Nil de Rossano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour saint Nil l'Aîné, voir Nil du Sinaï.
Saint Nil de Calabre
Image illustrative de l'article Nil de Rossano
Portrait de Nil, dans le sanctuaire de Saint Nicodème à Mammola.
Naissance 910
Rossano
Décès 27 décembre 1005  (95 ans)
Tusculum
Nationalité byzantin
Vénéré par Église catholique romaine ; Église orthodoxe
Fête 26 septembre

Saint Nil de Rossano (mieux connu comme Nil le Jeune) (910 - 27 décembre[1] 1005) est un saint gréco-italien du Moyen Âge. Liturgiquement il est fêté le 26 septembre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille grecque de Rossano, dans le thème byzantin de Calabre, Nil fut marié (ou vécut maritalement) et eut une fille, mais la mort de sa femme et de sa fille alors que lui-même n'avait que 30 ans l'amena à se convertir. Il se fit alors moine et répandit la règle de saint Basile en Italie après avoir quitté la Calabre en 981 pour échapper aux persécutions des Sarrasins[2],[3].

Il était connu pour sa pratique ascétique, ses vertus, et son enseignement théologique. Il vécut longtemps comme un ermite, puis partagea le reste de sa vie entre les divers monastères qu'il avait fondés ou réparés. Il s'installa près de Monte Cassino en 998[3], puis au monastère Alexius de Rome.

Lorsque Grégoire V (996-999) fut chassé de Rome, Nil s'opposa à l'usurpateur et antipape Philagathos de Plaisance, mais lorsque par la suite Philagathos, capturé, fut torturé et mutilé, il eut le courage d'en faire le reproche au pape Grégoire et à l'empereur Otton III.

Il fit recopier des textes grecs traitant de principes ascétiques et mystiques dont trois se trouvent à la bibliothèque du Mont Cassin et un quatrième à Grottaferrata[3]. Le grand œuvre de Nil est la fondation du fameux monastère grec de Grottaferrata, près de Frascati, en 1004, sur des terres que lui avait confiées le comte Grégoire de Tusculum ; il en est considéré comme le premier abbé. Cette abbaye, où il est enterré[3], existe toujours et pratique le rite byzantin. Il partagea la fin de sa vie entre le monastère Sainte-Agathe de Tusculum et l'ermitage de Valleluce près de Gaète.

Il mourut au monastère Sainte-Agathe en 1005. Sa fête liturgique tombe le 26 septembre, aussi bien pour le calendrier liturgique byzantin que pour le Calendrier liturgique romain.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le site officiel de l'abbaye de Grottaferrata donne le 26 septembre.
  2. « Nil de Rossano », sur martyretsaint.com (consulté le 6 janvier 2013)
  3. a, b, c et d Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont Saint-Michel, Éditions du Seuil,‎ 2008, 278 p. (ISBN 978-2-02-096541-5), p. 220