Influenzavirus A

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Influenzavirus A virus

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Virus Influenza A, type H5N1 (en doré),
élevés dans des cellules de rein
de canidés (en vert)

Classification
Type Virus
Groupe Groupe V
Famille Orthomyxoviridae

Genre

Influenzavirus A
— auteur incomplet —, date à préciser

Espèce

Influenzavirus A virus
— auteur incomplet —, date à préciser

Virus de grippe A,
micrographie à transmission électronique de
particules virales chargées négativement en
passage tardif. (Source : Dr. Erskine Palmer,
bibliothèque d’images du
Centers for Disease
Control and Prevention Public Health,
image n°280). Date de création : 1981.

Les influenzavirus A sont des virus grippaux de la famille orthomyxoviridae. Ils peuvent être responsables de grippe saisonnière, de grippes animales comme l'influenza aviaire ou de pandémies.

Ces virus, grâce à leurs 8 brins d'ARN monocaténaires, mutent spontanément et fréquemment. Ce faisant, certains parmi eux peuvent éventuellement devenir capables d'infecter d'autres espèces, devenir plus ou moins contagieux et plus ou moins pathogène.

Classement[modifier | modifier le code]

Représentation schématique du Virus grippal A

Par convenance, le virus grippal Influenza A est classé en 144 (16×9) sous-types, en fonction du type de deux de ses antigènes présents à sa surface :

  • l’hémagglutinine, présentant 16 types différents numérotés de 1 à 16 ;
  • la neuraminidase, présentant 9 types différents numérotés de 1 à 9.

Ces sous-types sont nommés sous la forme HxNy, avec x le type d’hémagglutinine et y le type de neuraminidase. Chaque sous-type peut produire de nombreux variants plus ou moins pathogènes.

Ces 144 sous-types semblent tous pouvoir infecter toutes les espèces d’oiseaux, mais seuls les 18 sous-types H5 et H7 sont actuellement réputés hautement pathogènes chez cette classe.

Actuellement, 6 sous-types (ceux résultant de la combinaison d’hémagglutinine de type 1 à 3 et de neuraminidase de type 1 à 2) ont des caractéristiques leur permettant d’infecter l’Homme plus facilement que ne le peuvent les 138 autres sous-types, mais cette situation peut évoluer si le virus mute.

Ces virus grippaux ne sont pas mobiles. Ils sont réputés être habituellement passivement transportés à travers le monde dans les intestins des oiseaux sauvages migrateurs ou d'autres animaux (dont mammifères marins). Ils sont très rarement mortels et souvent n'occasionnent pas de symptôme visible. Cependant le sous-type H5N1 est un agent infectieux parmi les plus mortels jamais enregistrés chez les individus qu'il infecte. Depuis 1997, il semble avoir élargi la liste de ses cibles.

Sous-types[modifier | modifier le code]

H1N1[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Influenzavirus A sous-type H1N1.

Les influenzavirus A sous-type H1N1 désignent les virus de la grippe appartenant au sous-type H1N1 de la lignée de type A.

Ils sont régulièrement responsables des cas de grippe saisonnière.

Certaines souches de H1N1 sont endémiques aux humains, tandis que d'autres sont endémiques chez les oiseaux (grippe aviaire) et chez les porcs (la grippe porcine).

Des virus du sous-type H1N1 sont responsables des pandémies de grippe en 1918 et en 2009. Les symptômes sont similaires à ceux de la grippe saisonnière et peuvent inclure fièvre, éternuements, mal de gorge, toux, maux de tête et douleurs musculaires et articulaires.

H1N2[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Influenzavirus A sous-type H1N2.

Les influenzavirus A sous-type H1N2 sont des virus de la grippe de type A.

H1N8[modifier | modifier le code]

H2N2[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Influenzavirus A sous-type H2N2.

Les influenzavirus A sous-type H2N2 sont des virus de la grippe (de type A, sous-type H2N2). La souche H2N2 serait responsable de la pandémie de grippe en 1889 en Russie.

Des virus H2N2 ont muté en différentes souches, incluant la souche de la grippe asiatique entre 1956 et 1958, les H3N2, et d'autres souches se retrouvant dans les oiseaux.

H2N3[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Influenzavirus A sous-type H2N3.

H3N1[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Influenzavirus A sous-type H3N1.

Les influenzavirus A sous-type H3N1 sont des virus de la grippe de type A.

H3N2[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Influenzavirus A sous-type H3N2.

Les influenzavirus A sous-type H3N2 sont des virus de la grippe de type A.

La grippe de 1968 a été causée par un virus de sous-type H2N2 réassorti en sous-type H3N2.

H3N3[modifier | modifier le code]

}

H3N8[modifier | modifier le code]

H4N1[modifier | modifier le code]

H5N1[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Influenzavirus A sous-type H5N1.

Les influenzavirus A de sous-type H5N1 sont des sous-types de virus grippal de type A. Certains sont hautement pathogènes. Ils peuvent être responsables de la grippe aviaire. La première apparition connue de ce type de grippe chez les humains a eu lieu à Hong Kong en 1997. L’infection des humains a coïncidé avec une épizootie de grippe aviaire, causée par le même agent infectieux, dans les élevages de poulets à Hong Kong.

Des variantes faiblement pathogènes du H5N1 ont également été repérées.

H5N2[modifier | modifier le code]

H5N3[modifier | modifier le code]

H5N6[modifier | modifier le code]

Ce sous-type a été signalé en avril 2014 chez des volailles en Chine mais a aussi été détecté en Asie du Sud-Est (Laos et Vietnam).
La première victime humaine signalée l'a été en Chine début 2014[1]. En Septembre 2014, la FAO la considère comme une nouvelle menace pour la santé animale[2]. Son statut en termes de risques écoépidémiolgiques est en discussion. Il serait au moins pour certains variants hautement pathogène selon l’OIE (ex : 498 faisans de Colchide morts et 60 abattus sur un total de 558 faisans en aout 2014 au Vietnam)[3].

H5N8[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Influenzavirus A sous-type H5N8.

Les influenzavirus A sous-type H3N1 sont des virus de la grippe de type A.

H7[modifier | modifier le code]

Les influenzavirus A de sous-type H7 sont des sous-types de virus grippal de type A. Ils affectent principalement les oiseaux mais des cas humains ont été repérés au Canada en 2004[4].

H7N1[modifier | modifier le code]

H7N2[modifier | modifier le code]

H7N3[modifier | modifier le code]

H7N7[modifier | modifier le code]

H7N9[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Influenzavirus A sous-type H7N9.

Reconnu en Chine le 31 mars 2013, selon les autorités officielles.

H9N2[modifier | modifier le code]

H10N7[modifier | modifier le code]

H10N8[modifier | modifier le code]

Le sous-type H10N8 est encore mal connu. Le 17 Décembre 2013, la Chine a confirmé qu'une patiente de 75 ans (morte d'une pneumonie sévère dans la province du Jiangxi) était le 1er cas connu d'infection humaine H10N8[5] ; deux mois plus tard dans la même province du Jiangxi (le 15 Février 2014) 3 autres cas humains de H10N8 étaient ont été confirmés (dont deux mortels)[5].

Un article de la revue Clinical Infectious Diseases a signalé que dans la province du Guangdong (Chine) des chiens errants dans des marchés de volaille ont pour la première fois montré des signes tangibles d'infections par lesous-type viral H10N8 alors qu'au même moment une épizootie due au H5N8 s'étend en Asie, laissant penser que l'organisme du chien pourrait être un lieu de réassortiment génétique pour plusieurs souches virales en circulation[5].

H11N2[modifier | modifier le code]

H11N9[modifier | modifier le code]

H17N10[modifier | modifier le code]

H18N11[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]