Galina Vichnevskaïa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vichnevskaïa.
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Galina VichnevskaïaГали́на Па́вловна Вишне́вская

Description de cette image, également commentée ci-après

Galina Vichnevskaïa en 2008.

Nom de naissance Galina Pavlovna Ivanova
Naissance 25 octobre 1926
Léningrad, Drapeau de l’URSS Union soviétique
Décès 11 décembre 2012 (à 86 ans)
Moscou, Drapeau de la Russie Russie
Activité principale Artiste lyrique
Soprano
Années d'activité À partir de 1944
Conjoint Mstislav Rostropovitch

Galina Pavlovna Vichnevskaïa (en russe : Гали́на Па́вловна Вишне́вская), née le 25 octobre 1926 à Léningrad (URSS), et morte le 11 décembre 2012 à Moscou (Russie), est une soprano russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Galina Ivanova naît à Saint-Pétersbourg, alors appelée Léningrad[1],[2]. Elle est élevée par sa grand-mère paternelle dans la ville de Kronstadt. Elle découvre la musique durant son enfance, lorsque sa mère lui offre un gramophone et un enregistrement de l'opéra Eugène Onéguine de Tchaïkovski. Durant la Seconde Guerre mondiale, elle survit au siège de Léningrad. Elle suit brièvement des cours au conservatoire Rimski-Korsakov et épouse un marin, Georgy Vishnevsky. Leur mariage est de courte durée, mais elle conserve son nom de famille durant sa carrière[1],[2].

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

À 18 ans, Galina Vichnevskaïa effectue ses débuts dans des opérettes et épouse le violoniste Mark Rubin[2]. Elle se perfectionne avec la professeure de chant Vera Garina et, en 1952, remporte un concours organisé par le Théâtre Bolchoï (avec un lied de Sergueï Rachmaninov et un air tiré d’Aida). La chanteuse entre au Bolchoï l'année suivante, et devient rapidement soliste principale[3]. Pour ses débuts elle interprète Tatiana dans l'opéra Eugène Onéguine, puis en 1954 tient le rôle de Leonore dans Fidelio[1]. Elle reste au Bolchoï jusqu'en 1974 et y interprète une trentaine de rôles[4].

Galina Vichnevskaïa a l'occasion de chanter à l'étranger durant les années 1960. En 1961, elle effectue ses débuts au Metropolitan Opera de New York dans Aida ; l'année suivante, elle débute au Royal Opera House dans le même rôle. Enfin, pour ses débuts à La Scala en 1964, elle interprète le rôle de Liù dans Turandot, aux côtés de Birgit Nilsson et Franco Corelli[2]. Le compositeur Benjamin Britten écrit la partie pour soprano du War Requiem pour la cantatrice russe mais les autorités soviétiques ne l'autorisent pas à quitter le pays pour la première, qui a lieu à la cathédrale de Coventry en mai 1962[5],[6]. L'année suivante, elle prend part à l'enregistrement du requiem pour le label Decca, dirigé par le compositeur[3],[7]. Britten compose également un cycle de mélodies (en) sur des poèmes de Pouchkine, The Poet's Echo, pour Vichnevskaïa et Rostropovitch[1].

Galina Vichnevskaïa épouse le violoncelliste Mstislav Rostropovitch en 1955. Ils se produisent régulièrement ensemble, Rostropovitch l'accompagnant au piano ou dirigeant l'orchestre[3]. Le couple fait partie des proches de Dmitri Chostakovitch[7],[8]. En 1962, il orchestre les Chants et danses de la mort de Moussorgski pour Vichnevskaïa. La partie pour soprano de sa Symphonie nº 14 est également écrite pour elle[1]. Elle reçoit le titre d'artiste du peuple de l'URSS en 1966[9]. Vichnevskaïa et Rostropovitch quittent l'URSS en 1974. En 1979, après la mort de Chostakovitch et leur départ d'URSS, ils enregistrent Lady Macbeth de Mtsensk à Londres pour le label EMI[3].

En 1982, la cantatrice fait ses adieux à la scène à l'opéra de Paris en interprétant une nouvelle fois le rôle de Tatiana[7].

Autres activités[modifier | modifier le code]

En 1966, Galina Vichnevskaïa joue dans le film russe Katerina Izmailova, d'après l'opéra Lady Macbeth de Mtsensk de Chostakovitch[1].

En 2006, le cinéaste Alexandre Sokourov présente son film Elégie de la vie : Rostropovitch, Vichnevskaïa lors de la 59e édition du festival de Locarno. Le documentaire retrace l'histoire de leur vie[10]. L'année suivante, la soprano tient le rôle principal du film Alexandra. Réalisé par Sokourov, il a pour toile de fond la 2de guerre de Tchétchénie. Il est présenté en compétition durant la 60e édition du festival de Cannes[11].

L'autobiographie de Vichnevskaïa, titrée Galina, a Russian story, est éditée à New York en 1984. Elle y dépeint les pressions exercées par l'État soviétique sur les personnalités du milieu culturel[3],[4]. Le livre inspire au compositeur français Marcel Landowski un opéra, intitulé Galina, dont la première a lieu en 1996 à l'Opéra de Lyon[3].

En 2002, la cantatrice ouvre dans la rue Ostojenka de Moscou le Centre lyrique Vichnevskaïa (ru), qui forme de jeunes chanteurs d'opéra[7]. L'appartement de la soprano est situé au-dessus des salles de classe, dans le même bâtiment[9]. Un concours international de chant portant son nom est organisé à Moscou depuis 2006. Galina Vichnevskaïa en préside le jury[12].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Vichnevskaïa et Mstislav Rostropovitch en 1965.

Courtisée par Nikolaï Boulganine, président du conseil des ministres, Galina Vichnevskaïa choisit d'épouser Mstislav Rostropovitch en 1955. Le couple, qui a deux filles, reste uni jusqu'à la mort du violoncelliste en 2007[1].

En 1970, Vichnevskaïa et Rostropovitch abritent le dissident Alexandre Soljenitsyne. Le violoncelliste écrit à Léonid Brejnev, secrétaire général du Parti communiste, pour plaider la cause de l'écrivain. En conséquence, le régime lui interdit de se produire à l'étranger[8]. Vichnevskaïa, pourtant décorée de l'Ordre de Lénine en 1971, est subitement ignorée par les médias soviétiques[4]. Après avoir quitté le pays en 1974, le couple s'installe aux États-Unis, puis en France[7]. Ils sont déchus de la nationalité soviétique en 1978 après avoir critiqué le manque de liberté artistique en URSS[4],[13]. Celle-ci leur est restituée en 1990, durant l'ère Gorbatchev, et le couple revient s'établir à Moscou[3],[13].

Galina Vichnevskaïa meurt le 11 décembre 2012 à l'âge de 86 ans dans sa datcha de Joukovka, dans la banlieue de Moscou[14]. Ses funerailles ont lieu en la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou[15]. Elle est inhumée dans le cimetière moscovite de Novodevitchi, aux côtés de Mstislav Rostropovitch[3],[16].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Galina Vichnevskaïa reçoit le titre d'artiste du peuple de l'URSS en 1966[9] et est décorée de l'Ordre de Lénine en 1971[4]. En 2011, elle reçoit la médaille de l'Ordre de Sainte-Euphrosyne (en)[17]. L'Ordre du Mérite pour la Patrie lui est attribué en décembre 2012[18].

Galina Vichnevskaïa est également Commandeur de l'Ordre national de la Légion d'honneur[19].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) Tully Potter, « Galina Vishnevskaya obituary », The Guardian,‎ 11 décembre 2012
  2. a, b, c et d (en) « Obituaries: Galina Vishnevskaya », The Daily Telegraph,‎ 11 décembre 2012
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Marie-Aude Roux, « Galina Vichnevskaïa, grande artiste lyrique et témoin du XXe siècle », Le Monde,‎ 12 décembre 2012
  4. a, b, c, d et e (en) Jonathan Kandell, « Galina Vishnevskaya, Soprano and Dissident, Dies at 86 », The New York Times,‎ 11 décembre 2012
  5. (en) Nastassia Astrasheuskaya, « Russian opera's Galina Vishnevskaya dies at 86 », Reuters,‎ 11 décembre 2012
  6. (en) Richard Fairman, « Battle of Britten », Financial Times,‎ 5 mai 2012
  7. a, b, c, d et e Thierry Hillériteau, « Galina Vichnevskaïa : une voix de l'Histoire s'est éteinte », Le Figaro,‎ 11 décembre 2012
  8. a et b « La mort de Rostropovitch, virtuose engagé », AFP,‎ 27 avril 2007
  9. a, b et c Anatoli Korolev, « Le fabuleux destin de Galina Vichnevskaïa », RIA Novosti,‎ 27 octobre 2006
  10. « Première mondiale d'un film de Sokourov sur Rostropovitch et Vichnevskaïa à Locarno », RIA Novosti,‎ 4 mai 2006
  11. « Un grain de sable dans la machine à tuer », Le Figaro,‎ 24 mai 2007
  12. « Opéra: le concours Vichnevskaïa est appelé à aider les chanteurs russes », RIA Novosti,‎ 16 mai 2012
  13. a et b « Biographie de Galina Vichnevskaïa », La Voix de la Russie,‎ 9 juillet 2010
  14. Pierre-Yves Grenu, « Décès des cantatrices Galina Vichnevskaïa et Lisa Della Casa », Culturebox,‎ 11 décembre 2012
  15. (ru) « Галина Вишневская похоронена на Новодевичьем кладбище рядом с мужем Мстиславом Ростроповичем », ITAR-TASS,‎ 14 décembre 2012
  16. (ru) « Галину Вишневскую похоронили на Новодевичьем кладбище рядом с мужем », RIA Novosti,‎ 14 décembre 2012
  17. (ru) « Народной артистке СССР Галине Вишневской вручен орден преподобной Евфросинии Московской », Patriarcat de Moscou et de toute la Russie,‎ 26 octobre 2011
  18. (en) « Farewell ceremony for opera singer Galina Vishnevskaya ended in Moscow », ITAR-TASS,‎ 13 décembre 2012
  19. Tatiana Roudenko, « La chronique des contacts franco-russes », La Voix de la Russie,‎ 17 décembre 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]