Margaret MacDonald Mackintosh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mackintosh.

Margaret MacDonald Mackintosh

Description de cette image, également commentée ci-après

Margaret McDonald Mackintosh en 1895
Nom de naissance Margaret MacDonald
Naissance
Tipton près de Wolverhampton, Angleterre Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Décès (à 68 ans)
Londres, Angleterre Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Activités Peintre, artiste
Formation Glasgow School of Art
Mouvement artistique Groupe The Four au sein de la Glasgow School
Margaret MacDonald Mackintosh - « Oh ye, all ye that walk in Willowood » - (1902)

Margaret MacDonald Mackintosh (née le à Tipton, près de Wolverhampton - morte le à Londres) est une artiste britannique, dont l'œuvre originale - que l'on peut rattacher au courant Art nouveau - permit de définir le « Glasgow Style », qui connut un grand succès pendant la dernière décennie du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Elle a épousé en 1900 l'architecte et designer Charles Rennie Mackintosh.

Biographie[modifier | modifier le code]

Margaret Macdonald est née près de Wolverhampton où son père, ingénieur, dirigeait une mine de charbon. En 1890, la famille s'installa à Glasgow, et Margaret et sa sœur Frances MacDonald s'inscrivirent à la Glasgow School of Art (école d'arts appliqués) où elles s'initièrent à différentes disciplines, notamment le métal, la broderie et le textile.

Margaret travailla d'abord en collaboration avec sa sœur, puis plus tard avec son mari, l'architecte Charles Rennie Mackintosh. Ses œuvres les plus dynamiques sont de grands panneaux peints sur gesso qu'elle élaborait avec son mari pour la décoration intérieure de salons de thé ou de résidences privées.

Avec son mari, sa sœur et son beau-frère James Herbert MacNair, elle fut l'un des membres les plus influents du collectif informel connu sous le nom de « The Four » (Les Quatre) à l'intérieur de l'« École de Glasgow » (Glasgow School) . Le groupe exposa à Liège pour la première fois en 1895, à Glasgow, à Londres (Arts and Crafts Society en 1896) et à Vienne. Ces expositions contribuèrent à établir la réputation de Margaret et de son mari. Le style de l'« École de Glasgow » influença le mouvement Art nouveau viennois, le « Sezessionsstil » (en anglais, The Secession), lors de la célèbre exposition Vienna Secession en 1900. C'est à l'occasion de cette exposition qu'elle produisit une très forte impression sur les Sécessionistes autrichiens Gustav Klimt et Josef Hoffmann.

Mais, la réputation de Margaret Macdonald, de même que celle de sa sœur Frances, a eu à souffrir du discours patriarcal dominant dans la critique d'art à l'époque. Si elle n'occupe pas la place qui aurait dû être la sienne dans l'histoire de l'art, c'est que Margaret a été l'une des nombreuses « femmes marginalisées », dont l'œuvre est restée dans l'ombre de celle de leur compagnon. Elle fut pourtant reconnue en son temps par beaucoup de ses pairs, y compris par son mari lui-même, qui lui écrivit : « N'oublie pas que tu es pour la moitié sinon les trois quarts de toute mon œuvre ... »[1]. Il aurait de même déclaré : « Margaret a du génie, je n'ai que du talent ».

Parmi ses travaux les plus connus, on peut citer le panneau peint sur gesso Oh ye, all ye that walk in Willowood (1902), qui faisait partie d'un ensemble décoratif conçu pour le salon de thé de luxe Willow Tearooms, et Opera of the Winds (Opéra des vents) (1903).

Galerie[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Chronicle: the letters of Charles Rennie Mackintosh to Margaret Macdonald Mackintosh, éditées par Pamela Robertson.