Monastère de Banjska

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Banjska.
Monastère de Banjska
Image illustrative de l'article Monastère de Banjska
L'église du monastère de Banjska
Présentation
Nom local Манастир Бањска
Manastir Banjska
Manastiri i Banjës
Culte Église orthodoxe serbe
Type Monastère
Rattachement éparchie de Ras-Prizren
Début de la construction 1312
Fin des travaux 1316
Autres campagnes de travaux Détruit au XVIe siècle
Rétabli en 2004
Protection Monument culturel d'importance exceptionnelle
Géographie
Pays Serbie Serbie
Province Drapeau du Kosovo Kosovo
District Mitrovicë/Kosovska Mitrovica
Commune Banjska/Bawskë,
près de Zvečan/Zveçan
Coordonnées 42° 57′ 47″ N 20° 46′ 58″ E / 42.96292939, 20.7827391342° 57′ 47″ Nord 20° 46′ 58″ Est / 42.96292939, 20.78273913  

Géolocalisation sur la carte : Serbie

(Voir situation sur carte : Serbie)
Monastère de Banjska

Le monastère de Banjska (en serbe cyrillique : Манастир Бањска ; en serbe latin : Manastir Banjska ; en albanais : Manastiri i Banjës) est un monastère orthodoxe serbe situé au Kosovo, à proximité du village de Banjska/Bawskë, dans la commune (municipalité) de Zvečan/Zveçan et dans le district de Mitrovicë/Kosovsko Mitrovica. Il dépend de l'éparchie de Ras-Prizren et figure sur la liste des monuments d'importance exceptionnelle de la République de Serbie[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monastère de Banjska, avec l'église Saint-Étienne, a été construit entre 1312 et 1316 par le roi serbe Stefan Milutin[1], un des seigneurs les plus puissants de cette période et l'un des membres les plus importants de la dynastie des Nemanjić. Milutin a construit l'église pour en faire son tombeau ; en revanche, après la bataille de Kosovo Polje, en 1389, son corps fut transféré à Trepča puis, en 1460, à Sofia en Bulgarie où il repose encore aujourd'hui. La charte de fondation de Banjska, conservée, attribuait au monastère un vaste domaine, composé de 75 villages et 8 pâturages. Mausolée royal, il disposait d'un statut stavropégique, c'est-à-dire qu'il dépendait directement du patriarche de l'Église orthodoxe serbe et non de l'évêque local, occupant ainsi le quatrième rang dans l'Église, après les monastères de Studenica, de Mileševa et de Sopoćani[réf. nécessaire]. Les travaux de construction furent conduits par Danilo II, qui, à cette époque, était un simple prieur et qui, par la suite, devint patriarche de l'Église serbe.

Après la bataille de Kosovo Polje, le monastère connut un important déclin ; les bâtiments conventuels avec l'église, la bibliothèque, les quartiers des moines et le palais impérial commencèrent à tomber en ruine. Au début du XVe siècle, un incendie détruisit la bibliothèque et, dans la seconde moitié de ce même siècle, le monastère fut probablement abandonné. Le voyageur Kuprešić écrit que le monastère fut rasé au XVIe siècle sur l'ordre du sultan de l'Empire ottoman, après que des Chrétiens cherchant à échapper à l'esclavage s'y furent réfugiés. L'église Saint-Étienne, qui était alors presque entièrement détruite, fut convertie en mosquée au XIXe siècle et servit au culte musulman jusqu'à la Première Guerre mondiale[1].

Les premiers travaux de restauration du monastère furent entrepris en 1939 ; ils reprirent en 1990 et l'église fut en partie reconstruite.

Architecture[modifier | modifier le code]

L'église du monastère est caractéristique de l'école de la Raška. L'intérieur est constitué d'une nef unique surmontée d'un dôme[1].

Sculptures et fresques[modifier | modifier le code]

L'église abritait autrefois un important ensemble de sculptures, dont l'élément le plus notable était une statue de la Vierge à l'enfant qui décorait le tombeau du roi Milutin ; cette statue a été transférée au monastère de Sokolica, sans doute au XVIe siècle. Il ne subsiste presque rien des fresques qui ornaient l'église, à l'exception de quelques traces sur la coupole[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (sr) « Manastir Banjska », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 9 novembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]