Lucius Domitius Ahenobarbus (consul en -16)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lucius Domitius Ahenobarbus.

Lucius Domitius Ahenobarbus est un homme politique et général des débuts de l'Empire romain. Il est l'unique fils de Gnaeus Domitius Ahenobarbus et d'Aemilia Lepida. Sa mère a un lien de parenté avec le triumvir Lépide. Ses grands-parents maternels sont la sœur de Caton le Jeune et Lucius Domitius Ahenobarbus[1],[2].

Quand il est jeune, Lucius est un aurige habile et renommé, peut-être au point de l'obsession[3],[2].

Il est fiancé en 36 av. J.-C. lors de la réunion entre Octave et Marc Antoine à Tarente, à Antonia Major, la fille de ce dernier et d'Octavie. En 25 av. J.-C., ils se marient et auront pour enfants :

Il est édile en 22 av. J.-C. Suétone le décrit comme « fier, prodigue et cruel[2] », faisant preuve de nombreuses marques d'irrespect, forçant le « censeur Lucius Plancus à se ranger sur son passage[2] », mais aussi autant envers un proconsul d'Afrique qu'envers un légat d'Illyrie[3].

Les campagnes de Lucius Domitius Ahenobarbus (3 à 1 av. J.-C.) et de Tibère (4 à 6) en Germanie.

Il est consul en 16 av. J.-C. Suétone ajoute que durant son consulat, et la préture qu'il a occupée auparavant, « il fit paraître sur la scène des chevaliers romains et des matrones pour représenter des mimes[2] », ce qui est très dégradant, les mimes étant la plus basse classe des acteurs, déjà mal vus à Rome. Il fait donner aussi de nombreux jeux du cirque, comme des spectacles de gladiateurs ou des combats contre des bêtes[2]. Il est si excessif en barbarie qu'Auguste est obligé de l'en blâmer par un édit[2],[4],[5],[6].

Une procession sur le côté sud de l'Ara Pacis.

Après son consulat, et probablement comme successeur de Tibère, il commande l'armée romaine en Germanie, de 3 à 1 av. J.-C. Il traverse l'Elbe où il érige un autel à Auguste et pénètre plus loin dans le pays qu'aucun de ses prédécesseurs ne l'avait fait. Il édifie également une passerelle, dite pontes longi, sur des marais entre le Rhin et l'Ems. Pour ces réalisations, il reçoit les insignes d'un triomphe[2]. Marcus Vinicius lui succède de 1 à 3 ap. J.-C. puis à nouveau Tibère.

L'autel de la paix d'Auguste montre sur sa face sud (voir image) le fils de Lucius, Gnaeus Domitius Ahenobarbus et sa grande sœur Domitia Lepida Major (les deux enfants à droite). Antonia Major est représentée derrière eux et il est possible que l'homme près d'elle soit Lucius.

Il est aussi l'exécuteur testamentaire d'Auguste en 14[2]. Il meurt en 25 ap. J.-C.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. William Smith, Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology (tome 1), p. 86 [lire en ligne].
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Suétone, Vie des douze Césars, Néron, 4.
  3. a et b Ronald Syme, Domitus Ahenobarbus, Lucius (2).
  4. Tacite, Annales, IV, 44.
  5. Dion Cassius, Histoire romaine, Livre LIV, 59.
  6. Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 72.

Bibliographie[modifier | modifier le code]