Rêve de singe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rêve de singe (Ciao Maschio) est un film, coproduction franco-italienne, réalisé par Marco Ferreri et sorti en 1978.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Lafayette (Gérard Depardieu) est un jeune électricien qui vit à New York, mais il n’en fréquente que trois repères : le Musée de Cire de la Rome Antique, de Flaxman (James Coco) où il travaille, un petit théâtre géré par des féministes, son appartement en sous-sol infesté de rats. Un matin, il remarque dans la rue des individus vêtus de combinaisons blanches, il prend peur alors que ce ne sont que des dératisateurs. Au théâtre, les femmes préparent un spectacle dans lequel il est question du viol d’un homme. Lafayette, mal à l’aise durant ces répétitions, provoque quelque peu les comédiennes qui décident de le violer réellement. Cet acte de violence est accompli par Angélica (Gail Lawrence) qui par ailleurs est amoureuse de lui.

Lafayette s’occupe également d’un groupe de vieux : Madame Toland (Géraldine Fitzgerald), une veuve, Mirko (Avon Long), un noir, un anarchiste italien, Luigi Nocello (Marcello Mastroianni). Il les protège contre la faune urbaine en les accompagnant longuement. Lui et ses compagnons vont souvent à la plage sur la rive du fleuve Hudson où ils découvrent le cadavre d’un singe immense en carton-pâte, la carcasse de King Kong, tenant dans ses bras un bébé singe que d’un commun accord ils baptisent Cornélius (Bella). Celui-ci, après avoir reçu une identité civique grâce à Luigi, est dévoré par les rats qui hantent l’appartement de Lafayette lequel en est bouleversé. Angélica, parce qu’elle est enceinte et qu’elle se rend compte de l’incapacité de Lafayette à assumer ses responsabilités, est partie. Luigi s’est pendu dans son petit potager. Lafayette meurt brûlé dans le Musée et sa fille naît.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

  • Grand Prix Spécial du Jury au Festival de Cannes en 1978, ex-aequo avec Le Cri du sorcier (The Shout) de Jerzy Skolimowski

Lien externe[modifier | modifier le code]