Martin Kruskal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Martin David Kruskal » et « Martin D. Kruskal » redirigent ici. Pour les autres sens, voir Kruskal.

Martin David Kruskal, né le 28 septembre 1925 à New York (New York) et mort le 26 décembre 2006 à Princeton (New Jersey), est un mathématicien et physicien américain. Il est connu pour ses travaux sur le soliton.

Famille[modifier | modifier le code]

Martin Kruskal est le fils de Joseph B. Kruskal Sr. et de son épouse, Lillian Oppenheimer (en). Il est frère de Joseph Kruskal et de William Kruskal.

Travaux[modifier | modifier le code]

En 1960[1], Martin Kruskal propose un système de coordonnées, les coordonnées de Kruskal-Szekeres, permettant le prolongement analytique maximal de la métrique de Schwarzschild et prédisant l'existence de trous blancs.

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

En 1983, Martin Kruskal est lauréat du prix Dannie Heineman pour la physique mathématique[2].

En 1993, il reçoit la National Medal of Science[3].

En 2003 il est lauréat de l'ICIAM Maxwell Prize[4].

En 2006, il est co-lauréat du prix Leroy P. Steele[5].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Martin Kruskal est l'inventeur d'un tour de magie : le Kruskal Count[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Martin D. Kruskal, « Maximal extension of the Schwarzschild metric », Physical Review, vol. 119, no 5,‎ 1er septembre 1960, p. 1743-1745 (DOI 10.1103/PhysRev.119.1743)
  2. (en) « 1983 Dannie Heineman Prize for Mathematical Physics Recipient » (consulté le 21 août 2014)
  3. (en) « The President's National Medal of Science: Recipient Details » (consulté le 21 août 2014)
  4. (en) « 2003 ICIAM Maxwell Prize » (consulté le 21 août 2014)
  5. (en) « 2006 Steele Prizes », Notices of the AMS, vol. 53, no 4,‎ 2006, p. 464-470 (lire en ligne [PDF])
  6. (en) Jeffrey C. Lagarias, Eric Rains et Robert J. Vanderbei, « The Kruskal Count », dans Steven J. Brams, William V. Gehrlein et Fred S. Roberts (éd.), The Mathematics of Preference, Choice and Order : Essays in Honor of Peter J. Fishburn, Berlin et Heidelberg, Springer, coll. « Studies in choice and welfare »,‎ octobre 2009, XVIII-420 p. (ISBN 978-3-540-79127-0, notice BnF no FRBNF42095523, Bibcode 2001math.....10143L, arXiv math/0110143v1, lire en ligne [PDF]), p. 371-391

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]