Léonard Defrance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Defrance.

Léonard Defrance

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait peint en 1785

Naissance 1735
Liège
Décès 1805
Nationalité Liégeois, puis français
Activités Peinture
Maîtres Jean-Baptiste Coclers

Léonard Defrance (Liège, 1735-1805) est un peintre liégeois. Formé par Jean-Baptiste Coclers, il séjourne à Rome, à Montpellier et à Toulouse puis en Hollande, avant de revenir à Liège.

Le nom de Léonard Defrance est souvent associé à la démolition de la cathédrale Saint-Lambert, par les révolutionnaires liégeois.

Defrance s'intéresse aux évolutions politiques de son époque et se lie d'amitié avec des révolutionnaires liégeois dont Bassenge et Henckart. De novembre 1792 à mars 1793, les troupes françaises sont à Liège, c’est durant cette période que les Liégeois décident d’abattre leur cathédrale Saint-Lambert et les démolitions commencent dès l’été 1794. Defrance est pleinement associé au contrôle de cette démolition voulue par ses compatriotes liégeois.

En 1797, le peintre se retire de la vie politique et devient professeur de dessin à l’École Centrale. Il meurt à Liège en 1805 dans sa maison du quartier Pierreuse.

Il est l'un des premiers peintres à avoir introduit dans son art - massivement - une foule de sujets ou thèmes liés à l'industrialisation du Sillon Sambre-Meuse et de Liège à la veille de leur accession au rang de deuxième puissance industrielle mondiale.

On lui doit beaucoup de peintures décrivant les industries et les manufactures de l'époque. Il devint à Rome, un ami du savant liégeois, Robert de Limbourg (1731-1792), qui fut un des premiers à étudier la géologie du Pays de Liège.

De nombreuses œuvres de Defrance figurent au Musée des beaux-arts de Liège.

Il est, avec Nicolas Henri Joseph de Fassin, fondateur de l'Académie des beaux-arts de Liège.

Œuvres[modifier | modifier le code]

En Belgique[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Aux Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Collections privées[modifier | modifier le code]

  • Abolition de la servitude dans les domaines du roi de France, huile sur bois, 73 × 98 cm, signé sur le mur de l'église "L. Defrance de Liège" (Collection privée).
  • Autoportrait au chapeau, huile sur bois, 59 × 41 cm, 1791, signé (Collection privée).
  • Clouterie, huile sur bois, 46 × 64 cm, signé (Collection privée).
  • Intérieur de cabaret avec orchestre de musiciens, à Paris, huile sur bois, 50 × 66 cm, signé (Collection privée).
  • Intérieur de fonderie, huile sur bois, 40 × 57 cm (Collection privée).
  • Intérieur d'une imprimerie, huile sur bois, 47 × 65 cm, signé (Collection privée).
  • La Visite en ville, huile sur bois, 41 × 58 cm, signé (Collection privée).
  • Le Charlatan, huile sur bois, 52 × 73 cm, signé (Bruxelles, Ancienne Collection du Sénateur Lucien Beauduin).
  • Scène de racolage, huile sur bois, 58 × 78 cm (Collection privée).
  • Suppression des ordres monastiques en France (1789), huile sur bois, 60 × 86 cm (Collection privée).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Theodore Gobert, Liège à travers les âges, Tome VII, Ill. n° 1908,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]