Marie-Antoinette de Bavière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marie Antoinette de Bavière)
Aller à : navigation, rechercher
Marie-Antoinette de Bavière.

Marie-Antoinette de Bavière (Maria Antonia Walpurgis Symphorosa), née le 18 juillet 1724, décédée le 23 avril 1780, était une princesse de Bavière, mais aussi une compositrice, chanteuse, joueuse de clavecin et mécène, connue notamment pour ses opéras Il trionfo della fedeltà (Dresde, été 1754) et Talestri, regina delle amazoni (Nymphenburg, 6 février 1760). Elle fut régente de Saxe de 1763 à 1768.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fille de Charles VII du Saint-Empire et de Marie-Amélie d'Autriche, Antoinette de Bavière est née à Munich. Durant sa jeunesse, elle reçut une éducation soignée, en particulier dans les arts, dont la peinture, l'écriture de poésie et la musique.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Marie-Antoinette de Bavière épousa le 20 juin 1747 Frédéric IV de Saxe dont les sœurs Marie-Amélie et Marie-Josèphe avaient épousé le roi Charles III d'Espagne et le dauphin Louis-Ferdinand de France. Cette union fit d'elle la tante maternelle des rois Louis XVI de France, Charles IV d'Espagne et Ferdinand Ier des Deux-Siciles.

La même année, elle devint membre de l'Accademia dell’Arcadia de Rome, une institution qui joua un rôle significatif dans la réforme de l'opéra. Après son mariage, elle s'installa à Dresde.

Neuf enfants sont nés de cette union, dont sept ont survécu au-delà de la petite enfance :

Régence[modifier | modifier le code]

Pendant la Guerre de Sept Ans, Marie-Antoinette de Bavière dut quitter Dresde et trouva refuge à Prague et à Munich en 1759, mais en 1763, quand son mari accéda au trône, elle rentra à Dresde. Son mari mourut dix semaines plus tard et son fils monta sur le trône, mais comme il était mineur, Marie-Antoinette assura la corégence avec son beau-frère François-Xavier de Saxe, jusqu'à ce que son fils atteigne la majorité en 1768. Durant la régence, Marie-Antoinette s'opposa au désir de son corégent d'abandonner les prétentions de son fils au trône de Pologne en 1765. Elle fonda une fabrique de textile en 1763 et une brasserie en 1766.

Elle est peut-être la "princesse veuve" qui, à la fin des années 1770, s'entremit lors de la succession de Bavière pour empêcher l' Autriche de faire main-basse sur la Bavière. (Voir l'article Guerre de succession de Bavière)

Éducation et composition musicales[modifier | modifier le code]

Marie-Antoinette de Bavière par Pietro Antonio Rotari.

Quand elle vivait à Munich, Marie-Antoinette de Bavière étudia la musique avec les compositeurs Giovanni Battista Ferrandini et Giovanni Porta. À Dresde, elle poursuivit ses études de musique avec Nicola Porpora et Johann Adolph Hasse. L'opéra joua un rôle important dans sa vie : la cour de Munich célébra sa naissance avec une représentation de l'opéra Amadis de Grecia de Pietro Torri, et son mariage fut également célébré avec des représentations d'opéras, dont La Spartana generosa de Hasse et Le nozze d’Ercole e d’Ebe de Christoph Willibald Gluck.

Œuvres musicales[modifier | modifier le code]

Peu après son installation à Dresde, Marie-Antoinette de Bavière écrivit le livret d'un opéra de Hasse, La conversione di Sant’Agostina (1750), en plus de son travail de compositrice. Son style musical possède de fortes affinités avec celui de Hasse, en particulier pour les opéras. Elle se produisit également comme chanteuse et joueuse de clavecin dans des représentations de cour, et tint en particulier les premiers rôles de ses opéras. En plus de deux opéras, plusieurs arias, une pastorale, des intermezzos lui sont également attribués.

Thalestris[modifier | modifier le code]

Thalestris, reine des Amazones, apparaît dans plusieurs histoires de la mythologie grecque, et comme plusieurs de ces histoires mythologiques, elle devint un sujet fréquent d'œuvres diverses à partir du Moyen Âge. Le poète français Gautier de Coste LaCalprenède réinterpréta l'histoire de Thalestris dans son roman Cassandre (1644-1650), mais en donnant pour compagnon à Thalestris le roi des Massagètes, Orontès, au lieu d'Alexandre le Grand.

Plusieurs opéras reprenant cette histoire furent composés au cours du siècle suivant, et Marie-Antoinette de Bavière créa son propre livret et sa musique. L'histoire raconte la relation de Thalestris avec un chef scythe, Orontès, comme dans la version de LaCalprenède. En plus de l'héroïne, deux des personnages principaux sont des femmes : Antiope, conseillère de Thalestris, qui tombe amoureuse d'un autre Scythe, Léarque, et Tomyris, la grande prêtresse de Diane, qui se révèle plus tard être la mère d'Orontès. L'histoire se termine bien, chaque couple s'unit et la guerre est évitée, et les Scythes et les Amazones parviennent à coexister en paix. La description de Thalestris comme une reine bienveillante et rationnelle suggère que l'opéra pourrait être en partie une autobiographie de Marie-Antoinette de Bavière.

Accueil et critiques[modifier | modifier le code]

Publiés sous le pseudonyme de ETPA alias Ermelinda Talea Pastorella Arcadia, les opéras de Marie-Antoinette de Bavière furent publiés avec succès chez Breitkopf & Härtel, et reçurent de bonnes critiques lors de leurs premières représentations (dans lesquelles Marie-Antoinette chantait) et dans d'autres grandes villes d'Europe. Le critique musical Charles Burney admira son opéra et son chant dans une œuvre de 1773, The present state of music in Germany, the Netherlands and United Provinces (« L'état actuel de la musique en Allemagne, aux Pays-Bas et dans les Provinces-Unies »). Le philosophe et musicologue Antonio Eximeno y Pujades inclut une aria de l'opéra Talestri dans son traité de 1774, Dell’ origine e delle regole della musica (« Des origines et des règles de la musique »), mettant Marie-Antoinette de Bavière sur un pied d'égalité avec cinq autres compositeurs sélectionnés : Giovanni Pierluigi da Palestrina, Giovanni Maria Nanino, Giovanni Carlo Maria Clari, Giovanni Battista Pergolesi et Arcangelo Corelli. Quoique sa musique y soit étudiée dans un sens plus large, avec moins d'analyse musicale, le traité entier présente des modèles de techniques de composition, ce qui implique qu'Antonio Eximeno y Pujades, et probablement d'autres musicologues de l'époque, avait une grande considération des œuvres de Marie-Antoinette de Bavière.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Il trionfo della fedeltà, opéra, livret d'Antoinette de Bavière (Dresde, été 1754)
  • Talestri, regina delle amazoni, opéra, livret d'Antoinette de Bavière (Nymphenburg, 6 février 1760)

Références et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Charles Burney, The Present State of Music in Germany, the Netherlands, and the United Provinces. Londres, 1773.
  • (de) Steffen Seiferling, Talestri, Regina delle Amazzoni (livret du CD).
  • (it) Antoinette de Bavière, Talestri, regina delle Amazzoni : drame en musique, de E.T.P.A. Leipzig : G. G. I. Breitkopf, 1765.
  • (it) Antonio Eximeno y Pujades, Dell' origine e delle regole della musica, colla storia del suo progresso, decadenza, e rinnovazione. Rome, 1774.
  • (de) Heinrich Theodor Flathe, Maria Antonia von Bayern, in Allgemeine Deutsche Biographie (ADB). Band 20, Duncker & Humblot, Leipzig 1884, S. 371–374.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :