Laurier-cerise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laurier et Cerise (homonymie).

Le Laurier-cerise (Prunus laurocerasus L.), parfois appelé Laurier de Trébizonde, Laurier-amande ou Laurier-palme, est une plante de la famille des Rosaceae et du genre Prunus. C'est un arbuste fréquemment planté en haies, appréciant les climats doux (côtes méditerranéenne et atlantique notamment). Cette espèce est considérée comme plante envahissante en Europe Occidentale et Amérique du Nord[1]

Terminologie[modifier | modifier le code]

Cette plante fait partie des nombreuses plantes appelées «laurier» en raison de l'aspect de leurs feuilles, elliptiques, coriaces et brillantes. Originaire d'Arménie, il n'a pourtant rien à voir avec le genre Laurus, puisqu'il appartient à la famille des Rosacées et au genre Prunus.

Autres noms, utilisés parfois selon les variétés plantées : laurier de Trébizonde[2], laurier aux crèmes[2], laurier-amande, laurier-amandier[2], laurier à lait[2], laurine[2], laurier du Caucase. On parle de "Laurière" pour un bosquet de ces arbres.

Écologie et habitat[modifier | modifier le code]

Aspect général en Turquie

C'est un arbuste indigène en Asie Mineure, naturalisé en Europe occidentale, où il forme des bois clairs ou des haies. Il apprécie les sols neutres ou légèrement acides, ensoleillés ou à moitié ombragés. La floraison a lieu au printemps entre avril et mai.

Par la toxicité de leur fructification et de la litière qu'ils produisent, les formations de laurier cerise ont un intérêt très limité pour la faune sauvage des jardins.

Description[modifier | modifier le code]

Laurier-cerise avec des grappes de fruits

Le laurier-cerise est un arbre à feuillage persistant, pouvant atteindre 8 m s'il est planté en solitaire. Les feuilles sont coriaces simples, alternes, à avers brillant, elliptiques à lancéolées.

Ses inflorescences poussent en grappes érigées poussant à l'aisselle des feuilles. elles sont composées de petites fleurs blanches (corolle à 5 lobes) à un seul style entouré de nombreuses étamines.

Le fruit est une petite drupe, noire à maturité, contenant une graine. La dissémination se fait essentiellement par endozoochorie : les fruits sont consommés occasionnellement par les merles et les étourneaux.

L'ensemble de la plante est toxique pour l'homme, à l'exception de la pulpe du fruit (la graine est toxique).

Utilisation[modifier | modifier le code]

Laurier-cerise en haie en France

Le laurier-cerise est principalement utilisé comme plante ornementale ou pour constituer des haies touffues.

Les feuilles, riches en glycosides cyanogéniques, dégagent des émanations toxiques après froissement et ne permettent aucunement leur utilisation en tant que condiment.

Seuls les fruits murs dénoyautés obtenus à partir d'arbres âgés et prolifiques ne sont pas toxiques et permettent de réaliser une confiture rouge sombre de goût unique mais agréable[3],[4].

Variétés[modifier | modifier le code]

  • Prunus laurocerasus 'Caucasica'
  • Prunus laurocerasus 'Variegata'
  • Prunus laurocerasus 'Otto Luyken' à feuilles plus effilées.
  • Prunus laurocerasus 'Rotundifolia'
  • Prunus laurocerasus 'Herbergii'

Plante invasive[modifier | modifier le code]

Le laurier-cerise est considéré comme une plante invasive dans une bonne partie de l'Europe, principalement sur la façade atlantique et en région méditerranéenne. Massivement planté par l'homme, l'espèce se ressème ensuite rapidement par ornithochorie (dispersion des graines par les oiseaux). Tout comme le rhododendron pontique, il forme des peuplements denses et ombragés, hostiles à la végétation indigène, notamment en milieu forestier: de nombreuses fleurs de sous bois se développent en fin d'hiver (jacinthe des bois, muguet, ail des ours, ficaire...), profitant de la lumière avant la feuillaison des arbres caduques, et sont incapables de survivre dans les zones envahies d'arbres persistants[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Laurier cerise (Prunus laurocerasus) », Observatoire de la biodiversité et du patrimoine naturel en Bretagne
  2. a, b, c, d et e (en) « laurier-cerise », Dictionnaire des Sciences Animales, sur cirad,‎ 2012-12-13
  3. Confiture et vin de laurier-cerise : River Cottage - Are Laurel Berries Poisonous? (en)
  4. Confiture de laurier-cerise : Anglian Gardener - Cherry laurel, Prunus laurocerasus - Shrub (en)
  5. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :