Maurice Croiset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croiset.

Sur les autres projets Wikimedia :

Maurice Croiset, né le 20 novembre 1846 à Paris où il est mort le 15 février 1935, est un helléniste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l’École normale supérieure (1865-1868), où il suit les cours de Jules Lachelier, Gaston Boissier et Jules Girard. Agrégé de lettres en 1868, Maurice Croiset devient docteur ès-lettres en 1874 avec une thèse sur Les idées morales dans l’éloquence politique de Démosthène, publiée en 1875.

Il enseigne au lycée de Moulins, puis occupe la chaire de rhétorique au lycée de Montpellier. Nommé professeur de langue et littérature grecques à la faculté de lettres de Montpellier en 1876, il est appelé à Paris en 1891, où il devient maître de conférences à l’École normale supérieure. C’est en 1893 qu’il est élu au Collège de France pour enseigner les langue et littérature grecques, chaire qu'il tiendra jusqu’en 1930.

De 1911 à 1929, il fut administrateur du Collège de France. Membre de l'Association pour l'encouragement des études grecques depuis 1873 et de l'Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 1903, il fut l’un des fondateurs de la société d’édition Les Belles Lettres en 1917, et présida l'Association Guillaume Budé, dont il fut l’un des fondateurs, à partir de 1918. Il obtient le rang de grand officier de la Légion d'honneur.

Il meurt à l'âge de 89 ans, laissant inachevée une étude de la République de Platon.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses nombreux ouvrages abordent tout autant la pensée, la civilisation que la littérature de la Grèce ancienne. Outre ses contributions au Dictionnaire des antiquités grecques et romaines de Charles Daremberg et Edmond Saglio, il a établi l’édition et la traduction des œuvres de Platon (Hippias mineur, Alcibiade, Apologie de Socrate, Euthyphron, Criton, 1920), Démosthène (Harangues, 1924-1925) et de Sophocle (Œdipe roi, 1931).

On lui doit aussi :

  • Essai sur la vie et les œuvres de Lucien, 1882
  • Alfred et M. Croiset, Histoire de la littérature grecque I-V, 1887-1899 [il contribué aux volumes I, III et V]
  • Aristophane et les partis politiques à Athènes, 1906
  • Eschyle, études sur l’invention dramatique dans son théâtre, 1928.
  • La Civilisation de la Grèce antique, 1932
  • La République de Platon. Etude et analyse.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Edmond Faral, Notice sur la vie et les travaux de Maurice Croiset, CRAI, 1944, p. 78-101