Patrick Chamoiseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Patrick Chamoiseau

Description de cette image, également commentée ci-après

Patrick Chamoiseau (Strasbourg, juin 2009)

Activités Avait travaillé pendant plusieurs années comme éducateur de l'Administration Pénitentiaire (CIP)
Naissance 3 décembre 1953 (60 ans)
Fort-de-France (Martinique)
Genres romans, essais, contes, scénario
Distinctions Prix Goncourt (1992)
Commandeur des Arts et des Lettres (2010)

Patrick Chamoiseau (né à Fort-de-France, 3 décembre 1953) est un écrivain français originaire de la Martinique. Auteur de romans, de contes, d'essais, théoricien de la créolité, il a également écrit pour le théâtre et le cinéma. Le prix Goncourt lui a été décerné en 1992 pour son roman Texaco.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études en France métropolitaine, inspiré par les travaux d'Édouard Glissant, Patrick Chamoiseau rentre en Martinique et s'intéresse de près à la culture créole. Il publie son premier roman en 1986. Il obtient la consécration en 1992 en gagnant le prix Goncourt pour son roman Texaco, une œuvre vaste présentant la vie de Martiniquais sur trois générations.

Il participe également à l'écriture de nombreux films dont Biguine (2004), Aliker (2007), Nord-Plage (2004) ou encore Le Passage du Milieu (2009).

L'écrivain[modifier | modifier le code]

Le marqueur de paroles[modifier | modifier le code]

Son œuvre dépeint les traits de la culture populaire martiniquaise, celle des petites gens et de leurs combats. Chronique des Sept misères évoque le triste destin des djobeurs, hommes à tout faire sur les marchés de Fort-de-France, dont la présence se fit de plus en plus rare avec la perte d'influence de ces mêmes marchés. Cet ouvrage déplore la disparition d'une créativité qui alimentait l'identité créole. Il dénonce avec Chronique des sept misères l'acculturation du peuple martiniquais, largement due à la départementalisation.

Texaco explore l'histoire moderne de la Martinique. Ce roman revisite, d'une manière originale et rafraîchissante, l'épopée du petit peuple martiniquais à travers le récit du combat des habitants d'un bidonville situé en bord de mer, près des raffineries de Fort-de-France. Il évoque ainsi le combat pour la sauvegarde de certains modes de vie authentiquement créoles. Texaco est reconnu comme l'une des œuvres antillaises majeures de la fin du XXe siècle.

Cherchant à restituer les saveurs et les douleurs de l'existence caribéenne, l'auteur préfère cependant l'évocation du passé au détriment d'une trame se déroulant à une époque contemporaine.

Chamoiseau interroge également les formes d'expression créoles. Prenant acte de l'existence d'une culture créole essentiellement travaillée par l'oralité, il envisage le développement d'une littérature orale pour laquelle l'écrivain, héritant des tournures orales et des conteurs créoles, aurait pour rôle de s'ériger en « marqueur de paroles ».

Il évoque sa démarche littéraire et son itinéraire artistique dans un essai récent. (cf. Écrire en pays dominé).

Œuvres autobiographiques[modifier | modifier le code]

Il a évoqué son enfance dans la trilogie Une enfance créole, comprenant Antan d'enfance (1990), Chemin d'école (1994) et À bout d'enfance (2005).

Engagements[modifier | modifier le code]

Patrick Chamoiseau participe également à la création du manifeste de la créolité avec Jean Bernabé et Raphaël Confiant.

Ce courant a un très grand retentissement, d’abord dans les milieux littéraires antillais, avec le ralliement relatif du Guadeloupéen Ernest Pépin, et l’intérêt de l’Haïtien René Depestre.

Chamoiseau écrit les scénarios de l'Exil du roi Behanzin (1994), Passage du milieu (2000) et Biguine (2004) (tous trois réalisés par Guy Deslauriers). En 2007, il écrit le scénario du nouveau film de Guy Deslauriers retraçant la vie du journaliste André Aliker, qui fut assassiné alors qu’il s’apprêtait à dévoiler une affaire compromettante entre békés.

Ami d’Édouard Glissant, il cherche à développer avec celui-ci le concept de mondialité, en vue de traduire, sur le point de vue politique et poétique, une nouvelle conception du monde qui serait fondée sur l’ouverture des cultures, la protection des imaginaires des peuples, lesquels disparaissent lentement sous l’action uniformisatrice de la mondialisation.

Après avoir soutenu le NPA à sa création, il s’engage aux côtés du Front de gauche aux élections européennes de 2009[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Son oeuvre est marquée par l'oralité et l'imaginaire de la culture créole.

Romans[modifier | modifier le code]

  • Chronique des sept misères, roman, Gallimard, 1986
    Prix Kléber Haedens 1986, Prix de l'île Maurice 1986 et Prix international francophone Loys Masson 1987[2]
  • Chronique des sept misères, suivi de Paroles de Djobers, préface d'Edouard Glissant, Gallimard, coll. Folio, 1988.
  • Solibo magnifique, roman, Gallimard, 1988
  • Texaco, roman, Gallimard, 1992
  • L'Esclave vieil homme et le molosse, avec un entre-dire d'Édouard Glissant, roman, Gallimard, 1997
  • Biblique des derniers gestes, roman, Gallimard, 2002
    Prix Spécial du Jury RFO
  • Un dimanche au cachot, roman, Gallimard, 2007
    Prix du livre RFO 2008
  • Les Neuf consciences du Malfini, Gallimard, roman, 2009
  • Hypérion victimaire. Martiniquais épouvantable, roman polar, éd. La Branche, 2013
Coffret
  • Le Déshumain grandiose, coffret comprenant L'Esclave vieil homme et le molosse, Un dimanche au cachot, et une postface De la mémoire obscure à la mémoire grandiose, Gallimard, coll. Folio, 2010.

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • Antan d'enfance (Une enfance créole, I), autobiographie, Hatier, 1990
    Grand Prix Carbet de la Caraïbe
  • Chemin d’école (Une enfance créole, II), autobiographie, Gallimard, 1994
  • À bout d'enfance (Une enfance créole, III), autobiographie, Gallimard, 2005

Récit[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • Éloge de la créolité, essai, Gallimard, 1989, avec Jean Bernabé et Raphaël Confiant.
    Réédition en édition bilingue Éloge de la créolité / In Praise of Creoleness, Gallimard, 1993.
  • Martinique, essai, Ed. Hoa-Qui, 1989
  • Lettres créoles : tracées antillaises et continentales de la littérature, Haïti, Guadeloupe, Martinique, Guyane (1635-1975), essai, Hatier, 1991, avec Raphaël Confiant
  • Guyane : Traces-Mémoires du bagne, essai, ed. C.N.M.H.S., 1994
  • Écrire en pays dominé, essai, Gallimard, 1997
  • Elmire des sept bonheurs : confidences d'un vieux travailleur de la distillerie Saint-Etienne, essai, Gallimard, 1998, photographies de Jean-Luc de Laguarigue
  • Quand les murs tombent ; l'identité nationale hors-la-loi ?, essai, Galaade éditions, 2007, avec Edouard Glissant
  • L’Intraitable beauté du monde - adresse à Barack Obama, essai, Galaade éditions, 2009, avec Edouard Glissant
Participation
  • Écrire la parole de nuit. La nouvelle littérature antillaise, Gallimard, 1994, collectif
  • Manifeste pour les "produits" de haute nécessité : Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion, manifeste, Galaade éditions, 2010, collectif

Autres[modifier | modifier le code]

  • Maman Dlo contre la fée Carabosse, théâtre-conte, Éditions caribéennes, 1981
  • Au temps de l’antan, contes créoles, Hatier, 1988
    Grand Prix de la littérature de jeunesse[3]
  • Émerveilles, nouvelles, Gallimard, 1998, illustrations de Maure.
  • Case en pays-mêlés, 2000, avec Jean-Luc de Laguarigue
  • Métiers créoles : tracées de mélancolie, Hazan, 2001, avec Jean-Luc de Laguarigue
  • Les Bois sacrés d’Hélénon, 2002, avec Dominique Berthet
  • Le Commandeur d'une pluie, suivi de L'Accra de la richesse, Gallimard, 2002, illustrations de William Wilson
  • Livret des villes du deuxième monde, 2002
  • Trésors cachés et patrimoine naturel de la Martinique vue du ciel, éd. HC, 2007, avec des photographies de Anne Chopin.
  • Les Tremblements du monde, A plus d'un titre éditions, 2009
  • Le papillon et la lumière, conte, Gallimard, coll. Folio, 2013, illustrations d'Ianna Andreadis

Scénarios[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

  • Encyclomerveille d'un tueur, Delcourt, 2009 (tome 1) ; Thierry Segur pour le dessin et les couleurs

Distinctions et Prix[modifier | modifier le code]

  • Prix Kléber Haedens, pour Chronique des sept misères[2] (1986)
  • Prix de l'île Maurice, pour Chronique des sept misères[2] (1986)
  • Prix international francophone Loys Masson, pour Chronique des sept misères[2] (1987)
  • Grand Prix de la littérature de jeunesse, pour Au temps de l’antan[3] (1988)
  • Prix Goncourt pour Texaco (1992)
  • Prix Carbet de la Caraïbe, pour Antan d'enfance (1993)
  • Prix Spécial du Jury RFO, pour Biblique des derniers gestes (2002)
  • Prix du Livre RFO, pour Un dimanche au cachot (2008)
  • Commandeur des Arts et des Lettres (2010)[4]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Sophie Choquet, Sculpter l'identité : les formes de la créolité dans l'œuvre de Patrick Chamoiseau, Université de Limoges, 2001, 450 p. (thèse)
  • (fr) Parevadee Chinien, Les communautés orientales aux Antilles : intégration ou marginalisation dans les œuvres de Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant ?, Université Michel de Montaigne-Bordeaux III, 2006, 427 p. (thèse)
  • (fr) Lorna Milne, Patrick Chamoiseau : espaces d'une écriture antillaise, Rodopi, Amsterdam ; New York, 2006, 226 p. (ISBN 90-420-2021-0)
  • (en) Maeve McCusker, Patrick Chamoiseau : recovering memory, Liverpool University Press, 2007, 184 p. (ISBN 978-1-8463-1048-5)
  • (fr) Liviu Lutas, "Biblique des derniers gestes" de Patrick Chamoiseau : fantastique et histoire, Språk- och litteraturvetenskapligt centrum, Lunds universitet, 2008, 235 p. (ISBN 978-91-628-7472-8)
  • (fr) Noémie Auzas, Chamoiseau ou les voix de Babel. De l'imaginaire des langues, Paris, Imago, 2009, 304 pages (ISBN 978-2-84952-073-4)
  • (fr) Dominique Chancé, Patrick Chamoiseau, écrivain post-colonial et baroque, Honoré Champion, Paris, 2010
  • (en) Wendy Knepper, Patrick Chamoiseau: A Critical Introduction, University Press of Mississippi, 2012
  • (fr) Samia Kassab-Charfi, Patrick Chamoiseau, Paris: Institut Français / Gallimard, 2012, 172 p. (ISBN 978-2-07-013759-6)
    Contient un CD audio : Entretiens avec Patrick Chamoiseau
Analyse comparée

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Chamoiseau à la Bibliothèque universitaire des Antilles et de la Guyane, le 23/10/1992, Pointe-à-Pitre, 1992 (VHS)
  • Un imaginaire pour une mondialité à faire, film documentaire réalisé par Federica Bertelli, constitué de deux rencontres avec Patrick Chamoiseau et Édouard Glissant, édité en dvd par la revue Les périphériques vous parlent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. S. Z., « Le soutien des intellectuels divise la gauche de la gauche », Le Monde du 4 juin 2009, p. 11
  2. a, b, c et d Page du livre et ses trois Prix, sur le site de son éditeur, Gallimard.
  3. a et b Mention du Prix sur l'article de P. Chamoiseau sur l'Encyclopédie Larousse.
  4. Nomination ou promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres, janvier 2010 sur culture.gouv.fr