Labrador retriever

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labrador (homonymie).
Labrador retriever
{{#if:
Labrador de couleur sable.
Labrador de couleur sable.

Espèce Chien (Canis lupus familiaris)
Région d’origine
Région Terre-neuve puis Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Caractéristiques
Taille 54 à 56 cm (F), 56 à 57 cm (M)
Poil Court, épais et dense.
Robe Noire, marron (foie-chocolat) ou jaune (du blanc crème au roux du renard)
Tête Large, au stop marqué. Cou et mâchoires solides et puissante.
Yeux Légèrement en amandes, de couleur marron ou noisette.
Oreilles Tombantes, attachées en arrière.
Queue Longueur moyenne, au poil très épais (trait distinctif).
Caractère Doux, intelligent, docile. Passion pour l'eau. Très bon flair.
Autre
Utilisation Chien de chasse, Chien de compagnie, Chien de travail
Nomenclature FCI
  • groupe 8
    • section 1
      • no 122

Le retriever du Labrador, plus communément appelé labrador ou labrador retriever est une race de chien originaire du Royaume-Uni. C'est un chien de taille moyenne, à l'allure ronde et robuste, de couleur entièrement jaune, marron ou noire. Issu du chien de Saint-John, la race a été importée puis développée au Royaume-Uni à partir du XIXe siècle. Le labrador est actuellement l'une des races les plus répandues dans le monde.

Race très docile, joueuse et intelligente, le labrador est d'abord sélectionné comme chien de chasse et notamment comme chien de rapport. Cependant, son caractère exceptionnel a fait de lui un chien très recherché comme chien de compagnie et chien de travail, notamment comme chien guide d'aveugle.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le terme « Labrador » fait référence à la région du Labrador, au Canada importé à Terre-Neuve[1]. La partie retriever fait référence à sa spécialisation pour rapporter le gibier.

Histoire[modifier | modifier le code]

La légende[modifier | modifier le code]

Selon une légende, le labrador serait issu du croisement d'un terre-neuve et d'une loutre. La légende s'appuie sur leurs points communs : leur attirance pour le milieu aquatique, leurs pattes palmées, leur poil gras et imperméable ainsi que le profilage de leur queue et son utilisation comme gouvernail[réf. nécessaire].

Le développement de la race[modifier | modifier le code]

Buccleuch Avon (vers 1885), considéré comme l'ancêtre de la race.

Au XVIIIe siècle, le chien de Saint-John, originaire de la ville de Saint-Jean de Terre-Neuve (Saint-John en anglais) est un auxiliaire pour les marins-pêcheurs : il recherche les poissons sautant par-dessus bord[2]. Le chien de Castro Laboreiro a probablement été utilisé pour élaborer la race[3],[1].

Les chiens de Terre-Neuve sont exportés en Angleterre dès 1814 où ils sont appréciés comme chien de rapport[2]. Les chiens accostent semble-t-il à Poole dans le Dorset. Ce port qui sert de relâche aux Terre-Neuves fut par la suite un des principaux points d'importation de ces chiens en Angleterre[réf. nécessaire].

Le comte de Malmesbury donne le nom de « labrador » à ce chien de Terre-Neuve. Au cours du XIXe siècle, des croisements sont réalisés avec des chiens de chasse britanniques et la race est fixée au début du XXe siècle. Le Kennel club anglais reconnaît la race en 1903. Les premiers sujets sont importés en France en 1896 et le club français est fondé en 1911[2].

Le labrador est la race de chien la plus répandue au monde[2].

Description[modifier | modifier le code]

Le labrador est un chien de taille moyenne d'allure charpentée et robuste.

Le labrador est un chien de taille moyenne et d'allure bonhomme et robuste. Le corps est fortement charpenté et d'allure arrondie, mais ne doit pas être trop gros. La taille idéale est de 56 à 57 cm au garrot pour les mâles et 54 à 56 cm pour les femelles. La poitrine est bien descendue et les côtes bien développées. Le rein et l’arrière-main sont larges et puissants. La queue de longueur moyenne est très épaisse à la naissance et s'effile progressivement vers l'extrémité. Complètement pourvue d'un poil court, épais, dense et ne formant pas de frange, la queue a une apparence de rondeur connue sous le nom de « queue de loutre ». La tête est ronde avec un museau droit se terminant par une large truffe, les mâchoires sont puissantes. Les yeux de dimension moyenne sont de couleur marron ou noisette. Attachées plutôt en arrière, les oreilles ni grandes ni lourdes tombent contre la tête[4].

Le poil est court et dense, sans ondulation ni franges et le sous-poil est imperméable. La robe est entièrement noire, jaune ou marron (foie-chocolat). Le jaune va du crème clair au roux. Une petite tache blanche est admise sur le poitrail[4].

Races proches[modifier | modifier le code]

Le labrador et le chien de Terre-Neuve ont le même ancêtre commun, le chien de Saint-John, et jusqu'au XIXe siècle, les deux types étaient fréquemment confondus dans la littérature britannique[3]. Le borador et le labernois sont deux races hybrides créées par croisements avec le border collie et le bouvier bernois respectivement.

Caractère[modifier | modifier le code]

Le labrador adore l'eau et a un fort instinct de rapport.

Le standard de la Fédération cynologique internationale décrit le labrador comme un chien amical, fidèle, intelligent, ardent et docile. Le labrador ne fait preuve d'aucune agressivité et n’est pas trop craintif[4]. La Société centrale canine le décrit comme doux, attentif, dévoué et enjoué. Très patient même avec les enfants[2], il faut cependant se méfier de son caractère joueur et expansif auprès des plus jeunes, car il peut les blesser involontairement[3]. L'éducation doit se faire en douceur et de préférence par le jeu[3]. Il a l'instinct du rapport et adore l'eau[2]. Le labrador est capable de comprendre jusqu'à une centaine de mots différents[réf. nécessaire].

Utilité[modifier | modifier le code]

Le labrador est un chien de rapport.

Le labrador est un chien créé pour la chasse : c'est un chien de rapport notamment dans les marais réputé en raison de son très bon odorat, de sa « dent douce » et de ses aptitudes exceptionnelles de natation[2]. Il est également utilisé comme chien de recherche au sang[5],[3].

Le labrador est très utilisé comme chien de travail, notamment comme chien d'assistance aux handicapés visuels et physiques, chien de sauvetage, chien de détection, chien policier, chien truffier[2].

Capable de vivre aussi bien en ville qu'à la campagne, c'est un chien de compagnie qui a besoin d'exercice physique[2].

Entretien[modifier | modifier le code]

Le labrador a besoin de se dépenser régulièrement pour ne pas s'empâter, car c'est un chien vorace qui a tendance à prendre assez rapidement de l'embonpoint[2].

Le labrador est un chien rustique dont l'entretien n'est pas très contraignant. Il est conseillé de l'étriller en période de mue[2].

Le labrador et l'Homme[modifier | modifier le code]

Labradors célèbres[modifier | modifier le code]

Brian Griffin Chien anthropomorphe Dans la série Les Griffin

Le futur roi George VI, sa femme Elizabeth Bowes-Lyon et leur labrador jaune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Robert Hutchinson, For the Love of Labrador Retrievers, Browntrout Publishers,‎ 30 septembre 1998, 112 p. (ISBN 1563139049, lire en ligne)
    p.93 : The Cão de Castro Laboreiro [...] represents our best pick for ancestor of the Labrador Retriever.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Retriever du Labrador », sur http://www.scc.asso.fr, Société centrale canine (consulté le 17 février 2014)
  3. a, b, c, d et e Isabelle Collin, Marie-Paule Daniels-Moulin, Florence Desachy, Claire Dupuis, Giovanni Falsina et Valetta Rossi, L'encyclopédie mondiale des chiens, De Vecchi,‎ 2008 (ISBN 978-2-7328-9223-8)
  4. a, b et c « Standard n°122 de la FCI », Fédération cynologique internationale,‎ 13 octobre 2010 (consulté le 17 février 2014)
  5. « Les Chiens de Sang », sur http://www.chasseurdefrance.com, Fédération nationale des chasseurs (consulté le 16 février 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Sutter, Passeport pour le Labrador, Paris, Hachette,‎ 1992 (ISBN 2-01-620591-1)