Brand (Ibsen)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brand.

Brand est une pièce de théâtre en 5 actes d'Henrik Ibsen publiée en 1866. Elle raconte le destin tragique du pasteur Brand, homme éperdu d’absolutisme.

Historique[modifier | modifier le code]

Brand fut initialement édité en 1866 à 1275 exemplaires par Gyldendal Boghandel à Copenhague, ce fut un énorme succès et la pièce fut réédité quatre fois en neuf mois[1]. La pièce est écrite en vers et elle a pour but d’éveiller le peuple de Norvège et lui inspirer des pensées élevées[2].

Résumé de l’intrigue[modifier | modifier le code]

Acte 1 Voyageant à pied vers le village ou il avait été recueilli enfant, Brand, pasteur rencontre Ejnar et Agnès qui viennent de se fiancer. Il leur déclare qu’il va à l’enterrement de Dieu et leur reproche de ne pas vivre pleinement et totalement selon la doctrine de Dieu.

Acte 2 Dans le village au fond du fjord règne l’épidémie et la famine, le bailli distribue de la nourriture aux habitants. Brand fustige la foule, les accable de reproches, tout ceci est de leur faute car ils vivent dans la détresse morale, la foule veut le chasser, une femme habitant de l’autre coté du fjord arrive à ce moment et demande l’aide d’un pasteur, son mari que la faim a rendu à moitié fou a tué leur plus jeune enfant et comprenant son acte, il a retourné l’arme contre lui et mourant il a besoin d’un pasteur. Brand cherche un volontaire pour traverser le fjord sur une barque, tous on peur de l’orage, seule Agnès l’accompagne au grand désespoir d’Ejnar. Après qu’il ait accompli sa tâche un paysan demande à Brand de rester et d’être leur pasteur, sa mère survient, il y a un vieille antagonisme entre eux, le fils reprochant à sa mère sa rapacité. Brand décide de rester et de devenir le pasteur de ce village, Agnès choisit de rester avec lui.

Acte 3 Trois années plus tard, Agnès et Brand ont un petit garçon Alf. Brand attend un message de sa mère, elle doit, quand elle sentira la mort approcher, l’avertir pour qu’il vienne lui administrer les derniers sacrements, mais il a mis une condition, elle doit distribuer tout son bien. Le messager arrive avec une proposition de la moitié du bien, Brand refuse d’aller la voir et elle meurt en disant « Dieu n’est pas aussi dur que mon fils ». Au même moment le docteur diagnostique que le petit Alf doit rapidement quitter cette vallée qui ne voit le soleil que trois semaines par an, il en va de sa vie. Brand prépare son départ.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Brand
  • Sa mère
  • Ejnar, un peintre
  • Agnès, fiancée à Ejnar puis femme de Brand.
  • Le bailli
  • Le Docteur
  • Le sacristain
  • Le maître d'école
  • Gerd
  • Un paysan
  • Le fils du paysan
  • Second paysan
  • Une femme
  • Seconde femme
  • Un scribe
  • Des pasteurs
  • Des fonctionnaires
  • Le Tentateur du désert
  • Le peuple

Extraits[modifier | modifier le code]

  • Peuple, l’esprit de compromis, c’est Satan’’
  • Votre Dieu à vous n’aide personne à traverser le fjord, mais rappelez vous que le mien est à bord
  • Ne peux tu être ce que tu dois, alors sois sérieusement ce que tu peux, Sois totalement homme de la glèbe.

Première représentation[modifier | modifier le code]

Le 24 mars 1885 au Nya Teater de Stockholm dans une mise en scène de Ludvig Josephson

Mises en scène en France[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ibsen, page 1773, traduit par Régis Boyer, Bibliothèque de la Pléiade, éditions Gallimard, 2006 (ISBN 2 07 011790 1)
  2. Ibsen, page 1769, traduit par Régis Boyer, Bibliothèque de la Pléiade, éditions Gallimard, 2006 (ISBN 2 07 011790 1)
  3. http://www.fluctuat.net/2519-Brand-Stephane-Braunschweig