Iridium (satellite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iridium (homonymie).
Logo

Le système de satellites Iridium, parfois appelé simplement Iridium, est un système global de communications utilisant une constellation de satellites défilants. Il permet de communiquer sur toute la Terre entre des terminaux mobiles, terrestres ou maritimes, et des fournisseurs d'accès. Des canaux de téléphonie et de données sont disponibles, à partir de terminaux portables ou fixes. Il est actuellement utilisé principalement par les journalistes, les navigateurs, les scientifiques et leurs instruments autonomes, les organisateurs de rallyes ou d'expéditions, et les militaires.

Historique[modifier | modifier le code]

Le système a été développé par Motorola initialement pour fournir la téléphonie mobile sur toute la planète, en particulier dans les zones non couvertes par le GSM. Le nom "Iridium" fut choisi par similitude de la constellation prévue de 77 satellites avec un atome d'iridium. La mise en service a commencé le 1er novembre 1998.

La rapide extension des zones couvertes par le GSM a mis très vite la société Iridium en difficulté financière, la vente des terminaux et des abonnements ne compensant pas l'énorme coût des lancements et de l'exploitation. Après faillite en 1999[1], le Pentagone hérite du système jusqu'à ce qu'une nouvelle société privée, Iridium Communications Inc. ne l'exploite à nouveau. Aujourd'hui, le système est toujours techniquement opérationnel, en particulier grâce aux applications militaires, qui utilisent la moitié de sa capacité.

Mais les ventes décollent au lendemain du 11-Septembre 2001, journée durant laquelle les systèmes de communication classiques souffrent de graves défaillances, en particulier à New-York, mais ailleurs aussi en des points stratégiques des Etats-Unis[2][réf. à confirmer].

En 2009, Mattheew Desch, le pdg de la société, a réussi à lever 200 M$ sur les marchés financiers devant permettre d'envisager le remplacement des satellites obsolètes par une nouvelle génération[3], Iridium Next.

Description générale[modifier | modifier le code]

La constellation initialement prévue de 77 satellites a été réduite à 66 actifs[4] (et des satellites de rechange en orbite et sur terre). Elle permet d'être en communication avec au moins un satellite sur toute la terre à un moment quelconque. Une particularité du système est la communication entre satellites des messages à acheminer, contrairement au système Globalstar, par exemple, ce qui permet une couverture mondiale avec un minimum de stations au sol.

Deux stations de communication et de contrôle assurent le lien avec les services terrestres. L'une d'elle située à Hawaii est dédiée entièrement aux communications militaires, l'autre sert aux communications civiles.

Iridium utilise des canaux numériques à débit fixe, et des vocodeurs à forte compression pour la transmission de parole. Une liaison téléphonique par Iridium se reconnaît à la distorsion caractéristique du vocodeur, ainsi qu'aux temps de latence dus aux relais entre satellites.

La constellation actuelle de 66 satellites est censée rester opérationnelle au moins jusqu'en 2014, mais beaucoup de satellites devraient être encore en service à l'horizon 2020. La société d'exploitation Iridium prévoit de mettre sur orbite, pour une mise en service vers 2016, une nouvelle génération de satellites avec une plus importante bande passante. Ce nouveau système sera rétrocompatible avec le système actuel.

Les antennes particulièrement réfléchissantes de ces satellites provoquent de brefs phénomènes lumineux visibles depuis la surface de la terre, appelés Flash Iridium.

Terminaux[modifier | modifier le code]

Terminal Motorola

Plusieurs types de terminaux sont commercialisés, les plus simples ressemblent à un téléphone portable "lourd", d'autres à une valise avec PC pour l'accès à internet bas débit.

Usage maritime[modifier | modifier le code]

Des terminaux Iridium de coût similaire à une BLU marine, et des prestataires de service dédiés aux navigateurs, en particulier phonie et accès internet bas débit, en font aujourd'hui une alternative à Inmarsat. Un avantage d'Iridium est la couverture des zones polaires, impossible à partir d'un système utilisant des satellites géostationnaires comme Inmarsat.

Collision[modifier | modifier le code]

Le à 16 heures 55 (UT), à 800 km au-dessus de la Sibérie, le satellite Iridium-33 est entré en collision avec le satellite russe Cosmos-2251, générant de nombreux débris spatiaux[5],[6] [7].

Pourtant, la probabilité d'une telle rencontre brutale est extrêmement faible d'après les spécialistes de Thales Alenia Space, premier constructeur européen de satellites[8].

Nouvelle génération[modifier | modifier le code]

En 2010, la société Iridium commande une nouvelle génération de 81 satellites à Thales Alenia Space : Iridium Next[9].

Article détaillé : Iridium Next (satellite).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Motorola se scinde en 2
  2. Lalo Vespera, La parenthèse enchantée : Iridium et la constellation des coïncidences, septembre 2012, Extraits sur www.agoravox.fr
  3. Jean-Claude Léon, « Le retour d'Iridium », dans Air et Cosmos, N° 2189, 9 octobre 2009
  4. Il faut noter que la constellation aurait dû changer de nom et s'appeler 'Dysprosium' (élément chimique de numéro atomique 66) et non plus 'Iridium' (de numéro atomique 77), mais ce nom sonnait moins bien et on conserva donc le nom 'Iridium'.
  5. (en) « What's up in space/Colliding satellites », Spaceweather.com (consulté le )
  6. (en) William Harwood, « Two satellites collide in orbit », Spaceflight Now (consulté le )
  7. « Collision rarissime entre deux satellites dans l'espace », dans linternaute sciences, 12 février 2009, en ligne sur www.linternaute.com/science/
  8. Jean-Pierre Largillet, « L'accident improbable : deux satellites entrent en collision dans l'espace », dans Nice-Matin, 12 février 2009, en ligne sur www.webtimemedias.com
  9. IRIDIUM NEXT, LA PLUS IMPORTANTE CONSTELLATION EN ORBITE BASSE AU MONDE

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]