Xenophón Zolótas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Xénophon (homonymie).
Xenophón Zolótas
Ξενοφών Ζολώτας
Image illustrative de l'article Xenophón Zolótas
Fonctions
167e Premier ministre grec
6e de la Troisième République hellénique
23 novembre 198911 avril 1990
Prédécesseur Ioannis Grivas
Successeur Konstantínos Mitsotákis
Biographie
Date de naissance 26 mars 1904
Lieu de naissance Athènes, Grèce
Date de décès 11 juin 2004 (à 100 ans)
Lieu de décès Drapeau de la Grèce Athènes, Grèce
Nationalité grecque
Parti politique Sans
Religion Christianisme orthodoxe (Église de Grèce)

Xenophón Zolótas
Premiers ministres grecs

Xenophón Zolótas (en grec Ξενοφών Ζολώτας), né à Athènes (Grèce) le 26 mars 1904, mort le 11 juin 2004, économiste et premier ministre intérimaire de Grèce.

Né à Athènes en 1904, il étudie les sciences économiques à l'université nationale capodistrienne d’Athènes, et plus tard à Leipzig et à Paris. Il est le descendant d'une riche famille d’orfèvres originaire de Russie prérévolutionnaire. En 1928, il devient professeur de sciences économiques à l'université d'Athènes, poste qu'il occupe jusqu'en 1968, quand il démissionne en signe de protestation au régime militaire qui détient le pouvoir en 1967.

Il a été un membre du conseil d'administration de l'UNRRA en 1946 et a occupé des postes importants au sein du Fonds monétaire international et d'autres organisations internationales entre 1946 et 1981. Zolotas a été gouverneur de la Banque de Grèce en 1944-1945, 1955-1967 (quand il a démissionné en protestation contre le nouveau régime), et 1974-1981. Il est l'auteur de nombreux papiers sur les économies grecques et internationales. Il a été considéré comme un modéré, un champion du conservatisme fiscal et de la stabilité monétaire.

En novembre 1989, quand le scrutin ne fait ressortir aucune majorité, ni en faveur du PASOK d'Andréas Papandréou, ni en faveur du parti de la Néa Dimokratía de Constantinos Mitsotakis, Zolotas, alors âgé de 85 ans, accepte le poste de premier ministre intérimaire jusqu'à l'organisation de nouvelles élections. Il démissionne après que les élections d'avril 1990 ont permis à Mitsotakis de gagner d'une courte tête.

Véritable bourreau de travail, nageur assidu même l'hiver, il mettait un point d'honneur à nager chaque matin, alors qu'il était nonagénaire.

Le 2 octobre 1959, à l'occasion d'une réunion de la BIRD à New York, il a prononcé, en anglais, un discours demeuré célèbre, ne comportant quasiment que des mots d'étymologie grecque[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Quentin Ludwig, Les racines grecques du français : une étymologie toujours vivante, Eyrolles, 2007, page 43. (ISBN 978-2212536751)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Article en français sur sa mort