Laurent Garnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garnier.

Laurent Garnier

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Laurent Garnier au Nice Jazz Festival en 2010

Informations générales
Naissance 1er février 1966 (48 ans)
à Boulogne-Billancourt
Genre musical Techno, techno de Détroit, electro, acid house, nu jazz
Années actives 1987 à aujourd'hui
Labels F Communications
Fnac Music Dance Division
PIAS
Ed Banger Records
Site officiel www.laurentgarnier.com

Laurent Garnier, né le 1er février 1966 à Boulogne-Billancourt, est un DJ, compositeur et producteur de musique électronique. Il a fondé et dirigé le label français F Communications.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laurent Garnier est né le 1er février 1966 à Boulogne-Billancourt, France dans une famille de forains. Très jeune, il se rend compte que la musique fait et fera partie intégrante de sa vie. Il s'enferme dans sa chambre, transformée en véritable discothèque, plusieurs heures par jour. Derrière ses platines, il s'imagine faire danser les foules et anime les soirées familiales dès qu'il en a l'occasion.

Mais c'est lorsqu'il déménage à Londres pour devenir valet de pied de l'Ambassadeur de France après être sorti premier de l'école hôtelière que tout s'enclenche. Il découvre les nuits Anglaises et franchit les portes du club Hacienda à Manchester ne tardant pas à jouer les premiers disques venant de Détroit et du label Underground Resistance. En Angleterre encore, il découvre les raves-party et essaie d'amener ce courant musical britannique sur la scène française. Privilégiant l'aspect musical comme vecteur d'organisation de ces fêtes, il s'éloigne de ce mouvement « lorsque la drogue d'abord, puis l'argent deviennent les raisons majeures de l'organisation de ces rassemblements. »

Points marquants de sa carrière[modifier | modifier le code]

Laurent Garnier à Melbourne en 2007

Afin selon lui de promouvoir la diversité musicale, il propose sa radio sur le Web : Pedro's Broadcasting Basement, où se côtoient des styles musicaux différents[1]. Il était également DJ résident au Rex Club (Paris) jusqu'en juillet 2005 pour les soirées Stéréomaniac, prônant avant tout l'éclectisme musical (rock, drum and bass et techno).

Entre-temps, il a contribué à changer l'image de la techno et de la house, qui est plus que du simple bruit, notamment auprès du public français, grâce à sa présence sur Radio Nova, Fun Radio ou Radio FG et en recevant une Victoire de la musique.

Son ouvrage Electrochoc paru en 2003 est consacré à la scène électronique. Scène qu'il a vu éclore à la fin des années 1980 et dont il fut l'un des acteurs durant la décennie 90. Avec comme ambition de faire connaître le mouvement auprès du public durant ces années-là, il sillonnera l'Europe, le monde, les clubs et les rave parties (dont il a connu l'avènement puis la disparition).

Souvent assimilé au mouvement French touch puisqu'il s'est fait connaître du grand public à la même époque, Laurent Garnier se défend d'avoir contribué à l'émergence de cette scène qui n'est pour lui qu'une simple étiquette apposée sur les productions "Disco/House filtreé" françaises de la fin des années 90.

Son label F Communications a suspendu ses activités en 2008. Il se met cette même année à tourner en tant que DJ. En 2009, il entame une tournée mondiale qui présente son nouvel album Tales Of A Kleptomaniac. Plus influencé par les musiques noires, dont la techno fait aussi partie, sans mettre de côté l'aspect dancefloor de plusieurs titres, cet album s'avère être l'un de ses plus aboutis.

En 2010, il tourne un film / fiction (dont il compose aussi la B.O) tiré de son livre Electrochoc où le personnage principal s'avère être un DJ. Le 13 mars 2010, il conclut sa tournée Tales Of A Kleptomaniac avec un concert à la Salle Pleyel. Dont un DVD sort en 2011. Concert retransmis et visible sur le site Web d'Arte et de la Cité de la Musique jusqu'au 15 juin 2010. Entretemps, il participe au Festival des Nuits Sonores de Lyon avec un mix de 4 heures sous son nouveau projet live LBS (Live Booth Sessions), trio composé de Laurent Garnier, Benjamin Rippert & Stéphane Dri alias Scan X (les trois initiales formant également l'acronyme LBS).

Pour l'année de la Russie en France, il compose la musique du ballet Suivront mille ans de calme, créé par Angelin Preljocaj en collaboration avec les danseurs du théâtre du Bolchoï. Depuis le 3 janvier 2010, Laurent Garnier est de retour avec son émission de radio It is what it is, coproduction des Radios francophones publiques. Cette émission est diffusée en France sur la radio Le Mouv' chaque samedi de 20 à 21h00, elle est également reprise en Belgique sur Pure FM, en Suisse sur Couleur 3 ainsi qu'au Mali sur la chaîne 2, programme de l’ORTM à destination des jeunes basé à Bamako. La dernière émission It is what it is du 8 décembre 2013 a clos 5 saisons radiophoniques.

En mars 2010, il réalise probablement le plus beau concert de sa carrière (comme il l'écrit dans son livre) à la salle Pleyel, car il s'agit du premier concert de musique électronique dans cet antre de la musique classique. Le DVD est disponible depuis juillet 2011.

En février 2012, son entrée dans le label Ed Banger Records est annoncée par Pedro Winter[2].

En juin 2013, il fait la fermeture du festival Garorock de Marmande.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • Shot in the Dark (1994)
  • 30 (1997)
  • Early Works (compilation) (1998)[3]
  • Unreasonable Behaviour (2000)
  • The Cloud Making Machine (2005)
  • Retrospective (2006)
  • Public Outburst (album live) (2007)
  • Tales of a Kleptomaniac (2009)[4]

Singles[modifier | modifier le code]

  • French Connection (avec Mix Master Doody) - Who cares - Creed records - 1990

Sur Fnac Music Dance Division[modifier | modifier le code]

  • French Connection (avec Mix Master Doody) - As French Connection - 1991
  • Stronger by design EP - 1992
  • Join hands remixes - 1992
  • Choice - Paris EP - 1993 (également publié sur Fragile Records)
  • A bout de souffle EP - 1993
  • For house music lovers - 1993
  • Alaska - Lost in Alaska - 1993
  • Planet House EP - 1993

Sur F Communications[modifier | modifier le code]

  • Dune (avec Pascal Feos) - Alliance EP - 1994
  • Astral Dreams - 1994
  • Alaska - Deuxième EP - 1995
  • Club Traxx EP - 1995
  • The Hoe - 1996
  • Crispy Bacon part 1 (extrait de 30) - 1997
  • Crispy Bacon part 2 - 1997
  • Flashback (extrait de 30) - 1997
  • Coloured city - 1998
  • Club traxx EP vol 2 - 1998
  • The sound of the big babou - 1999
  • The man with the red face - 2000
  • Greed - 2000
  • Greed world wide remixes - 2000
  • Sambou - 2002
  • Alaska - Returning back to Sirius - 2003
  • Marl Chingus (avec Ludovic Llorca) - 6 months earlier - 2004
  • The cloud making machine reworks vol 1 & 2 - 2005
  • Gnamankoudji - 2009[4]

Sur d'autres labels[modifier | modifier le code]

Compilations et CD mixés[modifier | modifier le code]

  • X-Mix 2 - Destination Planet Dream (Studio !K7 - 1994)
  • Mixmag Live Vol. 19 (1995)
  • Laboratoire Mix (2xCD, React, 1996)
  • Early Works (2xCD, 1998)
  • Classic And Rare : La Collection Chapter 3 (F Communications, 2002)
  • Excess Luggage (3+2xCD, F Communications, 2003)
  • "Life:Styles" (import - Harmless Recordings Londres, 2004)
  • The Kings Of Techno (Rapster Records, 2006)
  • Mix pour Mixmag à l'occasion des 25 ans du magazine (printemps 2008)
  • Laurent Garnier présente The Roots of Tales of a Kleptomaniac (Mix pour Tsugi no 19, 05/2009)

DVD[modifier | modifier le code]

  • Greed - DVD single - F Communications, Film Office, TDK Mediactive - 2001
  • Unreasonable Live - Live à l'Elysée Montmartre - F Communications - 2002
  • It's Just Musik - Live à Pleyel - PIAS - 2011[5]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Victoire de la musique catégorie Album de musique électronique dance de l'année pour l'album "30"

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]