Francisco Sá Carneiro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Francisco Sá Carneiro
Image illustrative de l'article Francisco Sá Carneiro
Fonctions
9e Premier ministre portugais
(111e chef du gouvernement)
3 janvier 19804 décembre 1980
(&&&&&&&&&&&&033611 mois et 1 jour)
Gouvernement VIe gouvernement
constitutionnel
Législature 2e législature
Coalition PSD-CDS-PPM
Prédécesseur Maria de Lourdes Pintasilgo
Successeur Diogo Freitas do Amaral (interim)
Biographie
Date de naissance 19 juillet 1934
Lieu de naissance Porto (Portugal)
Date de décès 4 décembre 1980 (à 46 ans)
Lieu de décès Drapeau : Portugal Camarate
Nationalité portugaise
Parti politique Parti social-démocrate
Conjoint Isabel Maria Ferreira Nunes de Matos de Sá Carneiro
Profession avocat
Religion catholicisme

Francisco Sá Carneiro
Premiers ministres portugais

Francisco Manuel Lumbrales de Sá Carneiro (Porto, 19 juillet 1934 - Camarate, 4 décembre 1980) était un homme politique portugais qui fut Premier ministre en 1980.

Sous le régime de l'Estado Novo[modifier | modifier le code]

Avocat de profession, formé au droit à l'université de Lisbonne, il fut élu député de l'Action nationale populaire (ANP, parti unique) à l'Assemblée nationale, le parlement du régime salazariste. Il devint alors le leader de l'Aile libérale, un groupe de députés de l'ANP favorable à l'instauration d'une démocratie parlementaire.

Ayant préparé un projet de révision constitutionnelle allant dans ce sens, il démissionna lors du rejet de celui-ci. Il était alors soutenu par d'autres députés tels que Francisco Pinto Balsemão ou Joaquim Magalhães Mota.

Après le 25 avril 1974[modifier | modifier le code]

Suite à la Révolution des Œillets, Sá Carneiro fonde, notamment avec Pinto Balsemão et Magalhães Mota, le Parti populaire démocratique (PPD), une formation de centre-droit aujourd'hui dénommée Parti social-démocrate, dont il devient le secrétaire général.

Membre du Ier gouvernement provisoire en 1974, il fut élu député à l'Assemblée Constituante le 25 avril 1975, étant reconduit lors de l'élection de l'Assemblée de la République tout juste un an plus tard.

Il démissionne de la direction du PSD en 1977, mais y est réélu en 1978. En 1979, il fonde l'Alliance démocratique, une coalition de droite unissant son parti avec le Centre démocratique et social et le Parti populaire monarchique, et qui remporta les élections intercalaires de la même année. Francisco Sá Carneiro fut alors nommé Premier ministre et forma le VIe gouvernement constitutionnel.

L'AD ayant accru sa majorité absolue aux élections régulières de 1980, il fut reconduit au poste de Premier ministre.

Une mort soudaine[modifier | modifier le code]

Le Premier ministre Francisco Sá Carneiro reste, à ce jour, le seul de l'histoire démocratique portugaise à être décédé au cours de ses fonctions. Sa mort est survenue lors du crash de son avion le 4 décembre 1980 dans la localité de Camarate.

Le chef du Gouvernement venait de décoller de Lisbonne, en compagnie de sa maîtresse et du ministre de la Défense, Adelino Amaro da Costa, pour Porto, où ils devaient participer à un meeting du général Soares Carneiro, candidat du PSD à la présidentielle de 1980, quand l'avion s'est écrasé, ne laissant aucun survivant.

Le même jour, Sá Carneiro avait lancé un appel au vote en faveur du général Carneiro, menaçant de démissionner s'il n'était pas élu à la présidence de la République (ce qui se produisit, le général Antonio Ramalho Eanes, Président sortant, ayant été réélu). Étant donné cet accident tragique, toutes les spéculations sont permises quant à la décision qu'aurait alors pu prendre le Premier ministre.

Près de trente ans après sa mort, toute la lumière n'a pas été faite sur la mort de Francisco Sá Carneiro et deux thèses continuent de circuler :

  • celle de l'accident (justifiée par une supposée manque d'entretien sur un avion qui n'était pas récent) ;
  • celle de l'attentat, qui soulève quelques questions : contre qui (Sá Carneiro ou le ministre Amaro da Costa) serait dirigé un tel acte terroriste ? Et qui y avait intérêt ?

Hommage[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Porto, où se rendait le leader du PSD, a été baptisé de son nom, malgré des objections sur la pertinence de nommer un aéroport du nom d'une personne morte dans un crash.