King Kong contre Godzilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Godzilla.

King Kong contre Godzilla

Titre original Kingu Kongu tai Gojira
Réalisation Ishirō Honda
Scénario Shinichi Sekizawa
George Worthing Yates
Willis O'Brien
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau du Japon Japon
Sortie 1962
Durée 90 min.

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

King Kong contre Godzilla est un film américano-japonais réalisé par Ishiro Honda en 1962. Capturé et ramené au Japon, King Kong affronte Godzilla, récemment échappé du lieu où il était retenu prisonnier.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Godzilla est libéré accidentellement d'un iceberg par un sous-marin nucléaire et se dirige vers Tokyo. Une expédition découvre l'île de Faro où vit une tribu indigène vénérant le dieu Kong. Après de nombreuses péripéties, l'expédition ramène King Kong au Japon mais il réussit à s'échapper. Il se met à détruire Tokyo. Les militaires construisent un barrage de pylônes électriques à haute tension mais il résiste, car il absorbe l'électricité. Il est donc invulnérable. De son côté Godzilla reste indestructible mais montre une vulnérabilité à l'électricité. Les autorités dépassées décident d'opposer les deux monstres. Ils capturent King Kong et l'amènent au mont Fuji où se trouve Godzilla. Les deux monstres s'affrontent. King Kong subit les attaques de Godzilla jusqu'à ce que, lors d'un orage, la foudre lui redonne la force de combattre. Il électrocute Godzilla qui tombe et disparaît sous les flots tandis que King Kong retourne vers son île : Faro Island. À la fin du film, on voit Godzilla se relever des flots et se diriger vers Tokyo. La créature serait-elle donc indestructible?

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Il s'agit ici du tout premier Godzilla en couleurs après deux premiers films en noir et blanc.
  • Godzilla revient pour affronter un nouvel adversaire : le célèbre King Kong, racheté par la Toho à la RKO pour cette occasion. Le film remporta un immense succès à l'époque. Il existe cependant plusieurs versions de ce film : la version japonaise originale et la version américaine remaniée.
  • Contrairement à la légende urbaine, il n'existe qu'une seule fin, identique aux deux montages, montrant la victoire ambigüe (il pourrait s'agir d'un match nul, Godzilla réapparaissant par ailleurs deux ans plus tard dans Mothra contre Godzilla) de King Kong.
  • Le producteur Tomoyuki Tanaka a tenté d'acheter les droits sur King Kong. D'après lui, « multiplier les monstres c'est multiplier aussi les recettes » et le calcul s'avère judicieux puisque King Kong contre Godzilla reste le plus gros succès au box-office de tous les films du genre avec plus de onze millions de spectateurs pour le seul Japon.
  • Les scènes du torrent d'eau, du tremblement de terre et des drapeaux de l'ONU sont des stock-shots du film Prisonnière des Martiens. Ils ne sont visibles que dans le montage américain.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Liens[modifier | modifier le code]