La Meuse (Belgique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meuse et La Meuse.

La Meuse est un quotidien régional belge en langue française du groupe Sud Presse.

Historique[modifier | modifier le code]

Le journal La Meuse a plus de 150 ans d'histoire. C'est durant la nuit de la Saint-Sylvestre 1856 que La Meuse est fondée à Liège par quatre industriels passionnés : le banquier Gérard Nagelmackers, Félix Capitaine et les chevaliers Léon et Charles de Thier. Le premier numéro sort d'un petit atelier de la rue du Pot d'Or, le . Épais de quatre pages et tiré à mille exemplaires, il coûtait 20 centimes. Le premier portrait gravé au trait est apparu en 1872 ; la première photo en 1893 ; la première rotative Albert en 1898. En 1910, apparition de la première rubrique sportive. Le journal s'étoffe.

En 1874, l'imprimerie Léon de Thier quitte ses locaux de la rue Saint Adalbert pour s’installer au rez-de-chaussée de l'hôtel que le chevalier Léon de Thier a acheté boulevard de la Sauvenière, n°8.

En 1895, les premières linotypes furent montées à l'atelier du boulevard de la Sauvenière: ce fut le journal La Meuse qui introduisit la première linotype en Belgique. En 1905, Louis Petit est chef d'atelier et Heuseux, chef clicheur. Le nombre de linotypes croit lentement pour atteindre 9 machines en 1914.

En 1899, le chevalier Maurice de Thier succède à son père. Sous sa direction, le journal devient bi-quotidien, servi matin et soir, à ses abonnés. C'est l'amorce de la publication en trois éditions: Edition blanche, le matin, Edition verte, à midi, et Edition rose, le soir.

1905 voit fêter le cinquantenaire du journal dans le cadre de l'exposition internationale de Liège.

En 1913, une rotative Augsburg est mise en service. Une plieuse y est adjointe. Elle tire seize pages.

En 1914, une deuxième rotative Augsburg est installée, elle tire aussi seize pages. La rédaction se compose d'Olympe Gilbart, Rizzardi, Joseph Louette, Nello Breteuil et Hector Mossay. Le tirage de La Meuse est alors de 14.000 exemplaires. Alors qu'elle se vendait quinze centimes le numéro, son prix atteint cinq centimes.

En août 1914, les soldats allemands viennent réquisitionner les presses lithographiques. Jules Jamar et Achille Stevens sont réquisitionnés par les Allemands, baïonnette au canon, pour effectuer le tirage. Cela dura un mois et demi, puis le personnel fut licencié. Léon de Thier fut requis de faire reparaître son journal: "Jamais!" s'écria-t-il.

À la fin de l'année 1917, une partie du personnel fut appelée en vue de démonter les linotypes américaines et anglaises en vue de leur expédition en Allemagne. Le deux rotatives de marque allemande purent rester en place. En 1918, les linotypes furent réexpédiées à Bruxelles.

En 1918, le premier quotidien liégeois ressuscité fut La Meuse. Elle fut tirée à 60.000 exemplaires. Maurice de Thier avait changé l'orientation politique de La Meuse, il déclarait: "Je suis libéral, mon journal est neutre..."

En 1919, deux machines offset viennent enrichir l'imprimerie. Et en 1922, Zahm vient constituer un atelier de photogravure. Il restera huit années au service de La Meuse.

De 1919 à 1926, il n'y a plus d'édition dominicale. Le travail dominical reprendra après les inondations de 1926.

Dans la nuit du 31 décembre 1925 au 1 janvier 1926, les eaux du fleuve interrompent le tirage, les caves sont inondées. Ses rotatives étant noyées, La Meuse tire ses éditions dans les ateliers de l'Etoile belge à Bruxelles. Ainsi, le lundi 4 janvier 1926, La Meuse sort sa première édition de quatre pages. Le 20 janvier, le tirage reprend dans ses ateliers liégeois.

En 1928, La Meuse ouvre un bureau à Bruxelles au premier étage du Bragil Bourse.

En 1929, deux presses Leipzig sont réceptionnées. C'est les débuts de l'impression hélio. En 1930, deux presses Winkler sont installées.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, La Meuse émigre à Bruxelles, puis à Paris et finalement à Nantes. Une édition clandestine est publiée d' à . À la Libération, La Meuse crée des éditions régionales à Namur, Verviers, Huy, Charleroi et Luxembourg. En 1946, le quotidien bruxellois La Lanterne est racheté et devient l'édition bruxelloise du journal. 1966 constitue une date-clef : le 25 octobre, la famille de Thier cède La Meuse au groupe Rossel. Par la suite, sous la houlette du rédacteur en chef Paul Gabriel, le journal et ses différentes éditions se développeront considérablement et à continueront à s'ancrer dans les régions couvertes. La Gazette des sports naît en 1994. Elle devient le second cahier de La Meuse et des autres journaux régionaux du groupe Rossel. C'est le début des synergies rédactionnelles entre ces quotidiens, qui aboutissent à la création de la S.A. Sud Presse, le . Dans les faits, c'est au printemps 2000 que La Meuse et ses partenaires fusionnent réellement pour former un groupe qui deviendra, d'emblée, le numéro 1 de la presse quotidienne francophone belge.

Dernier changement en date: en , le Quotidien de Namur, nom donné en 2002 à l'édition namuroise, revient à la case départ et redevient La Meuse Namur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]