Jugurtha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jugurtha (homonymie).
Jugurtha
Jugurtha emprisonné par les Romains : gravure provenant d'une édition espagnole du Bellum Iugurthinum, Madrid, 1772
Jugurtha emprisonné par les Romains : gravure provenant d'une édition espagnole du Bellum Iugurthinum, Madrid, 1772
Titre
Roi de Numidie
118 av. J.-C. – 105 av. J.-C. (13 ans)
Prédécesseur Micipsa
Successeur Gauda
Biographie
Date de naissance v. 160 av. J.-C.
Lieu de naissance Cirta
Date de décès v. 104 av. J.-C.
Lieu de décès Rome
Père Mastanabal
Enfant(s) Oxynta

Jugurtha[1], né vers 160 av. J.-C. et mort vers 104 avant J.-C., est un roi de Numidie. Il s'oppose durant sept ans à la puissance romaine entre 111 av. J.-C. et 105 av. J.-C..

Biographie[modifier | modifier le code]

Monnaie romaine avec, sur la face de droite, le triomphe de Sylla et Jugurtha enchaîné derrière le trône. Exposé au Musée d'Alger

Jugurtha est le petit-fils du roi numide Massinissa dont le tombeau se trouve à Cirta, l'actuelle Constantine en Algérie, et qui fut un grand allié de Rome durant les guerres puniques ; il recevra le titre d'« ami de Rome ». Son père est Mastanabal, frère de Micipsa, tandis que sa mère est une esclave concubine. Comme il s'agit d'un successeur potentiel — le fils légitime de Mastanabal, Gauda, étant maladif —, Micipsa, roi de Numidie à l'époque, veut se débarrasser de Jugurtha en l'envoyant en Hispanie (actuelle Espagne) combattre avec les troupes auxiliaires de l'armée romaine. Jugurtha se montre brave et courageux et les armées numide et romaine sont victorieuses à Numance. Jugurtha se fait beaucoup d'amis à Rome — non seulement grâce à sa valeur mais aussi, quand il le faut, grâce à son argent — et c'est peut-être suite à des pressions des Romains que Micipsa finit par l'adopter trois ans avant sa mort, ce qui en fait l'un des héritiers du pouvoir. Après sa mort, le royaume est partagé entre ses fils Adherbal et Hiempsal et son fils adoptif Jugurtha.

Jugurtha, qui ne veut pas voir le royaume de Numidie divisé de cette manière, n'accepte pas la décision du sénat numide. En outre, ses cousins ne l'apprécient guère et ne se privent pas de railler son ascendance peu glorieuse. La même année, Jugurtha fait assassiner Hiempsal, le plus jeune des deux frères. Le sénat ne paraît pas offusqué par cet étrange décès et la Numidie est partagée entre Adherbal et Jugurtha. Les deux hommes continuent néanmoins à se faire la guerre jusqu'en 113 av. J.-C., date à laquelle Adherbal est assassiné par Jugurtha. En outre, ce dernier s'empare aussi de la cité de Cirta, massacrant les commerçants romains qui s'y trouvent.

Rome accepte mal que ses ressortissants aient été massacrés, ni le fait que Jugurtha veuille mettre en place un royaume de Numidie fort et uni. Le consul Calpurnius est alors envoyé en Afrique du Nord et le conflit dure jusqu'en 111 av. J.-C., date à laquelle Jugurtha accepte de faire la paix. À Rome, les avis sont divisés sur la question numide : les optimates considèrent que la Numidie doit rester un royaume indépendant, les populares considérant au contraire que la Numidie est une propriété du peuple romain. Jugurtha est alors convoqué devant le Sénat romain.

C'est alors que le consul Postimius Albinus propose de régler le problème en donnant la couronne à Massiva, un cousin de Jugurtha. Ce dernier tue Massiva et s'enfuit. Les hostilités reprennent alors. Postimius Albinus ayant été vaincu par Jugurtha à la bataille de Calama, il est remplacé par un nouveau consul, Quintus Caecilius Metellus qui gagnera son surnom de Numidicus au cours de cette guerre.

Ce dernier est secondé par le consul Caius Marius soutenu par les populares, Caecilius Metellus étant le patron de Marius. Caecilius Metellus sort victorieux, s'emparant des villes de Zama et Thala et repoussant Jugurtha en Maurétanie. Cependant, il est relevé de son commandement en 107 av. J.-C. au profit de Marius. Ce dernier remporte de nouvelles victoires contre Jugurtha à Cirta et à Capsa, l'actuelle Gafsa. En 105 av. J.-C., à l'initiative du questeur Sylla, Jugurtha est capturé par son beau-père Bocchus, roi de Maurétanie, qui le livre à Rome. Bocchus reçoit le titre d'« ami de Rome » et la Numidie n'est pas annexée. Elle est cependant étroitement surveillée en devenant un royaume client de Rome. Les Romains placent sur le trône Gauda, fils légitime de Mastanabal. Marius est alors réélu consul en 105 av. J.-C. puis reçoit les honneurs du triomphe lorsqu'il retourne à Rome. Quant à Jugurtha, il meurt — sans doute étranglé ou de faim — dans la prison de Tullianum vers 104 av. J.-C.

Le conflit entre Rome et Jugurtha nous est surtout connu grâce à la Guerre de Jugurtha (Bellum Jugurthinum) de l'historien romain Salluste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom « Jugurtha » vient du berbère Yugrtn (tifinaghe ⵢⵓⴳⵔⵝⵏ), ce qui signifie « il les a surpassés » en parlant de sa taille et de sa corpulence.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jean Amrouche, « L'Éternel Jugurtha », L'Arche, n°13, Paris, 1946
  • Haouaria Kadra, Jugurtha. Un Berbère contre Rome, éd. Arléa, Paris, 2005 (ISBN 2869597053)
  • Caius Sallustius Crispus, Jugurtha, Collection complète des auteurs latins, avec traduction nouvelle en regard ; paraissant sous les auspices de S. A. R. Monseigneur le Duc d'Orléans E. Boutmy, Imprimerie de Félix Locquin, Rue Notre-Dame-des-Victoires, n°16, à Paris, 1830 (mais Salluste vécut dans l'Antiquité).