Marcelo Caetano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caetano.
Marcelo Caetano
Image illustrative de l'article Marcelo Caetano
Fonctions
2e président du Conseil portugais
(102e chef du gouvernement)

&&&&&&&&&&&020365 ans, 6 mois et 28 jours
Président Américo Tomás
Prédécesseur António de Oliveira Salazar
Successeur António de Spínola (intérim)
Ministre des Colonies
Président du Conseil António de Oliveira Salazar
Prédécesseur Francisco José Vieira Machado
Successeur Teófilo Duarte
Biographie
Nom de naissance Marcelo José das Neves Alves Caetano
Date de naissance
Lieu de naissance Lisbonne
Date de décès (à 74 ans)
Lieu de décès Rio de Janeiro
Nationalité portugaise
Parti politique Union nationale
Conjoint Maria Teresa Teixeira de Queirós de Barros (décédée en 1971)
Enfant(s) José Maria, João, Miguel et Ana Maria
Profession professeur

Marcelo Caetano
Premiers ministres portugais

Marcelo José das Neves Alves Caetano, né le 17 août 1906 à Lisbonne et mort le 26 octobre 1980 à Rio de Janeiro, était un homme politique portugais et dernier président du conseil de l'Estado Novo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcelo Caetano était professeur de droit à l'Université de Lisbonne. Homme politique conservateur, figure marquante de l'Estado Novo, il fait carrière sous la dictature du président du Conseil Salazar et est nommé par ce dernier, ministre des Colonies.

En 1968, Salazar étant victime d'un accident vasculaire cérébral, Marcelo Caetano est nommé président du Conseil le 28 septembre par le président Américo Tomás. Sa politique entraîne une certaine libéralisation du pays, mais se révèle insuffisante pour redresser l'économie[réf. souhaitée]et garantir les libertés publiques. Caetano est de surcroît affaibli par des guerres visant l'indépendance des colonies portugaises situées sur le continent africain, notamment en Guinée portugaise, l'actuelle Guinée-Bissau (la situation était relativement contrôlée par les forces armées au Mozambique et ne présentait pratiquement plus de problème en Angola).[réf. souhaitée]. Affaibli sur la scène internationale et sans l'assise politique de Salazar, Caetano rencontre un conflit de pouvoir, inédit du temps de son prédécesseur, avec le Président de la République[réf. souhaitée] et certaines franges du régime. Caetano est finalement renversé par la Révolution des Œillets et doit s'exiler au Brésil.