Le Gosier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gosier (le))
Aller à : navigation, rechercher
Le Gosier
Plage de la Datcha
Plage de la Datcha
Blason de Le Gosier
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe
Arrondissement Pointe-à-Pitre
Canton chef-lieu de 2 cantons
Gosier-1, Gosier-2
Intercommunalité CC du Sud-Est Grande-Terre « La Riviéra du Levant »
Maire
Mandat
Jean-Pierre Dupont
2014-2020
Code postal 97190
Code commune 97113
Démographie
Gentilé Gosiériens
Population
municipale
26 739 hab. (2011)
Densité 634 hab./km2
Géographie
Coordonnées 16° 13′ 05″ N 61° 30′ 14″ O / 16.217967, -61.50377716° 13′ 05″ Nord 61° 30′ 14″ Ouest / 16.217967, -61.503777  
Altitude Min. 0 m – Max. 125 m
Superficie 42,20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte administrative de Guadeloupe
City locator 14.svg
Le Gosier

Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe

Voir la carte topographique de Guadeloupe
City locator 14.svg
Le Gosier
Liens
Site web villedugosier.fr

Le Gosier (en créole Gozyé) est une commune du département de la Guadeloupe. Les habitants sont appelés les Gosiériens. Le Gosier est la troisième ville la plus peuplée de la Guadeloupe après Les Abymes et Baie-Mahault.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de le Gosier.

Le Gosier est située au sud de la Grande-Terre et intégrée à l'agglomération de Pointe-à-Pitre. Elle est située en bord de mer, entre les villes de Pointe-à-Pitre à l'ouest, des Abymes au nord et de Sainte-Anne à l'est.

Le climat y est de type tropical.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Les différents lieux-dits du Gosier sont : Bas-du-Fort, Cocoyer, Dampierre, Grand-Bois, Grande-Ravine, Îlet du Gosier, Labrousse, Leroux, Mare-Gaillard, Mathurin, Montauban, Penchard, Périnet, Petit-Havre, Pliane, Port-Blanc, Poucet, Saint-Félix, Simonet, Tombeau,

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Les Abymes Rose des vents
Pointe-à-Pitre N Sainte-Anne
O    Le Gosier    E
S

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du Gosier vient de celui du pélican appelé, au XVIIe siècle, grand-gosier du fait de l'importance de son bec et de sa poche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie du Gosier en 2013
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1944 1965 Raphaël Luce    
1965 1989 Léopold Hélène    
1989 2001 Jacques Gillot DVG  
2001 en cours Jean-Pierre Dupont DVG  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 26 739 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011
10 150 13 025 13 906 15 381 20 688 25 360 27 370 26 739
(Sources : Insee : Population sans doubles comptes à partir de 1961[1] puis population municipale à partir de 2006[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune accueille sur son territoire le collège Edmond-Bambuck et le lycée international d'hôtellerie et de tourisme.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune accueille sur son territoire la clinique de Choisy.

Sports[modifier | modifier le code]

L'équipement sportif municipal est composé du :

Les principaux clubs sportifs sont :

  • AS Gosier, football
  • AS Dragon, football
  • EDS (Espoir du Sud), cyclisme
  • AJSF : Association des Jeunes de Saint Félix, football
  • Centre équestre Solvar
  • ASC Madianna
  • Good-Luck, rugby

Économie[modifier | modifier le code]

Le Gosier est la plus importante station balnéaire de Guadeloupe et dispose d'une marina à Bas du Fort, dotée de 1200 anneaux, d'un casino et de deux hôtels 4 étoiles.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune du Gosier compte de nombreuses plages qui sont parmi les plus populaires de l'île, en raison notamment de la proximité de l'agglomération de Pointe-à-Pitre/Les Abymes. D'ouest en est ce sont :

  • Les plages de Bas-du-Fort, entre Pointe-à-Pitre et le bourg de Gosier, à proximité des hôtels et des résidences privées.
  • La plage de Grand-Baie, non aménagée.
  • Les plages des hôtels de la Pointe de la Verdure près du Casino, artificielles et aménagées, faisant face à Basse-Terre.
  • La plage de l'Anse Tabarin, à proximité de la plage de la Datcha, aménagée et en sous-bois.
  • La plage municipale de la Datcha, située en plein bourg, face à l'îlet du Gosier, très fréquentée même en semaine et réputée pour son éclairage nocturne jusqu’à 23h00.
  • Les petites plages de Dampierre, celle de l'Anse Vinaigrie bordée d'une pelouse ou d'autres plus sauvages.
  • La plage de Saint–Félix, longue et ombragée, au niveau du rond point de Saint-Félix, après le lycée hôtelier.
  • La plage des Salines réputée pour les véliplanchistes et les kite-surfeurs, située entre Saint-Félix et Mare Gaillard.
  • La plage de Petit-Havre, en direction de Sainte-Anne. Sur la gauche un spot de surf et à droite une petite plage calme.
  • La plage de l'anse à Jacques, à proximité de celle de Petit-Havre, ombragée par une cocoteraie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Historique de la population des communes de 1961 à 2008
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011