Philippe Varin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Varin.

Philippe Varin

Description de cette image, également commentée ci-après

Philippe Varin en 2013.

Naissance 8 août 1952 (61 ans)
Reims (Champagne-Ardenne)
Nationalité Drapeau de France Française
Diplôme
Activité principale Président du directoire de PSA Peugeot Citroën jusqu'à mars 2014
Formation
Ingénieur
Distinctions
Officier de la Légion d'honneur (2011)

Philippe Varin, né le 8 août 1952 à Reims (Champagne-Ardenne), est une personnalité française du monde des affaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études en classes préparatoires au lycée privé Sainte-Geneviève, il est diplômé de Polytechnique (promotion 1973) et de l'École des Mines de Paris (promotion 1975). Ingénieur civil des mines, il commence sa carrière chez Pechiney en 1978.

En mai 2003, il a pris la direction du groupe sidérurgique en difficulté Corus, qu'il a redressé, jusqu'à l'OPA amicale du groupe indien Tata Steel[1] où Philippe Varin vendit Corus à un prix quinze fois supérieur à ce que valait l'entreprise à son arrivée[2]. En 2006, il présidait la fédération européenne des sidérurgistes, Eurofer.

Il prend le 1er juin 2009 la direction du groupe PSA Peugeot Citroën, en remplacement de Christian Streiff[3], limogé le 29 mars 2009 par le conseil de surveillance de PSA présidé par Thierry Peugeot[4].

Le retournement du marché profite à PSA dès la mi-2009, le groupe prévoyant un retour aux bénéfices en 2010, facilité par le succès des modèles validés sous la houlette de son prédécesseur Christian Streiff : gamme premium (inaugurée par la Citroën DS3 et la Peugeot RCZ), Peugeot 5008… Il renoue les liens avec les partenaires (BMW…). Même s'il échoue à négocier une alliance capitalistique avec Mitsubishi, il renforce les coopérations avec lui et donne la priorité à la Chine : développement de la coopération avec Dong Feng et seconde coopération avec Chang'An[5]. En juin 2010, il nomme Grégoire Olivier directeur des opérations en Asie ; c'est le premier membre du directoire installé en permanence à l'étranger[6].

Il est nommé au Centre d'études prospectives et d'informations internationales par décret du 6 novembre 2010[7].

En 2010, sa rémunération annuelle au sein du groupe PSA a atteint 3 253 700 euros (dont 1 651 000 euros de part variable)[8]. En 2011, après renoncement par Philippe Varin à l'octroi de la part variable, elle redescend aux environs de 1,3 million d'euros[9].

Le 6 juin 2013, il est annoncé qu'il devrait devenir administrateur de Saint-Gobain[10].

Le 25 novembre 2013, un communiqué de presse de PSA Peugeot-Citroen annonce qu'il sera remplacé par Carlos Tavares dans son poste de président du directoire de PSA Peugeot-Citroën dans le courant de l'année 2014[11]. Le 27 novembre 2013, il annonce renoncer à sa retraite-chapeau de 21 millions d'euros[12], qu'il devait toucher sous forme d'une rente versée jusqu'à la fin de sa vie à condition de terminer sa carrière chez PSA, « compte tenu de la polémique que ce sujet a suscitée, de l’émotion de notre pays »[13].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est père de quatre enfants ; son épouse est médecin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « PSA Peugeot Citroën: Streiff évincé, remplacé par Philippe Varin », Agence France Presse,‎ 29 mars 2009 (consulté le 29 mars 2009)
  2. « Philippe Varin remplace Christian Streiff à la tête de PSA », Le Monde,‎ 29 mars 2009 (consulté le 29 mars 2009)
  3. « Peugeot: Philippe Varin remplace à Christian Streiff comme président du directoire », NouvelObs.com,‎ 29 mars 2009 (consulté le 29 mars 2009)
  4. D'après Les Échos du 4 juin 2009, son salaire est sensiblement supérieur à celui de son prédécesseur. On y apprend également que Philippe Varin est clarinettiste amateur.
  5. « En un an chez PSA, Philippe Varin a mis le cap sur l’Asie », Le Figaro,‎ 1er juin 2010 (consulté le 11 juin 2010)
  6. « Grégoire Olivier », Les Échos, page 12, 10 juin 2010
  7. Décret de nomination
  8. http://www.journaldunet.com/economie/magazine/salaires-patrons-2010/philippe-varin.shtml
  9. http://www.journaldunet.com/economie/magazine/salaires-patrons/philippe-varin.shtml
  10. SAINT-GOBAIN Avis de convocation 2013, Page 10, 7eme résolution
  11. http://www.psa-peugeot-citroen.com/fr/medias/communiques-de-presse/nomination-de-carlos-tavares-au-directoire-de-psa-peugeot-citroen-pour-succeder-a-philippe-varin-en-2014
  12. Ce chiffre correspond en fait à une retraite de 310 000 euros nets par an pendant 25 ans, près des deux tiers des 21 millions d'euros correspondant à des charges fiscales et sociales. Il s'agit simplement d'une provision dans les comptes de PSA et non pas du montant que PSA aurait effectivement payé aux assureurs ou à l'Etat. Les 310000 euros incluent pour un peu moins de 10 % la retraite contractuelle qui lui sera versée de toute façon
  13. « PSA : Philippe Varin a renoncé à sa retraite chapeau, Hollande apprécie », sur Les Échos,‎ 27 novembre 2013