111 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis -111)
Aller à : navigation, rechercher

Années :
-114 -113 -112  -111  -110 -109 -108

Décennies :
-140 -130 -120  -110  -100 -90 -80
Siècles :
IIIe siècle av. J.-C.  IIe siècle av. J.-C.  Ier siècle av. J.-C.
Millénaires :
IIe millénaire av. J.-C.  Ier millénaire av. J.-C.  Ier millénaire


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Cette page concerne l'année 111 av. J.-C. du calendrier julien proleptique.

Événements[modifier | modifier le code]

Mithridate VI s’empare du trône du Pont et se lance dans une politique de conquête, visant à chasser Rome de l’Asie. Il prend la moitié de la Paphlagonie au roi de Bithynie, puis occupe la Galatie et installe sur le trône de Cappadoce un de ses hommes à la place du roi Ariobarzane (94 av. J.-C.). Tétradrachme de Mithridate VI.
  • 5 octobre 112 av. J.-C. (1er janvier 643 du calendrier romain) : début à Rome du consulat de Publius Cornelius Scipio Nasica Serapio et Lucius Calpurnius Bestia[1].
    • Selon certains analystes, les lois agraires et frumentaires des Gracques sont tacitement abrogées[2] : une première loi supprime l’inaliénabilité des lots. Nombres de cultivateurs malgré eux s’empressent de les vendre, renforçant ainsi l’exode rural et la grande propriété. La loi Thoria met fin aux distributions de terres et conserve aux mains des occupants, sous la seule condition qu’ils payent un vectigal, les portions du domaine public dont ils se trouvent encore détenteurs[3],[4].
    • Début de la guerre de Jugurtha (fin en 105 av. J.-C.). Le consul Calpurnius Bestia est envoyé en Numidie par les Romains pour venger la mort de leurs compatriotes tués à Cirta, mais Jugurtha achète le consul[5].
  • Automne : le roi de Numidie est cité à comparaître à Rome. Jugurtha s’y rend, et se permet d’acheter un tribun pour éviter de se justifier. Le parti populaire utilise l’affaire pour dénoncer la corruption de la classe sénatoriale. L’affaire se complique quand Massiva, un cousin de Jugurtha réfugié à Rome est assassiné (110 av. J.-C.)[5].


Décès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Clément, Viton de Saint-Allais, L'Art de vérifier les dates, vol. 5, Paris, Moreau,‎ 1820 (présentation en ligne)
  2. Revue de législation et de jurisprudence, vol. 27,‎ 1846 (présentation en ligne)
  3. Cyrille van Overbergh, Karl Marx, Karl Marx : critique de sa guerre des classes, vol. 3, Collection d'études marxistes (présentation en ligne)
  4. Monique Clavel-Lévêque, Marguerite Garrido-Hory, Antonio Gonzalès, Histoire, espaces et marges de l'antiquité : hommages à Monique Clavel-Lévêque, vol. 3, Presses Univ. Franche-Comté,‎ 2004 (ISBN 9782848670614, présentation en ligne)
  5. a et b Collectif sous la direction d'Annette Flobert, Rome sous le regard des historiens latins, Éditions Flammarion (ISBN 9782081234352, présentation en ligne)
  6. Keat Gin Ooi, Southeast Asia : a historical encyclopedia, from Angkor Wat to East Timor, vol. 1, ABC-CLIO,‎ 2004 (ISBN 9781576077702, présentation en ligne)
  7. Luce Boulnois, La Route de la soie, Genève, Olizane,‎ 1986 (ISBN 978-2-88086-383-8, présentation en ligne)
  8. Annette Flobert, op. cit, p. 289.