Université technique de Berlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Université technique.
Université technique de Berlin
Image illustrative de l'article Université technique de Berlin
Devise « Wir haben die Ideen für die Zukunft » (Nous avons les idées pour le futur)
Nom original Technische Universität Berlin
Informations
Fondation 1879
Type Université publique
Régime linguistique Allemand
Localisation
Coordonnées 52° 30′ 43″ N 13° 19′ 35″ E / 52.5119, 13.326452° 30′ 43″ Nord 13° 19′ 35″ Est / 52.5119, 13.3264  
Ville Flag of Berlin.svg Berlin
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Campus Urbain (Charlottenburg)
Direction
Président Jörg Steinbach
Chiffres clés
Personnel 8 070
Étudiants 29 675 (2012)
Divers
Affiliation Top Industrial Managers for Europe, Pégasus, CESAER
Site web www.tu-berlin.de

Géolocalisation sur la carte : Berlin

(Voir situation sur carte : Berlin)
Université technique de Berlin

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Université technique de Berlin
Bâtiment principal de l'université

L'université technique de Berlin (Technische Universität Berlin ou TU Berlin) est avec l'université libre de Berlin, l'université Humboldt et l'Université des arts de Berlin l'une des quatre universités de Berlin. Elle a été fondée en 1879.

Succédant à la Technischen Hochschule Berlin fermée en 1945, elle a pris son nom actuel à sa réouverture le 9 avril 1946.

50 filières sont proposées, et plus de 31 000 étudiants y prennent leurs cours. C'est la plus grande université de Berlin. Le campus est situé dans le quartier de Charlottenburg, dans la partie ouest de Berlin, sur la Straße des 17. Juni. Le bâtiment principal de l'université a été construit en 1884 par Richard Lucae.

La TU propose un enseignement majoritairement scientifique et technique, mais elle s'est ouverte aux autres disciplines après-guerre. Près de 20 % de ses étudiants sont étrangers, ce qui en fait l'une des institutions les plus internationales d'Allemagne.

Elle est membre du réseau européen de mobilité d'étudiants et de doubles diplômes TIME (Top Industrial Managers for Europe).

Histoire[modifier | modifier le code]

L’École technique supérieure de Berlin a été créée le 1er avril 1879 par fusion de l’Académie d'architecture de Berlin et de l’Institut technique de Charlottenbourg. Le 2 novembre 1884, les nouveaux locaux de l'École de Charlottenburg furent inaugurés solennellement. Le 1er octobre 1916, l’École des mines de Berlin fut à son tour fusionnée avec la Technische Hochschule en tant qu'institut des Mines, et à l'automne 1927, c'était au tour du département de Géodésie de l'Institut d'agronomie de Berlin (Landwirtschaftliche Hochschule Berlin)[1].

L’École technique supérieure de Berlin fut la première école d'ingénieurs d'Allemagne (1899) à obtenir, à l'initiative d’Adolf Slaby, le droit de collation des titres universitaires. Outre le titre d'ingénieur (Diplom-Ingenieur), introduit cette année-là pôur la première fois en Allemagne, l'École pouvait accorder le doctorat (Doktor-Ingenieur[2]).

En 1919 elle reçut l’appellation officielle de Technische Hochschule zu Berlin.

La fondation d'une faculté des techniques de l'armement (Wehrtechnische Fakultät) était l'un des principaux projets du Troisième Reich, mais le suicide de son directeur désigné, Becker ne permit pas sa concrétisation, malgré la construction des premiers bâtiments derrière la tour Telefunken dans la Bismarckstraße (Berlin-Charlottenburg) et en contrebas de l'actuel Teufelsberg.

Le 20 avril 1945, la Technische Hochschule Berlin fermait ses portes. Le 2 juin 1945, un conseil provisoire de 15 professeurs, parmi lesquels Gustav Hertz, Max Volmer, Werner Hahmann[3] et Walter Kucharski élurent Gustav Hertz recteur et Max Volmer pro-recteur. Tous deux étaient en relation avec les forces d'occupation russes. Mais comme une semaine plus tard ces deux physiciens avaient disparu, la commission élut Georg Schnadel et Walter Kucharski à leur place[4]. Le 9 avril 1946, l'Ecole en ruine, rattachée à présent au secteur britannique de Berlin, rouvrit ses portes en tant que Technische Universität Berlin, avec une orientation académique humaniste (Studium generale). La Faculté des Humanités fut inaugurée le 7 mars 1950.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le 1er avril 2001, la TU a modifié son organisation interne en créant 8 facultés qui regroupent désormais les 14 sections d'enseignement (anciennement 22) :

Faculté I : sciences humaines[modifier | modifier le code]

  • Communication et histoire (anciennement section 1)
  • Sciences sociales (anciennement section 2)
  • Institut de philosophie, philosophie des sciences, histoire des sciences et des techniques
  • Institut de littérature
  • Institut d'histoire et d'histoire de l'art
  • Institut de sciences des civilisations et de sciences politiques
  • Institut de sciences de l'enseignement
  • Institut des langues et de la communication
  • Institut de formation professionnelle et polytechnique
  • Départements de la faculté I :
    • Centre de recherche sur les droits des femmes et l'égalité des sexes
    • Centre de recherche sur les métropoles
    • Centre de recherche sur la France
    • Centre de recherche sur l'antisémitisme

Faculté II : mathématiques et sciences naturelles[modifier | modifier le code]

  • Mathématiques (anciennement section 3)
  • Physique (anciennement section 4)
  • Chimie (anciennement section 5)
  • Institut des mathématiques
  • Institut de physique des solides
  • Institut de physique théorique
  • Institut d'optique et de physique nucléaire
  • Institut de chimie
  • Départements de la faculté II:
    • Centre d'astronomie et d'astrophysique

Faculté III : génie des procédés[modifier | modifier le code]

  • Génie des transports, de l'environnement et des procédés (anciennement section 6)
  • Sciences du vivant et biotechnologie (anciennement section 15)
  • Institut de l'énergie
  • Institut de génie des procédés et de transports
  • Institut du développement durable
  • Institut de génie des procédés
  • Institut des biotechnologies
  • Institut de chimie et de technique du vivant

Faculté IV : informatique et électrotechnique[modifier | modifier le code]

  • Électrotechnique (anciennement section 12)
  • Informatique (anciennement section 13)
  • Institut des systèmes automatiques
  • Institut des semi-conducteurs et des systèmes à haute fréquence
  • Institut des télécommunications
  • Institut de microélectronique et d'informatique technique
  • Institut d'informatique théorique
  • Institut des méthodes quantitatives et de sciences informatiques

Faculté V : transports[modifier | modifier le code]

  • Mécaniques (anciennement section 10)
  • Machines et techniques de production (anciennement section 11)
  • Institut de mécanique
  • Institut de mécanique des transferts et d'acoustique
  • Institut de psychologie du travail
  • Institut des transports terrestres et maritimes
  • Institut d'aéronautique et d'aérospatiale
  • Institut des constructions
  • Institut du génie industriel

Faculté VI : architecture, génie civil et environnement[modifier | modifier le code]

Réunion des anciennes facultés 6 "Architecture" et 7 "Génie civil et environnement".

  • Environnement et société (anciennement section 7)
  • Architectures (anciennement section 8)
  • Génie civil et Sciences de la Terre (anciennement section 9)
  • Institut de géologie appliquée
  • Institut d'architecture
  • Institut du génie civil
  • Institut de géodésie et de technologie de géologie
  • Institut d'organisation terrestre et de procédés environnementaux
  • Institut d'écologie
  • Institut de sociologie
  • Institut d'organisation régionale et territoriale

Faculté VII : économie et management[modifier | modifier le code]

  • Économie et Management (anciennement section 9)
  • Institut d'économie politique et de droit
  • Institut des sciences de l'entreprise
  • Institut du management des technologies
  • Institut du management des systèmes de santé

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après Friedrich Schucht et Michael Doeberl (dir.), Das akademische Deutschland., vol. 1 : Landwirtschaftliche Hochschule Berlin, Berlin,‎ 1930, p. 645-646.
  2. D'après Ernst M. Schmachtenberg (éd.), Glückwunsch, Dipl.-Ing.! Ein Gütesiegel made in Germany wird 111 Jahre alt', Allianz der führenden Technischen Universitäten in Deutschland, coll. « TU9 ».
  3. Werner Hahmann: Wie die Technische Universität entstand, 1965 éd. Heenemann
  4. vgl. Oskar Blumentritt: Max Volmer (1885–1965). Eine Biographie, Technische Universität Berlin, Berlin 1985, ISBN 3-7983-1053-X, 1985, S. 50 ff.
  5. (en) Carl Bosch, The Development of the Chemical High Pressure Method During the Establishment of the New Ammonia Industry, Oslo (Suède), Fondation Nobel,‎ 1931, 45 p. (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]