Guido Henckel von Donnersmarck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guido Henckel von Donnersmarck

Guido Henckel von Donnersmarck (Breslau, le - Berlin, le ) était un gentilhomme allemand, magnat de l'industrie, et préfet de la Lorraine sous l'Empire allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le comte von Donnersmarck en 1871, quand il épouse La Païva

Guido Georg Friedrich Erdmann Adalbert Heinrich Henckel von Donnersmarck naît à Breslau, en Silésie, le 10 août 1830, second fils du comte Charles Lazarus Henckel von Donnersmarck (de) (1772-1864) et de Julie von Bohlen (1800-1866).

Lorsque son frère aîné décède en 1848, son père lui lègue ses propriétés minières et de ses nombreuses forges en Silésie.

Dans les années 1860 Henckel von Donnersmarck vit à Paris avec une célèbre courtisane Thérèse Lachmann, marquise de Païva pour laquelle il acquit en 1857 le domaine de Pontchartrain, et bâtit le célèbre hôtel de l'avenue des Champs-Elysées, avant de l'épouser en 1871.

Étant, comme beaucoup d'autres hommes d’affaires prussiens, officier de réserve, il participa à la Guerre franco-allemande de 1870.

À l’issue de celle-ci, le chancelier Bismarck le nomme préfet du Bezirk Lothringen à Metz, alors que le général prussien von Kammern, gouverneur provisoire, s'installe à l'Hôtel de la Princerie[1]. Guido Henckel von Donnersmarck déclare alors aux habitants « Les bases de l'administration départementale, comme d'ailleurs de toute l'administration allemande, seront: bienveillance, impartialité et loyauté  »[1].

Durant les négociations sur l'indemnisation de la France à l’Allemagne consécutive à la défaite de 1870, il conseille à Bismarck de faire payer rapidement la France, ce que la France fera, puisque la dette sera réglée dès 1873. La Païva lui est très précieuse de par sa connaissance des milieux fortunés parisien, ce qui facilite le calcul et la négociation de l'indemnité, fixée à six milliards de franc[2].

De retour en Prusse en 1877 avec son épouse, il rend différents services à l'Empereur, ce qui lui vaut d'être élevé à la dignité princière en 1901; il mourra le 19 décembre 1916 à Berlin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b F. Yves Le moigne et François Roth, De la Révolution à l'année terrible (1789-1870), (dir. François-Yves Le Moigne), « Histoire de Metz », Privat, Toulouse, 1986 p. 336
  2. Colling 1949, p. 286

Sources[modifier | modifier le code]

  • J. Bitta: Guido Graf Henckel Fürst von Donnersmarck. In: Schlesier des 19. Jahrhunderts, Thorbecke, Sigmaringen, 1985.
  • H. Nussbaum: Henckel von Donnersmarck Graf (seit 1901 Fürst) Guido. In: Biographisches Lexikon zur Deutschen Geschichte. Deutscher Verlag der Wissenschaften, Berlin, 1967
  • Alfred Colling, La Prodigieuse Histoire de la Bourse, Société d'Éditions Économiques et Financières,‎ 1949 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens externes[modifier | modifier le code]