveur de l'invasion et de l'annexion du Canada, et avaient même préapprouvé l'admission du Canada aux sein des États-Unis dans les Articles de la Confédération de 1777. La défaite des tentatives entreprises par les Américains pour parvenir à ce but, tant lors de la Révolution américaine que la Guerre de 1812, conduit progressivement à l'abandon de manœuvres sérieuses pour l'annexion.

« Depuis le traité de Washington en 1871, lorsqu'ils ont d'abord reconnu de facto le nouveau Dominion du Canada, les États-Unis n'ont jamais suggéré ou fait la promotion d'un mouvement annexionniste au Canada. Aucune force sérieuse n'est apparue sur la scène politique américaine dans le but de persuader ou de contraindre les Canadiens à se joindre aux États-Unis. Et, à vrai dire, aucune initiative sérieuse en ce sens n'a non plus été entreprise du côté canadien. »

— Joseph Levitt, historien[1].

La proportion de la population appuyant une potentielle annexion joue entre 20 % (lors d'une étude réalisée par Léger Marketing en 2001[2]) et 7 % (lors d'une autre étude réalisée par la même firme en 2004[3]). Seulement au Québec, en 2001, le taux de personnes en faveur de l'annexion grimpe à 33,9 %, ce qui en fait la province la plus ouverte à l'idée d'une éventuelle annexion[2].

Groupes annexionnistes historiques[modifier | modifier le code]

1837[modifier | modifier le code]

Les mouvements annexionnistes historiques au Canada sont généralement nés d'une insatisfaction à l'égard du gouvernement colonial britannique. Des groupes d'immigrants irlandais choisirent de prendre les armes et tentèrent d'annexer par la force dans la péninsule entre la rivière Detroit et la rivière Niagara aux États-Unis lors de la courte Guerre patriote en 1837-1838.

Il faut, cependant, noter que même si les rébellions de 1837 aient été en partie motivées par ce type d'insatisfaction, le ressentiment des Canadiens à l'égard de la domination britannique n'a jamais atteint le degré qui a mené à la Révolution américaine en 1775. Notamment, la croissance de la population du Canada à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècles, dont une grande partie était constituée de loyalistes exilés des colonies américaines après la guerre d'Indépendance des États-Unis et fidèles à la couronne britannique. Pendant la période 1790-1837, les fonctionnaires impériaux dénoncèrent à plusieurs reprises le républicanisme de style américain et tentèrent de l'étouffer. Les rébellions ne furent pas déclenchées avec comme but l'annexion aux États-Unis, mais plutôt afin d'accroître l'indépendance politique par rapport à la Grande-Bretagne et d'assurer des réformes sociales libérales.

Groupes annexionnistes modernes[modifier | modifier le code]

En 1980, en Saskatchewan, le Parti Unionest fait la promotion d'une union des provinces de l'Ouest canadien avec les États-Unis. Il s'agit du groupe annexionniste connaissant la meilleure réussite politique, mais son succès était de courte durée et sa réalisation peu probable. Deux députés ont représenté le parti à l'Assemblée législative de la Saskatchewan, mais sont tous les deux passés dans une autre formation politique. Quelques semaines plus tard, le parti est dissous puisqu'il ne remplit pas les exigences requises pour obtenir le statut de parti officiel[4].

Au Québec, durant les années 1980, le Parti 51 préconise l'admission du Québec au titre du 51e État des États-Unis d'Amérique. Lors de l'élection québécoise de 1989, le parti obtient 3 846 voix, soit 0,11 % du vote populaire, c'est-à-dire moins de votes que le Parti marxiste-léniniste du Québec ou le parti satirique Parti citron. Il est ensuite dissous les années suivantes[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hanspeter Neuhold et Harald Von Riekhoff, Unequal Partners : A Comparative Analysis of Relations between Austria and the Federal Republic of Germany and between Canada and the United States, Westview Press,‎ 1993, 286 p. (ISBN 0813383145), p. 94.
  2. a et b (en) Léger Marketing, La Presse canadienne, « A Study of How Canadians Perceive Canada-U.S. Relations », sur www.legermarketing.com,‎ 30 août 2001 (consulté le 3 mars 2010).
  3. (en) Léger Marketing, La Presse canadienne, « Canada-US Relations », sur www.annexation.ca,‎ 2004 (consulté le 3 mars 2010).
  4. (en) Stephen LaRose, « It's All About the Crude », Planet S,‎ 26 mars 2009.
  5. Jean Crête, « La vie des partis », dans Robert Boily, L'année politique au Québec, 1997-1998, Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal,‎ 1999, 270 p. (ISBN 2760617394), p. 133.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • H. F. Angus et R. M. MacIver; Canada and Her Great Neighbor: Sociological Surveys of Opinions and Attitudes in Canada concerning the United States Toronto: The Ryerson Press, 1938
  • Cros, Laurence. Le Canada et la peur de l'annexion américaine à l'époque victorienne, à travers les dessins politiques canadiens International Journal of Canadian Studies 2001 (23): 157-186. ISSN 1180-3991; Canadian cartoons often showed Uncle Same as a long, thin, vulture-like individual wearing striped pants and a starred top hat; Belonging to a generation of Victorians both prudish and fascinated by things erotic, Canadian cartoonists of the time took delight in concocting innumerable scenarios according to which Miss Canada would yield, willingly or unwillingly, to Uncle Sam's advances.
  • Cumming, Carman. "The Toronto Daily Mail, Edward Farrer, and the Question of Canadian-American Union" Journal of Canadian Studies 1989 24(1): 121-139. ISSN 0021-9495 Campaigned for annexation to protect Anglophone Protestants in Quebec.
  • Ellis, L. Ethan. Reciprocity 1911, A Study in Canadian-American Relations (1939)
  • J. L. Granatstein. Yankee Go Home: Canadians and Anti-Americanism (1997)
  • Hugh Keenleyside and Gerald S. Brown; Canada and the United States: Some Aspects of Their Historical Relations NY 1952
  • William Kilbourn; The Firebrand: William Lyon Mackenzie and the Rebellion in Upper Canada Toronto: Clarke, Irwin, 1956
  • Joseph Levitt, A Vision Beyond Reach: A Centuty of Images of the Canadian Destiny Ottawa: 1982, twelve eminent Canadian intellectuals discuss annexation
  • Little, J. I. "The Short Life of a Local Protest Movement: the Annexation Crisis of 1849-50 in the Eastern Townships." Journal of the Canadian Historical Association 1992 3: 45-67. ISSN 0847-4478
  • McNairn, Jeffrey L. "Publius of the North: Tory Republicanism and the American Constitution in Upper Canada, 1848-54." Canadian Historical Review 1996 77(4): 504-537. ISSN 0008-3755
  • Hanspeter Neuhold and Harald Von Riekhoff, eds.; Unequal Partners: A Comparative Analysis of Relations between Austria and the Federal Republic of Germany and between Canada and the United States Westview Press. 1993
  • Neunherz, Richard E. "'Hemmed In': Reactions in British Columbia to the Purchase of Russian America". Pacific Northwest Quarterly 1989 80(3): 101-111. ISSN 0030-8803
  • Allan Nevins; Hamilton Fish: The Inner History of the Grant Administration (1936)
  • Allan Smith. Canada, An American Nation? (1994) intellectual history essays on continentalism and identiy
  • Goldwin Smith; Canada and the Canadian Question Toronto: Macmillan, 1891
  • Charles C. Tansill, Canadian-American Relations, 1875-1911 (1943)
  • Donald Frederic Warner; The Idea of Continental Union: Agitation for the Annexation of Canada to the United States, 1849-1893 University of Kentucky Press, 1960