L'Étrange Créature du lac noir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Étrange Créature du lac noir

Description de l'image  Creature from the Black Lagoon poster.jpg.
Titre original Creature from the Black Lagoon
Réalisation Jack Arnold
Scénario Harry Essex
Arthur A. Ross
d'après une histoire de
Maurice Zimm
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Fantastique
Sortie 1954
Durée 79 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Étrange Créature du lac noir (Creature from the Black Lagoon[1]) est un film fantastique américain réalisé par Jack Arnold, sorti en 1954.

Le film fut tourné pour être visionné en trois dimensions par procédé de lunettes polarisantes, mais fut principalement distribué dans une version pour anaglyphes, c'est-à-dire des lunettes à deux couleurs restituant un effet tridimensionnel moins bon. Contrairement à ce que l'on prétend, le film n'est pas le premier long-métrage utilisant les trois dimensions en noir et blanc. Deux ans auparavant, Bwana Devil est sorti en trois dimensions et en couleur.

Le film fait partie de la série des Universal Monsters.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, une expédition en Amazonie découvre, grâce à des preuves fossilisées datant du Dévonien, un lien entre la terre et les animaux marins. Le chef de l'expédition Carl Maia rend alors visite au Dr David Reed, un ichtyologiste qui travaille dans un institut de biologie marine, qui persuade à son tour le Dr Williams de financer les recherches pour retrouver d'autres preuves.

Lorsque l’expédition — composée de quatre scientifiques, du commandant du bateau ainsi que de Kay Lawrence, la compagne du Dr Reed — arrive au camp, ils découvrent que les hommes laissés sur place ont été massacrés. L'équipe décide alors de s'enfoncer dans le lagon noir, ignorant que le responsable des meurtres du camp n'est autre qu'une créature amphibie préhistorique vivant en ces lieux…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

La production du film L'Étrange Créature du lac noir vient après la sortie du Météore de la nuit (1953)[2]. Le producteur William Alland et le réalisateur Jack Arnold travaillent de nouveau ensemble[2].

Scénario[modifier | modifier le code]

Conception de la Créature du lac noir[modifier | modifier le code]

La Créature du lac noir est conçue par Millicent Patrick, une dessinatrice et actrice pour Universal-International, ainsi que par l'équipe du chef maquilleur Bud Westmore[2]. Deux costumes sont taillés sur mesure pour les deux acteurs interprétant la Créature du lac noir[2]. Les têtes d'amphibiens des deux acteurs sont moulées sur leurs visages[2]. Lorsqu'elle est sous l'eau, la créature est interprétée par le cascadeur Ricou Browning[2]. L'acteur n'est pas crédité au générique ; il est alors embauché pour ses talents de nageur[2]. Hors de l'eau, Ben Chapman interprète la créature, l'acteur est également non crédité[2].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film est réalisé en relief par Jack Arnold[2].

Suites[modifier | modifier le code]

Deux suites au film sont produites par le studio sous les noms de La Revanche de la créature (1955), également réalisé par Jack Arnold, et de La créature est parmi nous (1956) de John F. Sherwood[2].

Autour du film[modifier | modifier le code]

La robe blanche de Marilyn
  • Juste avant l'une des plus célèbres scènes de toute la carrière de Marilyn, celle de la grille de métro où sa robe blanche se soulève dans le film Sept ans de réflexion de Billy Wilder, Tom Ewell et Marilyn Monroe sortent d'une salle de cinéma où l'on donne L'Étrange Créature du lac noir et devisent à propos du film :
— (Marilyn Monroe) Didn't you just love the picture? I did. But I just felt so sorry for the creature at the end.
— (Tom Ewell) Sorry for the creature? What did you want? Him to marry the girl?
He was kinda scary-looking, but he wasn't really all bad. I think he just craved a little affection - you know, a sense of being loved and needed and wanted.
That's a very interesting point of view.
Do you feel the breeze from the subway? Isn't it delicious?
Ou dans la version française :
— « (Marilyn Monroe) Vous ne trouvez pas ce film formidable ? Moi si ! J'ai eu tellement pitié du malheureux monstre... à la fin.
— (Tom Ewell) Pitié du malheureux monstre ! Qu'est-ce que vous auriez voulu ; qu'il épouse la fille ?
— Ah oui il avait un air effrayant. C'était pas vraiment une brute ! J'crois qu'il avait simplement besoin d'affection. Vous savez, besoin d'un peu... d'un peu d'amour, de tendresse, de bonheur.
— Voila un fort intéressant point de vue.
— Oh vous ne sentez le courant d'air du métro ? C'est pas délicieux ? »
Et la robe de Marilyn de se soulever.
Les lunettes dites « 3D Video » fournies par le magazine de télévision partenaire de l'opération
  • Le passage de la version anaglyphe du film à la télévision française le 19 octobre 1982[3] dans le cadre de l'émission La Dernière Séance a marqué la mémoire de nombreux téléspectateurs hexagonaux. Pour la diffusion de cette émission spéciale, appelée « séance en relief », les téléspectateurs peuvent se procurer les lunettes équipées de filtres bleu et rouge[4] en achetant un magazine de télévision partenaire de l'opération. Dans son Dictionnaire du cinéma, Jacques Lourcelles précise à propos de cette expérience de relief à la télévision française : « Insuffisamment expliquée, mais parfaitement réussie sur le plan technique, elle déçut le public et n'a pas été renouvelée depuis lors »[5].
  • Le film est considéré[Par qui ?] comme un classique des années cinquante et connaît deux suites : La Revanche de la créature (Revenge of the Creature) du même Jack Arnold en 1955 et La créature est parmi nous (The Creature Walks Among Us) de John F. Sherwood en 1956. La créature revient en 1987 dans The Monster Squad de Frank Dekker (qui comprend également Dracula, la créature de Frankenstein, le loup-garou et la momie), avec un look légèrement différent...
  • Un animal dont on a retrouvé les restes fossiles âgés de 334 millions d'années dans une carrière à proximité d'Édimbourg a été dénommé en 1998 Eucritta melanolimnetes, littéralement « la créature du lagon noir » d'après le titre original du film.
  • Il s'agit du film d'horreur préféré de Lady Gaga[réf. nécessaire].
La Créature au Witch's Dungeon Wax Museum, à Bristol.

Remake[modifier | modifier le code]

On parla longtemps d'un remake chez Universal, qui est déterminé depuis une dizaine d'années à remettre au goût du jour les monstres de son répertoire classique tel que La Momie, Wolfman, Van Helsing

Selon le réalisateur Breck Eisner en 2009 : « Nous leur avons livré un nouveau script, mais je pense qu'ils vont attendre de voir comment cela se passe avec Wolfman avant de se décider. J'étais en plein tournage, donc je n'ai pas pu suivre ça de près depuis un mois, mais j'ai bon espoir. Cela fait deux ans que nous travaillons dessus et nous sommes très excités à l'idée de nous y lancer (…) Le design du monstre est achevé, et ce sera un mélange de techniques traditionnelles et d'images de synthèse. Pour les gros plans, nous utiliserons donc un homme dans un costume qui sera ensuite probablement remplacé par les CGI (Computer-Generated Imagery), pour les plans larges et les scènes sous-marines. Nous sommes encore en train de concevoir l'approche pour ces séquences sous l'eau, mais les deux façons de faire devraient être utilisées car certains des mouvements sous-marins de la créature ne peuvent être réalisés par un homme dans un costume ».

En 2010, Carl Rinsch fut le dernier réalisateur à être attaché au projet (après que Breck Eisner se soit finalement retiré du projet) : « Je ne pense pas qu'il verra la lumière du jour pendant un moment ». Avec les recettes décevantes au box-office pour le remake de Wolfman, Universal décida de repousser le projet du remake de Creature from the Black Lagoon à une date ultérieure.

Le 7 novembre 2012, le film ressort en version 3D restaurée et numérique dans quelques salles en France, grâce au distributeur Carlotta Films.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. litt. "La Créature du lagon noir"
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Rauger 2012, p. 205
  3. Cf. [1].
  4. Procédé anaglyphe à même de restituer l'effet tridimensionnel.
  5. Dictionnaire du cinéma, p.1625.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Rauger, Universal, 100 ans de cinéma, Paris, La Martinière,‎ octobre 2012, 1e éd., 280 p. (ISBN 978-2-7324-5392-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]